CONDOLEANCES    CONDOLEANCES : Salha LAABIDI    Protestations et blocages de routes à cause des coupures d'eau : L'Aïd de la soif    Tunisie : hausse des réserves de change face à l'effondrement de la situation financière et économique, Moez Joudi explique [audio]    Etoile du Sahel : Bilel Mejri réclame 700 mille de dinars    Le coronavirus...encore des mois, voire des années        Concert «Nesmet al-mahabba» avec l'Orchestre philharmonique de Tunis sous la Direction de Chadi Garfi : Un régal !    Mini-Football | Coupe de Tunisie (finale) : Quel enjeu !    Affaire EST-WAC devant le tas : Il ne faut pas trop rêver !    ESS | Entraîneur : Benzarti dans le viseur    Tunisie: Hausse de 56% du déficit budgétaire au premier semestre de 2020    Deux fortes explosions à Beyrouth, bilan provisoire: une centaine de morts et 4000 blessés    Le Président tunisien présente ses sincères condoléances au Président Michel Aoun et à tout le Peuple libanais frère    L'Afrique proche du million de cas de contamination au coronavirus    La communauté tunisienne à Beyrouth va bien    Tunisie: 15 candidats à l'immigration clandestine dont une femme secourus au large de Kerkennah    Justice | Verdict de la cour d'appel : Allégement de la peine et libération de Ben Brik    Santiago Zhang, DRH chez Huawei Tunisie: Repousser les frontières de la technologie au service de l'humain    Liban : Les ressortissants américains appelés à rester à l'abri    Explosion de Beyrouth, un survivant tunisien raconte    Une décennie d'excellence inégalée    Météo : Vent fort près des côtes et mer agitée    Tunisie: Une patiente de nouveau infectée au coronavirus après en avoir guéri    Tunisie: Samia Abbou: Aucun député du Courant Démocrate n'a voté contre le retrait de confiance à Rached Ghannouchi    Libération de Ben Brik, Première image après sa sortie de prison    Nouveau comité d'investissement pour fournir des solutions au financement de la résurgence énergétique de l'Afrique    Tunisie: Le ministère de l'Energie annonce un accord pour la levée des sit-ins à Redeyef pour trois mois    Formation du gouvernement, programme des rencontres de Mechichi    Le bilan de l'explosion à Beyrouth dépasse 100 morts    Personnel et matériels français s'envolent pour le Liban    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Explosions à Beyrouth : 50 morts et 2 750 blessés    Drame à Beyrouth : prés de 30 morts et 3000 blessés dans deux fortes explosions    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abir Moussi : « l'agenda des Frères a été élaboré de manière à pousser les institutions publiques vers la faillite »
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 07 - 2020

« L'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) sert désormais à attaquer les adversaires politiques. Nous ne sommes plus surs d'être dans un état de droit et des institutions » estime la présidente du Parti Destourien Libre, Abir Moussi.
Selon la députée, le parlement ne représente plus que » le cœur d'un régime politique hybride « .
Dans une déclaration accordée aux médias lors d'un rassemblement organisé par le PDL samedi devant l'édifice du théâtre national sous le signe » rejet de la violence politique et défense du caractère civil de l'Etat « , Moussi a indiqué que sa formation politique tire la sonnette d'alarme sur les dépassements à répétition de la loi et sur un retour éminent aux actes de violence politique que la Tunisie a connus après 2011.
» L'hégémonie des Frères est devenue une réalité et la justice ne fait rien pour dissuader toute velléité de violence politique » a-t-elle considéré.
La présidente du PDL a fait savoir que le rejet de la motion présentée par son groupe au parlement concernant la classification du Mouvement des Frères Musulmans comme organisation terroriste, s'inscrit, selon ses dires, dans le cadre d'un » deal politique passé entre trois parties qui se permettent de violer la loi, de décider à la place des députés et de l'issue des plénières « .
Pourtant, a-t-elle fait observer, le règlement intérieur du parlement interdit l'examen du contenu de la motion. Et d'ajouer que les évènements qui se succèdent nous donnent raison de dire que nous sommes gouvernés par le guide des Frères Musulmans en Tunisie et en Afrique du Nord, Rached Ghannouchi.
Moussi a indiqué également que les structures du PDL et son groupe parlementaire se réuniront en début de semaine prochaine pour décider des actions militantes à mener.
» Nous n'allons pas nous taire sur ce dépassement criant de la loi et de la constitution et nous ferons face aux Frères » a-t-elle lancé.
Concernant la correspondance adressée au président de la République à ce sujet, Moussi a déclaré qu'elle ne s'attendait pas à une réaction de sa part.
» Le président de la République est censé être le premier responsable de la sécurité du pays, de la lutte antiterroriste et de l'application de la constitution. C'est lui qui est le garant des libertés qui doit garantir à l'opposition de mener ses activités dans un climat politique sain, surtout que le parti lui a déjà adressé par le passé plusieurs correspondances qui sont restées lettres mortes » a-t-elle déplorée.
Concernant le service de protection qui l'accompagne et les menaces dont elle fait l'objet, Abir Moussi a indiqué que » la violence politique est une réalité concrète, qui s'exerce notamment à travers la diffamation, le dénigrement, et les injures mais aussi par des menaces sérieuses « .
Interrogée si'il existe de programmes ou d'initiatives du PDL autres que ceux basés sur l'emportement contre Ennahdha, Moussi a répondu qu' il n'y a pas de haine ou de différend avec ce mouvement. Mais pour pouvoir mener des réformes, il faudrait qu'Ennahdha soit remis à sa place, a-t-elle dit.
La présidente du PDL estime qu'il est impossible de mener des réformes économique et sociale actuellement parce que l'agenda des Frères a été élaboré de manière à vider les caisses de l'Etat et à pousser les institutions publiques vers la faillite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.