Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    Abir Moussi : Le gouverneur de Gafsa était parmi les agresseurs du 31 mars 2019    Warshmallows, 1er jeu-vidéo tunisien disponible sur Nintendo Switch en janvier 2022    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    17 décembre jour férié- Ce n'est pas à Kais Saied de réécrire l'histoire d'après Rym Mourali [Audio]    Astrolabe : Naviguer en toute confiance vers des horizons professionnels    Kasserine: Atelier de formation sur le droit d'accès à la justice pour des femmes    Ce qui a été dit lors de la réunion entre Taboubi et Maghzaoui    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    Programme TV du vendredi 03 décembre    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Coupe arabe de la FIFA 2021-Syrie-Tunisie (Ce soir, 20h00): Gagner pour se projeter...    NBA : Triste record pour Oklahoma, la série se poursuit pour les Suns    CONDOLEANCES    Amira Chtourou : La BTS lance le produit leasing et la finance islamique    Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Yasser Mesbah limogé    Revue de la semaine du 26 novembre au 3 décembre: Le dossier de la réforme des entreprises publiques    DECES: Bernard Lasnier-Lachaise    Danemark : Eriksen reprend l'entraînement    EXPRESS    Nouveau variant Omicron: La course contre la montre    Pourquoi: Grève surprise    Violence enfantine, crimes et délinquance: L'élève-enfant: victime ou bourreau?    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Pour célébrer la fête de la Révolution et au lieu du 14 janvier: Kaïs Saïed décrète le 17 décembre jour férié    Masse salariale et risques budgétaires: L'Etat dos au mur !    Des catamarans ''fabriqués en Tunisie'' interdits d'export, par la Tunisie    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Le PDL accuse les instituts de sondage de tromperie : le patron d'Emrhod réagit    Tunisie : Marché festif au village artisanal d'Ezzahra    Taboubi présente ses excuses à Bouden    Tunisie-Météo: Temps froid et possible chute de grêle    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Commentaire | Charlie Hebdo : la provocation de trop ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 09 - 2020

Illustration: La « une » de Charlie Hebdo parue le 2 septembre 2020 / Charlie Hebdo
Par Abdel Aziz HALI
Alors que le procès des attentats terroristes contre Charlie Hebdo, la supérette juive « Hyper Cacher » de la Porte-de-Vincennes et des policiers en janvier 2015 s'est ouvert, hier, l'hebdomadaire satirique a remis une couche en republiant les caricatures du Prophète Mohamed.
À part les douze dessins* publiés initialement par le quotidien danois Jyllands-Posten en 2005, puis par le journal français en 2006, la « une » de Charlie Hebdo, sous la manchette « Tout ça pour ça », a repris aussi une caricature du Prophète signée par son dessinateur Cabu, assassiné par les frères (Chérif et Saïd) Kouachi dans l'attentat du 7 janvier 2015, qui a fait douze morts et onze blessés.
« Nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais », justifie le directeur de la publication, riss. « On nous a souvent demandé depuis janvier 2015 de produire d'autres caricatures de Mahomet (Mohamed). Nous nous y sommes toujours refusés, non pas que cela soit interdit, la loi nous y autorise, mais parce qu'il fallait une bonne raison de le faire, une raison qui ait un sens et qui apporte quelque chose au débat. reproduire cette semaine de l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015 ces caricatures nous a alors semblé indispensable », fait savoir la rédaction dans ce numéro paru, hier soir, en ligne et disponible dans les kiosques, depuis hier.
Une telle initiative aux allures d'un pied de nez a provoqué de nouveau la colère et l'ire dans le monde musulman. En effet, l'institution islamique sunnite Al-Azhar, basée au Caire (Egypte), a pointé du doigt un « acte criminel », évoquant également «une provocation injustifiée» envers « près de deux milliards de musulmans dans le monde ».
« L'insistance sur l'acte criminel de republier ces caricatures offensantes renforce le discours de haine et attise l'émotion des croyants », a souligné sur Facebook l'observatoire pour le combat contre l'extrémisme d'Al-Azhar.
Par ailleurs, dans son communiqué, Al-Azhar a aussi condamné les attentats, précisant que « l'islam exècre tout acte de violence ».
Parallèlement, dans un contexte de vives tensions entre Ankara et Paris, la diplomatie turque n'a pas mâché ses mots, condamnant fermement la réédition des caricatures par Charlie Hebdo.
« Nous condamnons vivement la décision de Charlie Hebdo de republier les caricatures irrespectueuses envers notre religion et notre Prophète », a déclaré le porte-parole du ministère turc des A.E. Hami Aksoy dans un communiqué.
Les Turcs ont également critiqué le président de la république française Emmanuel Macron pour avoir défendu, mardi, lors de sa visite au Liban le « droit de blasphémer ».
« Un président de la république en France n'a jamais à qualifier un choix éditorial d'un journaliste ou d'une rédaction, jamais. Parce qu'il y a une liberté de la presse », a répondu Macron à l'interrogation d'un journaliste. « Dans notre pays, depuis le début de la IIIe république (…), il y a aussi en France une liberté de blasphémer qui est attachée à la liberté de conscience. Et donc, de là où je suis, je suis là pour protéger toutes ces libertés », a ajouté le locataire de l'Elysée, qui a aussi rappelé « le devoir de ne pas avoir de discours de haine ». « la caricature n'est pas un discours de haine », a-t-il ajouté.
Un avis non partagé par Hami Aksoy, jugeant « inadmissible » de justifier la publication des dessins controversés au nom de la liberté d'expression.
Il est à mentionner que la veille, Islamabad avait déjà condamné avec « la plus grande fermeté » la décision de dépoussiérer ces caricatures.
« Un tel acte délibéré visant à heurter les sentiments de milliards de musulmans ne peut être justifié comme un exercice de la liberté de la presse ou de la liberté d'expression », lit-on dans un tweet posté par le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères. « De tels actes sapent les aspirations mondiales à la coexistence pacifique ainsi qu'à l'harmonie sociale et interconfessionnelle », a-t-il renchéri.
Et on se pose les questions suivantes: quelle est l'intérêt d'un tel acte qui pourrait raviver la flamme de l'indignation des uns et donnant des faux arguments aux fanatiques islamistes ? Les répercussions d'une telle décision prise par le comité de rédaction de Charlie Hebdo ne risqueraient-elles pas d'influencer la décision des juges au cours de ce procès tant attendu ? Est-ce la provocation de trop ?
Certes, la liberté d'expression est sacrée. Mais trop de provocation vide la liberté d'expression de sa noblesse. À bon entendeur, salut !
A.A.H.
* Les 12 caricatures publiées initialement par le quotidien danois Jyllands-Posten en 2005 : l‘un montre un dessinateur inquiet, cachant le portrait de Mahomet qu'il est en train de tracer. Un autre Mahomet au ciel, accueillant d'un air désolé des musulmans, sans doute auteurs d'attentats-suicides, en leur disant qu'il n'y a malheureusement plus de vierges pour eux. Celui de Kurt Westergaard, montrant Mahomet coiffé d'un turban en forme de bombe, avec une mèche allumée, concentre toutes les critiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.