Chris Murphy : Kaïs Saïed ne tient pas ses engagements    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Abir Moussi : La définition de Kaïs Saïed de l'Etat civil se croise avec celle d'Al-Qaradhawi    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Flat6Labs, une levée de fonds de 30 MDT pour l'Anava Seed Fund et accueil d'un nouvel investisseur    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Il y'a 23 ans, naissait Google, rappelle le Google Doodle du jour    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Infrastructures : Doublement de la route reliant Zarzis à Djerba    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    ONU-Habitat : Les cinq lauréats tunisiens recevront leur prix le 29 septembre    Tunisie – météo: Cellules orageuses et températures seront en légère baisse    Abdellatif Mekki appelle les députés à agir pour réclamer le retour du Parlement    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    CJD Business Awards 2021 - Le prix du Meilleur Jeune Dirigeant décerné à Marouan Ariane    Dernière minute-Coronavirus: 11 décès et 381 nouvelles contaminations, Bilan du 25 septembre 2021    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



On prie ou on complote ?
Point de Mire
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 10 - 2015


Par Abdelhamid GMATI
Des familles de terroristes en fuite à l'étranger ou incarcérés dans les prisons perçoivent des aides financières de la part d'une cellule active dans le Grand Tunis. C'est ce qu'affirme le ministère de l'Intérieur dont l'unité nationale d'investigation et de recherche dans les crimes terroristes a démantelé ladite cellule. On a ainsi saisi un carnet d'épargne contenant une somme de 4.500 dinars, des tablettes et des téléphones portables. Il appert que ce sont plus de 150 jeunes recrues, parties en Syrie et en Irak, qui bénéficient mensuellement de quelque 3.000 dollars. Selon le témoignage de l'un des présumés terroristes arrêtés, la cellule démantelée se faisait aider par des imams qui embrigadaient des jeunes dans ces quartiers populaires de la capitale qui arrivaient à convaincre les familles de laisser leurs enfants rejoindre les zones de conflit en Libye, Irak ou Syrie, en leur proposant d'importantes sommes d'argent.
Un infirmier a été condamné, il y a dix jours, à deux ans de prison ferme par le tribunal de 1ère instance de Tunis pour son appartenance à Ansar Echaria. L'accusé a avoué avoir adhéré à cette organisation, classée terroriste depuis 2013, et a précisé au juge qu'il a été influencé par un imam radical. « Le même imam qui avait émis une fatwa pour l'assassinat du commissaire de la police Mohamed Sbouï, retrouvé égorgé et défiguré, à Jebel Jeloud (au sud de Tunis), à l'aube du 2 mai 2013 ».
Au début de ce mois d'octobre, la police a arrêté trois extrémistes religieux, soupçonnés d'avoir embrigadé les sœurs Chikhaoui et d'avoir participé à leur envoi au jihad. Les suspects étaient des imams non autorisés dans des mosquées, à Sousse, échappant au contrôle de l'Etat. Ils auraient également participé à l'envoi de plusieurs autres jeunes vers la Libye et la Syrie pour le jihad. Les sœurs mineures, Ghofrane (17 ans) et Rahma (16 ans), se trouvent dans un camp de Daech en Libye et sont activement recherchées par le ministère de l'Intérieur tunisien.
