SOUSSE : Edition 2020 du Cinéma au Musée    Forum international sur les objectifs de développement durable    Radio : Hommage à l'œuvre de Mokhtar Hachicha    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    Tunisair : Pour un plan de sauvetage à court terme    Frappes israéliennes sur Gaza    Tataouine: Une nouvelle contamination locale au coronavirus    Météo : températures en hausse    Tunisie: Le nombre d'infections au coronavirus atteint 36 à Kairouan dont 33 locales    Tunisie: 20 ha de forêt ravagés par un incendie à Bizerte    Alerte météo : Canicule à partir de ce mercredi !    Reclassification des pays en zone verte ou orange : Les vols charters ne sont pas concernés (Toumi)    Le Drame de Beyrouth aurait ouvert les yeux à d'autres pays pour s'intéresser aux problèmes du stockage du nitrate d'ammonium    Zone militaire tampon : Saied prolonge la décision de Marzouki    La cimenterie d'Om El Klil, symbole de mauvaise gestion et de corruption, selon Taboubi    Ligue 1 : L'US Monastir reprend sa 2ème place    Précisions de Monsieur Julien Balkany et de Panoro Energy ASA au sujet de la plainte contre Monsieur Yassine Ayari    Ligue 1 : L'US Ben Guerdane bat l'AS Soliman    Boussaïdi et Maâla à la barre !    Déplacement de tous les périls !    La Loya Jirga autorise la libération de 400 taliban    Tests RT PCR même pour les personnes provenant de la zone verte !    Drame sans précédent pour une ONG française    Le chef du gouvernement annonce la démission de son gouvernement    Une école d'été pour la culture    BRUITS ET CHUCHOTEMENTS    Re (lire) Histoire de ma vie de George Sand    2ème édition « balades solidaires » le 12 et 13 août au Palais de l'artisan à l'occasion de la fête nationale de la femme    Real Madrid : Alphonse Areola retourne au PSG (officiel)    Tunisie: Augmentation de 3,8 milliards de dinars du déficit budgétaire de l'Etat au cours du 1er semestre 2020    Sidi Bouzid : Réouverture de la ligne ferroviaire n°13 et reprise d'activité de la mine de phosphates de Meknassi    Tunisair : Chute de 97% du nombre de passagers transportés durant le deuxième trimestre 2020    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    Tunisie : Les nouveaux prix de l'essence et du Gasoil dès le 11 août 2020    Tunisie : Annulation d'une desserte du car-ferry CARTHAGE à destination de Marseille    BCT : Le solde budgétaire se creuse à -3.847 MDT à fin juin 2020    CONDOLEANCES : Halima ROUISSI    Espace "El makhzen" ferme ses portes: Un agitateur culturel de la médina de Tunis capitule…    Handball | Championnat féminin de beach hand : Menzel Temime haut la main    Programme TV du mardi 11 août    Abdelkader Maalej: Les cendres d'Hannibal    L'Evolution du Coronavirus au Maghreb arabe : l'Algérie et le Maroc toujours au coude-à-coude !    Météo : Températures légèrement en hausse    Ligue 1 – L'US Monastir veut reprendre la 2e place    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    Formation du gouvernement, programme des rencontres de Mechichi    Liban | Le premier ministre annonce la démission du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pris sur le vif : De littérature et d'esthétique
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 07 - 2020

Voyager en train, pour certaines gens, est synonyme de plaisir, ça fait vibrer plus d'un sens, le visuel en premier. Pour ces mêmes gens, les gares sont un monde à part, elles fourmillent de mille et une inscriptions.
Leurs murs, leurs banquettes, sobre et silencieux témoin, portent les stigmates du temps présent et, prémonitoires, disent de quoi serait fait le futur, chantent la joie hédonique, les affres d'un malaise, des souffrances tues, un mal-être.
Ainsi, des solitaires viennent-ils y griffonner leur désarroi, leur impuissance face à la fuite inexorable du temps. Pour illustrer ce sur quoi nous dissertons, il y a un tout petit poème fort exquis et d'une beauté à vous laisser coi. Il est en dialecte égyptien. Traduisons : «Et avec les jours, revient quelqu'un, meurtri, endolori et plein de regrets tandis que quelqu'un d'autre vit heureux, dispos et repu». N'est-ce pas subtil et pertinent? Toute cette subtilité qui côtoie une littérature scatologique, d'errance, de non-moi, de descente aux enfers, d'être et de non-être hante ces lieux. Des slogans, il y en a à profusion : célébrant un exploit sportif, annonçant le passage de «vandals» et autres «dodgers», regrettant des amours déçues, à côté d'invocations de faux prélats qui semblent vouloir répondre à des «impies».
Tout un monde anonyme qui donne la réplique à un autre tout aussi occulte.
Des moments de rêverie que nous dédie un microcosme fait d'illusions sorties droit du réel. A décrypter.
M.H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.