Nissaf Ben Alaya : prés de 17 mille tests Corona sont effectués par semaine    Investissements directs étrangers : Une dynamique recrudescente    En Tunisie, le secteur informel compte 1,5 million de travailleurs (INS)    Volley-ball | Play-off (9e journée) : Duels à distance    Handball | Demi-finales de la Coupe de Tunisie : Pronostiqueurs, s'abstenir !    Cyclisme | Grands prix de la BH et de la municipalité du Bardo : Participation massive en vue    Météo : ciel nuageux et températures en légère hausse    Tunisie: Les réserves en devises équivalent à 141 jours d'importation    Tunisie: 79 infections au coronavirus enregistrées à Monastir    Portraits | Paco et Katybon, l'instrumentiste et le rappeur : Les deux font la paire    Forum des journées cinématographiques de Carthage : Les JCC, avenir et devenir !    Mise au point de la Banque mondiale à propos de l'article sur le financement des entreprises en Tunisie    Tunisie: Trois élèves du collège Boustane à Soukra infectés au coronavirus    Renforcement de la coopération et du partenariat et soutien des investissements dans le domaine de la Santé entre la Tunisie et l'Arabie saoudite    Université tuniso-allemande : Précisions de l'Ambassade de la RFA    Tunisie | Covid-19 : Hausse du nombre de décès et de cas de contamination    Club Africain : Abdessalem Younsi veut se débarrasser de Hichem Zahi    Khaled Kaddour - Développement du Sahara : Un levier de croissance et de création d'emplois pour la région de Tataouine    Baromètre de popularité des 3 présidents – Vague 7 : Mechichi entre en lice et charme 60% des répondants.    La Tunisie (26 ème), gagne une place    Margini succède à Faouzi Benzarti    Le président de la Fédération italienne veut introduire un «Final 8»    Ligue 1 : La réserve de la JS Kairouan rejetée    Le vent en poupe !    Plusieurs artistes avaient brillé par leur absence    Exposition/Confinement/Coronavirus : Trois pièces archéologiques tunisiennes retrouvent le sol tunisien    Libye: Haftar annonce la reprise de la production et de l'exportation du pétrole après 7 mois de blocus    L'approvisionnement du marché en livres et cahiers subventionnés est assuré à 80%    Tunis abrite une session d'information, le 23 septembre, sur le programme Europe Créative    Ooredoo Tunisie – Rentrée scolaire : Mansour Rashid Al-Khater se déplace en personne dans une école à Béja    La création dune université tuniso-allemande est toujours d'actualité, selon le MERS    Un enfant de 4 ans et 4 autres personnes testés positifs à Grombalia    L'UTICA appelle a réviser le projet de loi relatif à la redynamisation de l'économie    Principe de l'alternance au pouvoir à Ennahdha : Ghannouchi rappelé à l'ordre    Tunisie: Dysfonctionnements majeurs dans le mouvement des magistrats de l'ordre judiciaire    150 millions d'enfants plongés dans la pauvreté à cause du coronavirus    Nescafé Comedy Show : Mohamed Barakati, lauréat de la 6e édition    L'INP et l'Amvppc célèbrent la journée internationale de la paix" Façonner la paix ensemble"…contre le coronavirus    Nette amélioration des indicateurs de la production des primeurs géothermiques à Gabès    Transferts d'argent en Tunisie : le nouveau Convertisseur de Devises en ligne de Monisnap vous simplifie le quotidien !    NOUVEAU SUV PEUGEOT 2008    Météo : ciel nuageux sur l'ensemble du pays    Ghaza théâtre de frappes de représailles israéliennes    France : Près de 10 000 nouvelles contaminations en 24 heures    Un nouveau né dans la région MENA n'atteindra à l'âge adulte que 57% de ses capacités productives    La reprise économique mondiale pourrait prendre 5 ans    Programme de formation militaire tuniso-américain en matière d'extinction des incendies et d'évacuation sanitaire aérienne    Israël scelle son entente avec les Emirats et Bahreïn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Raoued | Intensification des descentes dans les chantiers illégaux : Un va-t-en-guerre contre les constructions anarchiques
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 08 - 2020

Chaque été, les travaux de constructions illicites reprennent de plus belle.
