Quel passeport est le plus puissant ? Marocain ou Algérien ou Tunisien ?    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Retour à la normale    Quand pèse l'incertitude    Photo du jour : La Médina de Tunis ravagée...    Club Africain : une nouvelle recrue quitte l'équipe    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans les fouilles et le trafic de pièces archéologiques    Erdogan met en question la santé mentale de Macron    Tunisie : 157 athlètes infectés au Coronavirus    Tunisie | Covid-19 : 35 nouveaux décès enregistrés le 22 octobre    Appui de l'Etat à l'investissement des PME : 18 nouveaux dossiers adoptés    La Manouba : Récupération d'une terre domaniale de 626 ha    Tunisie : Le prix de vente maximum des masques multi-usages non médicaux, maintenu à 1,850 dinar    USA : Qui est Joe Biden le candidat démocrate qui défie Trump ?    FC Barcelone vs Real Madrid: où regarder el Clasico du 24 Octobre 2020    Les biens liquidés du RCD rapportent plus d'un milliard à l'Etat    Tunisie: Un décès à Sfax et 160 infections au coronavirus    Tunisie: Yassine Ayari dénonce la discrimination religieuse en France et appelle à instaurer des relations internationales fondées sur le respect mutuel    1,5 millions de dinars de marchandises saisies par la garde douanière cette semaine    Les systèmes de santé de certains pays risquent de s'effondrer, met en garde l'OMS    CONDOLEANCES : Mohamed JAMALI    Non, Wadii Jari ne soutient pas la candidature de Ahmed Ahmed    DECES : Pr Farouk Benna    Tunisie: Un différend entre un agent de la Garde nationale et un jeune se termine par un meurtre    En vidéo : Mon limogeage a été une mauvaise décision, déclare Abdellatif Mekki    Travail : La robotisation pourrait détruire 85 millions postes d'emploi dans le monde, d'ici 5 ans    Sarra Tounsi, élue plus belle apparition à El Gouna sur Twitter    Lutte contre le Coronavirus : Le numérique, efficace à condition d'être largement utilisé...    Commentaire | Un modèle de développement essoufflé    Projet de budget de l'état 2021 : L'étau se resserre autour des entreprises    Athlétisme | Dans la perspective des échéances internationales : Onze athlètes en stage à Aïn Draham    NEWS | Bédoui intègre les rangs d'Al Koweït SC    Coronavirus: 135 nouvelles rémissions à Kairouan    La saison 20-21 frappée du Covid-19 : Enormément de contraintes !    Communiqué de l'Ambassade de France en Tunisie en rapport avec la décision de l'Union européenne    L'accord pour un cessez-le-feu permanent en Libye, un important pas vers le règlement politique dans ce pays (Affaires étrangères)    Vient de paraître | Nouveau Dictionnaire Général Bilingue, Français-Italien et Italien-Français de Giovanni Dotoli : «A tous ceux que la belle Italie intéresse»    Ben Salah et le chancelier Kreisky    Officiel : La France retirera la Tunisie de la Liste Verte    En Iran, une explosion dans une usine pétrochimique suivie d'un incendie    Night in Tunisia, une création musicale signée Yacine Boularès, bientôt sur scène    Un Tunisien obtient gain de cause contre le ministre des Affaires Etrangères    Ammar Mahjoubi: Mythologies proche-orientales et récits bibliques    Des délégations militaires des camps en conflit en Libye signent un accord de cessez-le-feu à Genève    La poésie en questions | Dans l'atelier de la langue    Budget de l'Etat : Le volume de la dette publique estimé à 92,7% du PIB, à fin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kairouan : Une rentrée scolaire en demi-teinte
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 09 - 2020

La plupart des élèves ont oublié la majeure partie de ce qui leur a été enseigné l'année dernière.
