Championnat méditerranéen de Handball-Athènes 2020: l'équipe de Tunisie U17 et le Maroc se neutralisent (15-15)    Qui est Imed Hazgui, pressenti ministre de la Défense nationale    Agil réalise les rêves des jeunes talents en sport de moins de 14 ans    Elyes Fakhfakh s'entretient avec Kaïs Saïed    Mustapha Mezghani - L'Industrie 4.0: une vraie menace pour l'économie Tunisienne    Abassi : la relation du Tunisien avec la banque reste très limitée    DECES: Hajja Yasmina Bent Mohamed BEN AYED    La STEG réalise un excédent d'électricité    Taux d'intérêt directeur : L'investissement des projets productifs en priorité    Attaque signalée dans le port de Tripoli    REMERCIEMENTS ET FARK: Mongia MOALLA veuve Hédi TARIFA    CONDOLEANCES: Emna TRABELSI    Tunisie-Ligue 1: programme de la 16ème journée    Centre d'écoute : Un abri pour les femmes victimes de violence    Après une mise en quarantaine au cours de laquelle ils ont été placés sous contrôle médical : Les Tunisiens rapatriés de Wuhan rentrent enfin chez eux    Meubles Mezghani dévoile ses nouveautés pour 2020    Le couvert végétal n'a pas connu, au 15 janvier 2020, une dégradation malgré le déficit pluviométrique    Bras de fer politico-constitutionnel : Kais Saïed se réunit avec Rached Ghannouchi et Youssef Chahed    Retour sur la célébration du 31ème anniversaire de l'Union du Maghreb Arabe    Après 2 semaines de quarantaine, les internautes rendent hommage à l'héroïsme de Dr. Abdelmoumen    Tentative collective de suicide aux portes de l'ARP    Après le nul du CA face au CSHL : Sens interdit !    CHAN 2020 : le Cameroun, pays-hôte, versé avec le Mali, le tenant marocain affrontera le Togo    Contrepoint | Deux voix, deux joyaux    6e édition du Sicca jazz : Vibrez sur les fusions !        Amir Ben Yahmed: Pour un capitalisme africain au profit de tous    Karaté | En prévision des J.O de TOKYO : Quatuor au tournoi d'Autriche    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Des missionnaires chrétiens arrêtés à Sousse    Programme TV du mardi 18 février    Mohamed Salah Ben Ammar: Le dernier recours!    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Retour au centre-ville    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Santé : 9 Libyens revenant de Chine resteront en isolement pendant 14j en Tunisie avant de retourner à leur pays    Mustapha Kamel Nabli: Abdelwaheb Mahjoub, mon ami de toujours (Album Photos)    Boxe avec les Etoiles – Galaoui … honore la Tunisie    Météo : temps stable    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La diagnostic précoce, clé de la guérison
Santé mentale — schizophrénie
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 11 - 2015

Le taux de prévalence se situe entre 0,6% à 1% en Tunisie.
La schizophrénie représente un problème de santé publique, puisqu'elle est fréquente en Tunisie. Sa prévalence se situe entre 0,6% à 1% de la population. C'est une pathologie chronique, qui touche beaucoup de monde : «Elle touche l'adulte jeune et la fin de l'adolescence» nous explique Dr Rym Rafrafi, professeur agrégée en psychiatrie, au service de santé mentale de l'hôpital Mongi Slim. Même son évolution est chronique mais on parle de rémission, car il y a des traitements. De nos jours, indique le professeur, on parle de guérison, mais à condition de prendre en charge le mal de façon précoce. Le traitement est biopsychosocial, nous explique Dr Rafrafi, et d'ajouter «Il faut diagnostiquer tôt pour atteindre la rémission».
Le patient atteint de schizophrénie souffre beaucoup de la maladie mais il souffre aussi du regard de la société, puisqu'il est stigmatisé. On compte 100 mille patients souffrant de schizophrénie, «mais beaucoup ne sont pas diagnostiqués. D'autres sont marginalisés ou conduits chez les tradithérapeutes. Le principal frein est la stigmatisation et le déni des troubles», renchérit le Dr Rafrafi.
Les patients souffrant de schizophrénie nécessitent parfois une hospitalisation. Une hospitalisation qui peut se dérouler sous contrainte, c'est-à-dire sans consentement. C'est une procédure à caractère judiciaire. Cette hospitalisation est possible uniquement dans les structures publiques et les coûts sont exorbitants lors des rechutes... Même si le patient est consentant, la clinique refuse l'hospitalisation.
Le schizophrène souffre de sa maladie et des conséquences de sa maladie. Les symptômes sont multiples. Le Dr Rafrafi explique que, quand la maladie est déclarée, qu'elle est nette, les symptômes sont ‘‘positifs'', c'est-à-dire qu'il y a une nouvelle ‘‘capacité'' : le patient souffrant de schizophrénie entend des voix, voit des choses et interprète des choses que personne ne voit. Il a des capacités nouvelles. Ensuite, il y a les symptômes ‘‘négatifs'' (des capacités diminuées, une apathie, le patient est retiré du monde). Enfin il y a des symptômes cognitifs et de désorganisation : erreurs, bizarrerie... ambivalence, auxquels s'associent des troubles de l'humeur.
A ce stade, la maladie est déclarée, et le patient souffrant de schizophrénie est en rechute.
Le professeur Rafrafi, saisit l'occasion pour lancer des messages aux parents des patients: «On doit traiter tôt». Et aux parents d'une manière générale : «Quand votre ado change de caractère, devient trop casanier, trop solitaire ou qu'il fréquente le même groupe pas très net (drogue, jihadisme), ce sont des signes d'alarme pour consulter, car ce sont des conduites à risque».
En Tunisie, et d'après des études sur la maladie, le traitement intervient lorsqu'elle évolue à bas bruit depuis 2 ans.
Les patients souffrant de schizophrénie souffrent probablement de leurs symptôme à un certain moment de leur vie, mais ils souffrent plus du regard des autres qui les accompagnent parfois toute leur vie.
En Tunisie, on atteint la rémission «ce qui nous manque, c'est de faire un diagnostic précoce. Malheureusement, on traite depuis 2 ans», indique notre spécialiste outre qu'il faut faciliter l'accès aux soins et y mettre les moyens publics pour améliorer la prise en charge, car elle est moins chère que le coût de la maladie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.