Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Visite d'adieu à Mechichi de l'ambassadeur de Turquie à Tunis    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    +2,8%    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    La semaine des Zones Humides à Tunis : un enjeu de taille    Journée internationale des Planétariums Dimanche 07 mars 2021 à la cité des sciences de Tunis    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    Mustapha Ben Ahmed : Pourquoi ce recours d'Ennahdha à la rue?    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    ''Kais Saied parle très bien la langue Française'', selon Sonia Dahmani    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Borhen Bsaïes, nouvel influenceur mode?    C'est quoi l'histoire du TGV dont parle Kais Saied ?    La face cachée des sociétés civiles au Maghreb    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Billet | Une situation hypothétique !    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM MARDI 23 FEVRIER 2021    LC Afrique-MC Alger/Espérance ST : satisfait du nul obtenu à Alger (Mouine Chaabani)    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    CONDOLEANCES : Feu Lotfi HABBACHI    Covid-19 | le bilan s'élève à 7851 cas confirmés et 39 décès en milieu scolaire    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Boxe | 72e tournoi de Stardinja de Sofia : Victoire de Khouloud Halimi    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    Trump a nui à la Tunisie, Selon Rached Ghanouchi    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une montagne de dérives
Billet
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 08 - 2018


Par Jalel MESTIRI
On pourrait soustraire les problèmes de forme qui ne cessent de marquer le quotidien du football tunisien, mais les questions essentielles pour l'avenir du sport roi restent toujours sans réponses. Il semble entendu que les valeurs sportives et toute la signification, qui s'y rattache, n'ont plus de sens ou de raison d'être ni pour les joueurs, ni pour les dirigeants, ni pour le public. C'est à ce titre qu'ils réagissent chaque dimanche et toutes les fois où ils se retrouvent sur le terrain. Le modèle tunisien, tel qu'il est revendiqué, est affecté par des considérations et des arguments qui n'ont aucun rapport avec le sport. La remarque n'est pas anodine puisque la discipline, le fair-play ne font pas partie des priorités absolues des principaux acteurs. Tout cela dépasse largement le débat autour de l'idée que l'on se fait d'un match, d'un résultat, d'un titre.
Depuis quelque temps, l'on ne cessait d'insister sur la nécessité de tirer les enseignements des dérives avant que ce ne soit trop tard. On doit admettre que le football tunisien ne peut plus être laissé au pouvoir de quelques personnes. Que ce soit sur le plan de fiabilité sportive, ou d'ordre structurel. On se rend compte aujourd'hui qu'il est tombé si bas et qu'on n'avait rien fait pour y remédier. La responsabilité de toutes les parties est totalement engagée dans la mesure où plus personne ne semble s'inquiéter de ce qui se passe dans presque tous les stades. Personne ne semble aussi s'inquiéter des débordements qui ont plus que jamais atteint une situation de non-retour.
L'image donnée dépend beaucoup trop des déviations dans lesquelles le football est entraîné et dont beaucoup de parties assument visiblement une grande partie. Tout cela n'est pas lié uniquement aux joueurs et aux supporters. C'est sûrement pareil à d'autres niveaux d'investigations intenables. Une nouvelle génération de responsables se donne aujourd'hui le droit de se faire raison sur le terrain et ailleurs, de contester, de polémiquer et défendre à tort ou à raison ses clubs.
Le football tunisien se serait ainsi installé sur une montagne de dérives. Trop risqués car soutenus par des responsables privés de discernement, d'imagination, d'initiatives et surtout de compétence.
Ce qu'ils cherchent n'est pas tant d'être appréciés comme des dirigeants vraiment capables de tirer leurs clubs vers le haut et de leur donner un peu de grandeur, mais plutôt de se cacher derrière de faux alibis, des polémiques inutiles. Convaincus comme ils le sont toujours que le club leur saura gré de voir leurs limites s'exposer et défiler ici et là, ils ne s'arrêtent même pas lorsqu'ils réalisent qu'ils sont sur le point de déborder.
Aujourd'hui, l'espoir fait place au doute et la discipline et le sens de la responsabilité sont en voie de congélation. Le football tunisien tourne le dos à la vie sportive, à la vie tout court. Les standards et les règles communément respectés sont bafoués. Il s'est avéré que se partager la médiocrité, c'est ce qu'on aime le plus dans le monde «merveilleux» de ces nouveaux responsables. D'ailleurs, rares sont ceux qui s'y retrouvent. Car plus personne n'est convaincu des raisons des choix des uns et des autres. L'impact est négligeable et les rôles sonnent faux. Pas dans le ton, pas dans le match. Pas bien dans leur peau aussi. Et trop tourné vers la médiocrité.
Cela, personne ne semble aujourd'hui l'ignorer car sur les défaillances et le gâchis d'un football miné par un vide existentiel, se profilent depuis longtemps les dessous d'un avenir pas tout à fait rassurant. Il ne faut pas chercher ailleurs les raisons d'un vrai malaise et d'une profonde interrogation sur un milieu qui ne travaille plus suffisamment ses fondamentaux. Que ce soit sur le plan purement sportif, ou d'ordre organisationnel et structurel, il cumule les mêmes défaillances et les mêmes dérives.
Le pire est que les différentes parties prenantes ont vraiment le sentiment d'avoir raison. Leur appréciation de la situation leur paraît juste. Mais le problème est qu'elles ont raison toutes seules.
Le fait qu'il a longtemps oublié ses repères ne devrait pas pour autant empêcher le football tunisien de rebondir. L'on se souvient encore que l'une de ses principales vertus était dans le passé l'aptitude à se remettre en question au bon moment. Cette tendance constitue cependant une rareté, surtout dans les périodes où ça ne rigolait pas tous les jours.
Il n'en demeure pas moins que la situation actuelle devrait soulever une réelle prise de conscience et entraîner une mobilisation de tous les instants. On espère que tout cela fera chaud au cœur de tous les amoureux du football. Et pourquoi pas servir de message à tous ceux qui ont porté, d'une manière ou d'une autre, atteinte à sa vocation, à ses principes et à ses valeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.