L'autre jour, le maire de la commune de Raoued (gouvernorat de l'Ariana), accompagné d'agents de la police municipale, débarqua soudain dans un chantier ouvert du côté de l'arrondissement de la Cité Ghazala. Cette irruption spectaculaire et inopinée fera mouche, puisqu'il s'est avéré que le propriétaire des lieux a transgressé la loi en procédant illégalement au changement de vocation du terrain qui était conçu, selon le permis de bâtir, à usage d'habitation, avant d'être transformé, sans crier gare et en… cachette, en un… centre commercial !
Non loin de là et dans le même arrondissement, une autre descente non moins fulgurante effectuée par la même équipe de «justiciers» fera une autre victime-surprise, elle aussi, en flagrant délit de construction d'un étage supplémentaire qui n'est pas incluse dans le permis de bâtir !
Ici et là, on passe, séance tenante, à la caisse : saisie de matériaux de construction, arrêt immédiat des travaux et convocation des maîtres de céans à se présenter dans les plus brefs délais au QG de la mairie.
L'été du béton
En réalité, ces deux scènes, si elles sont tout à l'honneur d'une municipalité très active et audacieuse, ne relèvent pas pour autant de l'exploit. Elles entrent plutôt dans la logique d'une tradition qui veut que ce sont les municipalités qui ont la charge du dossier des constructions anarchiques. Un phénomène qui leur a rendu la vie dure par son ampleur incontrôlée (ou presque), et cela en dépit des durs revers qu'il avait subis.
Tel un boxeur qui encaisse une salve de coups de poing sans pour autant baisser la garde ou s'avouer K.-O., ledit phénomène devient autrement plus dangereux dès que l'été s'installe. C'est justement sa saison de grâce au cours de laquelle il est irrésistiblement envahissant et en possession de la plénitude de ses moyens. C'est que le temps des glaces et des chaleurs est pour les Tunisiens le temps du béton par excellence, parce qu'ils (y compris nos travailleurs à l'étranger) ont pris l'habitude d'ouvrir des chantiers, qui pour des travaux de construction, qui pour des travaux de rénovation, qui encore pour des travaux d'extension. Nous ne parlerons pas ici des sages et honnêtes citoyens munis d'un permis de bâtir qu'ils respecteront scrupuleusement. Mais plutôt «des aventuriers du béton» que tout le danger vient. Ceux-là mêmes qui, l'imagination fertile et l'audace aidant, n'hésitent pas à violer la loi, en gérant, avec beaucoup d'ingéniosité, la traditionnelle partie entre le chat et la souris qui les oppose à la police municipale. Et cela en privilégiant la tactique des travaux nocturnes, mais aussi en… achetant le silence des agents de contrôle, tout en s'appuyant sur des pistons et le tour est joué.
Et dire que des Tunisiens basés à l'étranger et censés être plus disciplinés à l'égard de la loi sont contaminés par ces stratagèmes diaboliques dès qu'ils décident, à leur retour au bercail pour les vacances, d'engager des travaux d'aménagement. L'un d'eux s'en défend, en imputant cela à «la lourdeur des formalités administratives, à la politique des deux poids deux mesures et à l'extraordinaire lenteur précédant l'obtention du permis de bâtir».
Aux grands défis, les grands moyens
Or, la question la plus importante est de savoir si les municipalités sont capables, ou pas, de gagner ce combat. Réponse :oui et non.
Oui, à condition de satisfaire les exigences suivantes : renforcement de l'effectif des agents de la réglementation chargés de l'inspection des chantiers, implication plus forte de la police municipale et de la police de l'environnement, intensification des raids, volonté tenace d'appliquer la loi à tout le monde sans distinction aucune et, enfin et surtout, exécution des arrêts de démolition.
Non, bien sûr, si on ne change pas les méthodes de combat actuelles qui ont fait la preuve de leur inefficacité. En effet, pourquoi les descentes dans les chantiers ne sont pas fréquentes? Pourquoi le torchon continue, à nos jours, de brûler entre les mairies et «leurs» polices municipale et environnementale sur fond de désaccords sur les prérogatives des unes et des autres? Pourquoi laisse-t-on pousser des villas et des… immeubles, avant de se rendre compte, plus tard, qu'il faut tout simplement les démolir, sous prétexte qu'ils étaient en situation irrégulière à l'égard de la loi ? Pourquoi met-on une éternité pour avoir enfin droit à son autorisation de bâtir? Pourquoi ne frappe-t-on pas fort dans les cas de corruption des agents qui n'en ont généralement que pour quelques petits mois de prison, s'ils ne sont pas forcés de démissionner, malgré leur culpabilité établie ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.