Manouba| Covid-19 : un cas confirmé à l'hôpital Razi    312 cas confirmés du Coronavirus en Tunisie dont 161 cas dans le Grand Tunis    DERNIERE MINUTE : 34 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Coronavirus : L'engagement et la mobilisation de CELLCOM GROUP contre le COVID-19    Sousse : Le délégué de Kondar en auto-isolement    Coronavirus – Zinédine Zidane : « Nous vivons un moment particulier »    Zaghouan : Décès d'une sexagénaire suspectée d'infection par le Coronavirus    UTAP : Annulation des autorisations pour le déplacement sur le marché    Programme d'Appui aux Médias en Tunisie (PAMT) Une moisson à la hauteur du labeur    Coronavirus : Le Club Africain défie le PSG, River Plate et le Zamalek    Mekki : La durée du confinement pourrait durer jusqu'à la fin de l'année    La Banque africaine de développement place un emprunt obligataire social, « Combattre le COVID-19 », d'un montant record de 3 milliards de dollars    Tunisie – Appel à la fermeture de l'aéroport de Tozeur    Tunisie – Retrait des licences de 50 commerçants d'alimentation générale en gros    La propagation de la pandémie du Coronavirus dans les pays arabes : bilan actualisé par pays    Samir Gharbi: Lettre ouverte à M. le Président de la République    Coronavirus – Formule 1 : le patron de Ferrari envisage une fin de saison en janvier 2021    Coronavirus: Al Ahly d'Egypte autorise Ali Maaloul à rentrer en Tunisie    Coronavirus : l'Italie franchit le cap des 10 000 morts    Libye: Un général de l'armée de Haftar tué lors de combats près de Misrata    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 mars à 11H00    Tunisie – Union européenne : Amalgame délibéré autour du « don de 250 millions d'euros »    Kasserine : saisie de quantités importantes de farine et d'huile végétale    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Espagne : 838 morts les dernière 24 heures    L'ancien Président algérien est toujours en vie : la fausse rumeur lancée sur Twitter a enflammé la toile    L'Instance nationale de lutte contre la corruption s'en va en guerre contre les spéculateurs    Bilan des cas confirmés dans chaque gouvernorat de la Tunisie : La Capitale enregistre à elle seule 69 cas    Coronavirus: un bébé succombe aux Etats-Unis    Tunisie – Comment les décisions irréfléchies mettent en péril la vie du citoyen    En vidéo : Quand la Tunisie vole haut, très haut    Vers la reconduction de Chikhaoui et Methnani    Quatre guerres à la fois    L'épidémie de Covid-19 rebat beaucoup de cartes    Quand la classe politique fait le lit du Corona !    Du côté du prétoire    Trump contraint GM à fabriquer des respirateurs    Nous ne serons pas dépassés…    Une marionnette de 9 mètres, manipulée par 20 personnes !    Le défenseur algérien Ben Ayada proche de l'EST    Ridha Charfeddine n'a aucune connaissance du football. Il est temps qu'il parte!    Coronavirus – Décaissement immédiat de l'Union Européenne au profit de la Tunisie d'un don 250 millions d'Euros    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    Comment oublier Uderzo, Goscinny et leurs héros?    Du drame cinématographique à l'humour théâtral    Quand les Chinois sauvent la planète Terre    Le Festival Gabès Cinéma Fen 2020 aura bien lieu du 3 au 11 avril…Online!    Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrepoint | Culture : à la recherche d'une vision
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 02 - 2020

Avec la nomination de Chiraz Laâtiri, ils seront donc sept ministres des Affaires culturelles à s'être relayés depuis la révolution. Sept en bientôt neuf années. Petite moyenne, qui en dit assez sur la très relative importance de la Culture au regard du nouvel Etat.
Manque de budget ? On le sait. Du zéro virgule voilà des décennies déjà. On reste à la surface des choses avec si peu d'argent.
Manque de temps ? A l'évidence. On ne construit jamais rien en ne comptant que sur des mois.
Manque d'idée surtout, à notre avis. Les six ministres qui ont précédé avaient tous le profil. La compétence, ou académique ou technique. Le niveau, pour tout dire. Ont-ils eu une vision, une stratégie ? Ont-ils eu une conception générale et globale de la Culture ? Moins sûr. Dans la majorité des cas, leur tâche a consisté à gérer des structures, des activités. Dans une de nos récentes chroniques, nous avons parlé de «dynamique trompeuse». Une vraie politique de la Culture ne se limite pas à faire fonctionner ce qui est. A focaliser sur des festivals d'été et sur une seule et unique Cité. Ceci n'est que maintenir une dynamique propre aux arts et spectacles. Ceci n'est que proposer loisir et divertissement à des publics demandeurs, les mêmes que toujours, que partout.
Une véritable politique culturelle vise à plus haut, à plus profond, à l'éducation collective, au progrès des intelligences et des consciences, à l'élévation des goûts. Une véritable politique culturelle (y reviendra-t-on enfin ?) se fait en parfait accord et en parfaite cohérence entre tous les intervenants des savoirs et des Arts : artistes, médias audiovisuels et enseignants. «La chaîne vertueuse» que Bourguiba, Messaâdi, Klibi, Bachir Ben Slama ont commencé par imposer et entretenir, que d'autres ont scrupuleusement suivie une décennie après eux, et qui a valu à ce pays ses meilleures élites et ses meilleures générations.
Une «chaîne» cassée sous Ben Ali, omise depuis la révolution, dont l'intérêt stratégique persiste aujourd'hui. Saute pratiquement aux yeux. De nos jours, plus que jamais, les festivals se multiplient, s'intensifient, la Cité de la culture programme au quotidien, les publics du spectacle sont fréquents. Mais dans le même temps, des chiffres parlent. Ceux de l'analphabétisme. Ceux des abandons scolaires. Ceux des audimats des télés privées. Ceux du presque «zéro de lecture». Ceux des résultats des élections aussi. Le contraste est effarant.
Nos théâtres se remplissent peut-être. Tunis s'anime pendant les JCC. Les festivals poussent dans nos régions. Mais où est vraiment la Culture dans tout ça ? Où est l'éducation collective? Où est le progrès des consciences et des intelligences ? Où est l'élévation des goûts ?
Ses six prédécesseurs, pour une raison ou pour une autre, ont omis de le faire, Chiraz Laâtiri.
Elle est plutôt une «conceptuelle»(conf son parcours à l'Isamm, puis à la direction du Cnci), elle envisagera, on l'espère bien, cet aspect essentiel de la question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.