Sihem Ben Ghachem: La construction sociale de l'identité sexuée    Covid-19 | Certaines personnes possèdent des caractères héréditaires et immunitaires qui les protègent du virus    Tunisie – Mechichi aurait-il contourné l'autorité de Kaïs Saïed?    La Tunisie condamne « fermement » l'attaque de Nice    Attentat de Nice: la Tunisie ouvre une enquête sur la suspicion d'un crime terroriste hors des frontières du pays    Amical : Le Club Africain s'incline face à la JS El Omrane    Décès de Brahim Hajji, EX PDG DE LA BH BANK    Produits de la pêche : Un accord pour numériser la chaîne d'approvisionnement    Manouba : Bientôt réhabilitation du marché municipal    OFFICIEL – Le report du début de la saison 2020-2021 de Ligue 1    Attaque de Nice : L'assaillant serait d'origine tunisienne    France : Un député demande à Macron la suspension de tous flux migratoire    Tunisie-audio : Khaled Hayouni révèle la date de la mise en application des décisions du couvre-feu et de l'interdiction des déplacements entre les villes    L'assaillant de Nice serait tunisien, selon les médias français    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    Budget de l'Etat et financement intérieur : La réponse du ministre des finances au Gouverneur de la Banque Centrale    Au Grand Tunis : La circulation n'est pas interdite entre les gouvernorats de Manouba, Ariana, Ben Arous et Tunis, et ni soumise à autorisation    DE PARTOUT...DE PARTOUT...    El Kamour, jusqu'à quand ?    Libye: 782 nouvelles infections au coronavirus enregistrées    L'attaque de Nice.. Le bilan s'alourdit. Nouvelles données sur l'assaillant    France : Nouvelle attaque armée à Avignon    CONDOLEANCES    DECES : Raouf Ben Mohamed Dhaoui    Tunisie – Des mesures, oui... Pertinentes, on ne sait pas... A partir de quand, Dieu seul le sait !    CONDOLEANCES : Rafika AYED    L'EST recrute Farouk Ben Mustapha : Le jeu de la hiérarchie et de la concurrence ...    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis : «Pour la cotation en Bourse des entreprises publiques»    Le maire de Nice : Je confirme que tout laisse supposer à un attentat terroriste    Express    Menace de dissolution du bureau fédéral : Qui a tort, qui a raison ?    Eliminatoires CAN 2021 : Vers le report du match Tunisie-Tanzanie ?    Volleyball | Calendrier de la fin de la saison : A quand le feu vert?    COVID-19 : Les nouvelles restrictions décidées en Tunisie    Wissam Ziadi et Marouen Ben Rejeb, co-fondateurs de l'association méditerranéenne ART et Nature (AMAN) à La Presse : «Boubli» cible les jeunes au cœur de la ville    Liste de 21 applications mobiles dangereuses téléchargeables sur Play Store à supprimer    Météo | Températures maximales comprises entre 20 et 25 °C    Banque Nationale Agricole : Un PNB de 457 millions de dinars (fin septembre 2020)    Duel surprise Trump-Biden dans l'Etat de Géorgie    Route cinématographique en Tunisie sur les traces des films cultes, pour la promotion du tourisme durable    Une nébuleuse et des ruches    L'origami, l'art du pliage de papier    Une bataille entre l'ancien et le moderne qui en cache d'autres    L'art urbain tunisien visible sur la clôture de l'ambassade de la Tchéquie à Tunis    Projet de loi de finances 2021 | Simplification et unification des taxes pour les entreprises    AMVPPC : appel à projets pour la valorisation du patrimoine culturel par le numérique    Espace «Préface» à Sousse : Activités maintenues    Ooredoo unit ses forces et poursuit son soutien national pour lutter contre la propagation du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'inconscience risque de tout détruire
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 09 - 2020

IL ne manquait plus que cela : des instituteurs originaires de Gafsa ont été empêchés de travailler à Tataouine. En effet, des maîtres d'école ont mené, vendredi 25 septembre, des protestations devant la délégation régionale à l'éducation de Tataouine, refusant la nomination de ces enseignants, se considérant prioritaires pour ces postes et justifiant leur acte par le fait que le ministère de l'Education aurait dû les recruter dans des établissements de leur région.
A travers autant de dérapages, de dérèglements et d'excès, la Tunisie post-révolution voit de jour en jour se volatiliser ses rêves, ses idéaux et les aspirations des initiateurs d'une nouvelle ère. Il y a pourtant toute une histoire autour de cela. Des hommes et des femmes qui ont défié la dictature, passant même le cap de l'impossible, sans la moindre intention de céder. Les revendications pour lesquelles ils se sont battus n'ont plus la même signification que celles réclamées et endossées de nos jours. Face aux protestations d'aujourd'hui, du reste de plus en plus dénaturées, la nostalgie nous donne beaucoup de regrets. Ces protestations telles qu'elles sont revendiquées sont mues par des considérations et des arguments qui n'ont aucun rapport avec la réalité. La remarque n'est pas anodine, puisque le sens de la responsabilité ne fait plus partie des priorités absolues des manifestants. Tout cela dépasse largement le débat autour de l'idée que l'on se fait des droits et des devoirs de chacun. On pourrait soustraire les problèmes de fond et de forme auxquels est confronté le pays, les crises économiques et leurs retombées sociales. Mais les questions essentielles pour l'avenir de la Tunisie restent toujours sans réponses.
L'image véhiculée par ces instituteurs traduit les dérives dans lesquelles le pays est entraîné et que les différents gouvernements se sont montrés incapables de contenir. Ils en assument visiblement une grande partie. Mais tout cela n'est pas uniquement une affaire d'un gouvernement particulier. C'est le propre de tous ceux qui se sont succédé depuis 2011.
Une nouvelle catégorie et de nouveaux profils de protestataires se donnent aujourd'hui le droit de se faire raison. De contester, de polémiquer et défendre à tort ou à raison leurs idées. Il semble d'ailleurs entendu que les valeurs de la révolution et toute la signification qui s'y rattache soient conditionnées outre mesure. Elles n'ont plus la même teneur, la même portée. L'inconscience est en train de tout détruire. L'espoir fait place au doute. Les standards et les règles communément respectés sont bafoués. Plus personne ne semble satisfait par les décisions de l'Etat. Pire, les protestations destinées à empêcher les instituteurs originaires de Gafsa de travailler à Tataouine risquent de provoquer des tensions entre les deux régions. On crie au régionalisme et la bulle spéculative qui s'est emparée des uns et des autres risque d'éclater à tout moment. N'est-il pas temps d'inciter les différentes parties à plus de modération et à une véritable prise de conscience qui, en définitive, leur profiteraient mieux et plus. Plutôt que de fermer les yeux et d'attendre sans rien faire, comme on l'a fait pour d'autres dossiers brûlants et d'autres maux de la société tunisienne ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.