Il est évident que certains (plusieurs) imams sont impliqués dans l'embrigadement et le recrutement de jeunes tunisiens envoyés au « jihad » en Syrie, en Irak et en Libye. C'est ce qui explique la campagne menée par le gouvernement de fermer provisoirement les mosquées « hors de contrôle » de l'Etat et le licenciement d'imams « takfiristes » autoproclamés et placés par le fameux gouvernement de la Troïka. Mais ces imams « hors-la-loi » n'acceptent pas les décisions gouvernementales et s'en prennent au ministre des Affaires religieuses. Ainsi et pour la deuxième semaine consécutive, le prêche du vendredi n'a pas eu lieu à la mosquée Sidi Lakhmi à Sfax où les forces de l'ordre ont arrêté plusieurs « fidèles » de l'ancien imam de la mosquée, Ridha Jaouadi, révoqué par le ministère des Affaires religieuses. Un grand nombre d'individus, dont plusieurs sont venus par bus en provenance d'autres régions du pays, plus particulièrement de Kairouan, se sont rassemblés aux alentours de la mosquée, et malgré la présence sécuritaire massive sont entrés de force et ont empêché le nouvel imam, Mimoun Karray, de conduire la prière. A noter que parmi les protestataires plusieurs imams licenciés. Pourtant la veille, le ministère des Affaires religieuses avait, dans un communiqué, affirmé que la nomination des cadres des mosquées et leur révocation relèvent de ses seules prérogatives. L'Etat veille sur la gestion du fait religieux dans le pays et les lieux de culte sont ouverts à tous ceux qui désirent prier. L'atteinte à la quiétude des mosquées et la perturbation de la prière du vendredi sont contraires à la loi. Celui qui perturbe la prière du vendredi et rompt le calme des mosquées est passible d'une peine de prison et d'une amende, conformément au code des procédures pénales et à la loi régissant les mosquées ».
Il se trouve que le mouvement Ennahdha soutient les réfractaires et plusieurs de ses dirigeants ont critiqué, à plusieurs reprises, la démarche du ministre des Affaires religieuses, et avait dénoncé en septembre dernier « les décisions de licenciement abusif», ayant visé des dizaines d'imams, « connus pour leur modération ». Le ministre, Othman Battikh, a « déclaré que certains appels de l'imam Jaouadi sont considérés comme «extrémistes», ajoutant que ce dernier ne soutient pas la révolution mais un parti politique bien précis et que son limogeage, qui est définitif, n'a rien d‘un règlement de compte ». Il faisait allusion au parti islamiste Ennahdha, dont l'imam Jaouadi est un fervent défenseur et a appelé à soutenir les islamistes notamment lors des dernières élections. A rappeler que 80 députés de différentes sensibilités politiques ont signé les 22 et 23 juillet 2015 une pétition appelant au limogeage de l'imam extrémiste Ridha Jaouadi qui prêche à la mosquée Lakhmi de Sfax. Les députés estimaient que l'imam en question présente un danger pour la sécurité au vu de son discours extrémiste et semant la zizanie, à l'encontre de l'Etat et ses symboles, défiant ainsi ouvertement la loi. A noter aussi que le bureau de coordination du Front populaire de Sfax a confirmé, dans un communiqué publié samedi 17 octobre 2015, sa détermination à poursuivre en justice l'ancien imam de la mosquée Lakhmi, Ridha Jaouadi. Cette décision a été prise suite aux agissements de ce dernier, sous le gouvernement de la Troïka. Deux cents dossiers de plaintes seront déposés à son encontre par des avocats de la région.
Le nahdhaoui Imed Hammami s'en est violemment pris au ministre, lors d'une émission de télé, l'accusant d'avoir osé s'en prendre à « ce puits de science » qu'est Noureddine El Khademi, au même titre que Ridha Jaouadi, lui déniant le droit « d'agir ainsi envers un homme qui le dépasse par ses connaissances en matière de théologie ». Il se trouve que le président du jury qui avait décerné son doctorat à Khademi était... Othman Battikh. Et à noter que l'une des thèses de doctorat présentée par l'un de ces « doctorants » portait sur « les règles des ablutions » (kawaed Assalat ». C'est ce qu'on appelle « la science et la connaissance» chez les « takfiristes ».
Un célébre écrivain tunisien, Hassouna Mosbahi, assistant, il y a quelques années, à une discussion portant sur les « règles des ablutions », s'écria, outré : « Le but des ablutions n'est-il pas d'être propre au moment de la prière ? Alors prenez une douche, vous vous laverez ainsi tout le corps y compris le bas ventre et le bas du dos et trêve de discussions oiseuses à propos de ces règles».
Au fait : dans les mosquées, lieux de culte par excellence, on prie ou on complote ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.