Al-Joumhouri : le remaniement visait l'exclusion des ministres « proches de la présidence de la République »    Tunisie – Harouni accuse le président de la République    HUAWEI : L'intégration d'un seul écosystème dans les milieux professionnelle moderne    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Participer à la grande étude sur les contributions économiques et sociales des Tunisiens de l'étranger    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie-Ennahdha: Le Conseil de la Choura dénonce les actes de violence    Voici la date des soldes d'hiver    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Manque flagrant en lits de réanimation dans les régions intérieures    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Kasserine : 15 personnes arrêtées pour actes de vandalisme    D'un sport à l'autre    Coronavirus: Le bilan s'alourdit à Sfax    Hand – Mondial 2021 : Programme de la 3ème journée    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    Tunisie [Vidéo]: Protestations des avocats à Médenine contre un juge pour la publication de posts sur Fabebook    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Volte-face de Abdessalem Younsi: Retour à la case départ    Hand – Mondial 2021 : Qui est Mehdi Harbaoui, l'un des hommes du match face au Brésil ?    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commentaire | Charlie Hebdo : la provocation de trop ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 09 - 2020

Illustration: La « une » de Charlie Hebdo parue le 2 septembre 2020 / Charlie Hebdo
Par Abdel Aziz HALI
Alors que le procès des attentats terroristes contre Charlie Hebdo, la supérette juive « Hyper Cacher » de la Porte-de-Vincennes et des policiers en janvier 2015 s'est ouvert, hier, l'hebdomadaire satirique a remis une couche en republiant les caricatures du Prophète Mohamed.
À part les douze dessins* publiés initialement par le quotidien danois Jyllands-Posten en 2005, puis par le journal français en 2006, la « une » de Charlie Hebdo, sous la manchette « Tout ça pour ça », a repris aussi une caricature du Prophète signée par son dessinateur Cabu, assassiné par les frères (Chérif et Saïd) Kouachi dans l'attentat du 7 janvier 2015, qui a fait douze morts et onze blessés.
« Nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais », justifie le directeur de la publication, riss. « On nous a souvent demandé depuis janvier 2015 de produire d'autres caricatures de Mahomet (Mohamed). Nous nous y sommes toujours refusés, non pas que cela soit interdit, la loi nous y autorise, mais parce qu'il fallait une bonne raison de le faire, une raison qui ait un sens et qui apporte quelque chose au débat. reproduire cette semaine de l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015 ces caricatures nous a alors semblé indispensable », fait savoir la rédaction dans ce numéro paru, hier soir, en ligne et disponible dans les kiosques, depuis hier.
Une telle initiative aux allures d'un pied de nez a provoqué de nouveau la colère et l'ire dans le monde musulman. En effet, l'institution islamique sunnite Al-Azhar, basée au Caire (Egypte), a pointé du doigt un « acte criminel », évoquant également «une provocation injustifiée» envers « près de deux milliards de musulmans dans le monde ».
« L'insistance sur l'acte criminel de republier ces caricatures offensantes renforce le discours de haine et attise l'émotion des croyants », a souligné sur Facebook l'observatoire pour le combat contre l'extrémisme d'Al-Azhar.
Par ailleurs, dans son communiqué, Al-Azhar a aussi condamné les attentats, précisant que « l'islam exècre tout acte de violence ».
Parallèlement, dans un contexte de vives tensions entre Ankara et Paris, la diplomatie turque n'a pas mâché ses mots, condamnant fermement la réédition des caricatures par Charlie Hebdo.
« Nous condamnons vivement la décision de Charlie Hebdo de republier les caricatures irrespectueuses envers notre religion et notre Prophète », a déclaré le porte-parole du ministère turc des A.E. Hami Aksoy dans un communiqué.
Les Turcs ont également critiqué le président de la république française Emmanuel Macron pour avoir défendu, mardi, lors de sa visite au Liban le « droit de blasphémer ».
« Un président de la république en France n'a jamais à qualifier un choix éditorial d'un journaliste ou d'une rédaction, jamais. Parce qu'il y a une liberté de la presse », a répondu Macron à l'interrogation d'un journaliste. « Dans notre pays, depuis le début de la IIIe république (…), il y a aussi en France une liberté de blasphémer qui est attachée à la liberté de conscience. Et donc, de là où je suis, je suis là pour protéger toutes ces libertés », a ajouté le locataire de l'Elysée, qui a aussi rappelé « le devoir de ne pas avoir de discours de haine ». « la caricature n'est pas un discours de haine », a-t-il ajouté.
Un avis non partagé par Hami Aksoy, jugeant « inadmissible » de justifier la publication des dessins controversés au nom de la liberté d'expression.
Il est à mentionner que la veille, Islamabad avait déjà condamné avec « la plus grande fermeté » la décision de dépoussiérer ces caricatures.
« Un tel acte délibéré visant à heurter les sentiments de milliards de musulmans ne peut être justifié comme un exercice de la liberté de la presse ou de la liberté d'expression », lit-on dans un tweet posté par le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères. « De tels actes sapent les aspirations mondiales à la coexistence pacifique ainsi qu'à l'harmonie sociale et interconfessionnelle », a-t-il renchéri.
Et on se pose les questions suivantes: quelle est l'intérêt d'un tel acte qui pourrait raviver la flamme de l'indignation des uns et donnant des faux arguments aux fanatiques islamistes ? Les répercussions d'une telle décision prise par le comité de rédaction de Charlie Hebdo ne risqueraient-elles pas d'influencer la décision des juges au cours de ce procès tant attendu ? Est-ce la provocation de trop ?
Certes, la liberté d'expression est sacrée. Mais trop de provocation vide la liberté d'expression de sa noblesse. À bon entendeur, salut !
A.A.H.
* Les 12 caricatures publiées initialement par le quotidien danois Jyllands-Posten en 2005 : l‘un montre un dessinateur inquiet, cachant le portrait de Mahomet qu'il est en train de tracer. Un autre Mahomet au ciel, accueillant d'un air désolé des musulmans, sans doute auteurs d'attentats-suicides, en leur disant qu'il n'y a malheureusement plus de vierges pour eux. Celui de Kurt Westergaard, montrant Mahomet coiffé d'un turban en forme de bombe, avec une mèche allumée, concentre toutes les critiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.