Covid-19 : Nouvelle classification des pays selon leur situation épidémiologique    Tunisie – Mechichi insiste pour informer le citoyen de la réalité de la situation économique    Banques maghrébines et Covid-19 : Résilience et responsabilité sociale bancaire    Un nouveau décès à Jendouba    98% des agences de voyages, menacées de faillite, d'ici fin octobre 2020    La Plateforme JoussourInvest.tn lancée aujourd'hui en Tunisie    Tunisie : Ennahdha retire ses projets de motions    «Je suis prêt à réponde à l'appel du devoir, mais je ne vais plus me taire !»    Le Barça blinde Fati avec une clause à 400 millions d'euros !    Santé...    L'Association «Kaif» lance son projet «Image témoin»    Une édition aux couleurs locales    Tunisie : Lorsque le prestige de l'Etat est bafoué par le chef de l'Etat lui-même !    19 nouveaux cas à Gabès    Coupe de Tunisie: La finale USMO-EST prévue pour dimanche 27 septembre    Exclusif - Qui sont les neuf diplomates et ambassadeurs tunisiens décorés dans l'ordre du mérite    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre à 11H00    Mieux vaut gérer les problèmes d'une démocratie naissante que ceux d'une dictature    Arabie Saoudite: Reprise de la Omra à compter du 4 octobre    Tunisie : Mise à jour de la liste des pays classés rouge    Programme TV du jeudi 24 septembre    La tunisienne Sonia Ben Ammar rejoint le casting de Scream 5    Kais Saied mauvais perdant d'après Iyadh Elloumi    Confiscation et vente des biens mal acquis : Les ressources des ventes dans l'intérêt général    L'exportation des produits agricoles vers la Libye bloquée à cause des protestations    Tunisie : Fermeture de deux usines à Korba à cause du coronavirus    Le président de la République multiplie les messages et les mises en garde : « La Tunisie a un seul Président et une seule diplomatie »    Lancement du projet TEX-MED ALLIANCES en Tunisie    Mekki : il y a un successeur à Ghanouchi... Les choses vont s'aggraver s'il ne quitte pas    Espagne : l'Atletico Madrid annonce l'arrivée de Luis Suarez    Huawei partage avec ses partenaires ses normes de transparence    Parution de quatre livres de Mohamed Zinelabidine aux Editions Sotumedias dans la collection "Hypothésis"    L'IFT affiche sa rentrée littéraire avec "Kteb Tounsi" à Tunis, Sousse et Sfax    Webinaire sur la technologie power-to-X comme technologie d'appui à la transition énergétique    Baromètre de la santé des PME : l'Etat doit tenir ses engagements à l'égard des entreprises pour leur permettre de faire face aux répercussions du Coronavirus    Le Tunindex gagne 0,33% au terme de la séance de mercredi    Institut Pasteur de Tunis et Commune de la Marsa : Conférence de presse et Cérémonie de remise de prix    Pas de distribution communautaire des portefeuilles régaliens    La Turquie et la Grèce prêtes à des discussions exploratoires    Alassane Ouattara, le dernier round    Du cinéma belge plein la vue!    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Présentation de l'ouvrage "Médias et recompositions politiques dans la Tunisie post-Ben Ali" à l'IRMC    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Prix Littéraires "COMAR D'OR": "Merminus infinitif "remporte le Comar d'or (Lauréats de l'édition 2020)    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agression présumée d'une avocate : Les robes noires en colère
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 08 - 2020

L'Ordre des avocats, qui a fait état de 17 agressions commises par des policiers sur des avocats depuis le début de l'année, est monté au créneau et plusieurs avocats ont observé, hier, des mouvements de protestation au Palais de Justice à Tunis et dans différentes régions de la République.
Depuis l'agression présumée d'une avocate par des policiers, alors qu'elle était en train d'assister son client lors d'un interrogatoire, le 4 août, dans un poste de police à El-Mourouj 5, ce que dément Mourad Rabhi, secrétaire général du syndicat régional des forces de sécurité intérieure, avocats et policiers tirent à boulets rouges les uns sur les autres. L'Ordre des avocats, qui a fait état de 17 agressions commises par des policiers sur des avocats depuis le début de l'année, est monté au créneau et plusieurs avocats ont observé, hier, des mouvements de protestation au Palais de Justice à Tunis et dans différentes régions de la République.
Mais ce n'est pas la première fois que le Palais de Justice, ce cadre prestigieux et symbole de la solennité, se trouve englué dans des querelles qui mettent face à face les hommes de loi et les gardiens de la paix. En effet, le corps sécuritaire, combien nécessaire à notre démocratie, est pointé du doigt. Car qui pourrait affirmer sans ridicule que notre pays est un Etat de droit sans qu'il y existe un réel pouvoir d'ordre ?
En effet, le problème soulevé par les robes noires déborde du simple cadre d'une procédure entachée d'irrégularités à celui du prestige des avocats. Car sans le droit à une défense forte, pas d'Etat de droit. C'est que sans s'écarter des querelles de ces corps de loi, il ne faut pas fuir les réalités.
Et pour que les agents de police continuent à dessiner l'architecture de l'Etat dont il est l'un des murs porteurs sans ruiner l'édifice tout entier, la police ne doit pas rester une planète en orbite indéfinie autour d'un monde qui lui serait étranger. Son rôle est éminent et il est indispensable de tracer, à travers ce genre d'incidents sensibles, le chemin d'une justice rénovée digne de notre pays. Il n'y a pas de mal, chaque fois qu'un dysfonctionnement est constaté, de le dénoncer non pas pour stigmatiser l'institution sécuritaire mais pour qu'elle trouve en elle-même les moyens de le résoudre. Nul besoin de mise en cause individuelle ou collective, mais il est urgent de mesurer la crise morale qui traverse cette institution. Et pour que la justice soit rendue dans des conditions de délai et de sécurité juridique les meilleures, il faut que la police s'interroge sur ses pratiques, son éthique. Il ne faut pas oublier que l‘ordre, et c'est là toute sa légitimité, est rendu au nom du peuple tunisien. Le peuple est donc en droit d'exiger le sens et le respect des responsabilités de ceux qui exercent ces pouvoirs en son nom. C'est ainsi que le citoyen continuera à fréquenter les postes de police avec force conviction que justice lui sera rendue.
Force est de reconnaître que la parole libre de l'avocat demeure, hélas, dans notre pays un véritable défi. Et c'est par ce genre de démonstration et à cette heure que l'Ordre des avocats a choisi de faire entendre sa voix sur un dossier qui se veut d'outrage à la défense pour trancher cette redoutable question. Certains y voient un mauvais présage, d'autres plutôt un heureux augure, celui par lequel nos policiers, empreints de sagesse et d'expérience, sauront faire rayonner leur sens de l'éthique.
Un corps qui a la pleine connaissance de l'importance de cette responsabilité à l'égard de la profession, des justiciables et de la société. Car sans procédure disciplinaire plus simple et plus transparente, le fonctionnement de notre police ne sera jamais satisfaisant.
Il est temps d'exhumer le projet de réforme de notre police encore dans les limbes et toujours renvoyé aux calendes grecques pour éviter que l'on jette à tort l'opprobre sur toute une profession.
Entre-temps, faut-il pour autant exprimer une défiance à l'égard des avocats dont l'assistance aux justiciables est la condition première de l'exercice de leur métier ? En effet, l'atteinte à ce droit est une atteinte à la mission de l'avocat, à son rôle dans la société et donc à nos valeurs démocratiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.