C'est dans un contexte sanitaire exceptionnel marqué par des déclarations rassurantes quant à l'importance des mesures préventives visant à limiter la propagation du Covid-19, ainsi que celles relatives à l'allégement des programmes et au système d'alternance, que les 75.000 écoliers et 45.000 collégiens et lycéens ont entamé la nouvelle année scolaire dans une certaine cacophonie, surtout en ce qui concerne les horaires décalés. En effet, chaque classe est répartie en deux groupes fonctionnant sur le mode de l'alternance entre les jours de repos et de cours. Chose qui n'est pas toujours facile à appliquer surtout dans des écoles qui ne comptent que trois salles de classe.
En outre, beaucoup d'écoles, dont l'infrastructure est délabrée, souffrent de l'absence de cadres éducatifs, d'eau potable, d'électricité, de clôtures, de cantines, de blocs sanitaires et d'ouvriers pour le nettoyage. En fait, ces établissements n'ont pas été bien préparés pour appliquer le protocole sanitaire. D'où la méfiance des parents et du cadre éducatif. D'ailleurs, certaines écoles n'ont pu accueillir jusqu'à la date d'aujourd'hui leurs élèves. On citerait les exemples des écoles de Ras El Itha et d'Essarj, situées dans les montagnes de Oueslatia et qui n'ont ni toilettes, ni eau potable, ni électricité, ni clôture, ni gardiens. En effet, les travaux de restauration et d'extension ayant débuté en 2016 à l'école Essarj qui ne compte que trois salles, à ciel ouvert, n'ont pas été achevés. Idem à l'école Ras El Itha où des travaux ont débuté en 2018 mais restent inachevés. Par ailleurs, le manque de produits d'hygiène et de désinfection ainsi que de bavettes et de gel fait craindre le pire. Ainsi, au lycée Ibn Rachik (Kairouan-ville), une élève, inscrite en 3e année Lettres, a été testée positive au Covid-19, le 25 septembre, sachant qu'elle a dû attendre pendant 10 jours ce résultat, durant lesquelles elle continuait à fréquenter son lycée et à côtoyer ses camarades et ses enseignants. D'où la panique générale au sein de cet établissement et le sit-in organisé le 26 septembre par les enseignants qui exigent, d'une part, la nomination d'un proviseur (depuis la rentrée, un proviseur par intérim ayant à sa charge le lycée Ibn El Jazzar, assure difficilement cet interim) et, d'autre part, la désinfection totale des locaux. Notons qu'une liste de toutes les personnes ayant contacté cette jeune fille a été établie afin de les soumettre aux prélèvements. En outre, une opération de nettoyage et de désinfection a été assurée afin de permettre la poursuite normale des cours...
Noyade d'un élève à Chebika
Dans la zone rurale d'El Kama (délégation de Chebika), un élève âgé de 14 ans, et inscrit au collège de Chebika, a voulu se rafraîchir dans une Jebbia en compagnie de deux de ses camarades, vu la hausse anormale de la température, en cette journée du 25 septembre, frôlant les 40°. Malheureusement, il est mort noyé bien que ses camarades, meilleurs nageurs, aient fait des efforts pour le sortir de l'eau. En vain..
Par ailleurs, trop d'heures creuses dans les emplois de temps des collégiens et des lycéens exposent ces derniers aux dangers de la rue, aux trafiquants et aux délinquants, sans oublier le risque de contamination par le virus. Il serait nécessaire de regrouper les heures de cours pour leur permettre de regagner leurs domiciles à la fin des cours. Toujours à Sbikha et, plus précisément au village de Hendy Zitoun, les parents ont décidé le 25 septembre la fermeture de la seule école en empêchant tous leurs enfants d'y aller sans avoir cours et cela à cause du manque flagrant d'instituteurs (il en manque 14), sachant que cette école compte 334 élèves. Dans les zones rurales, le manque de ressources n'encourage pas les familles nécessiteuses à acheter les bavettes de protection. Certains élèves se trouvent obligés d'emprunter celles de leurs camarades augmentant, ainsi, le risque de contamination. Pourtant, les responsables ont affirmé que les masques de protection seront distribués aux élèves nécessiteux. Il n'en fut rien.
Organisation inintelligible
Après une rupture de 6 mois, les élèves ont été, durant les deux premières semaines de la rentrée scolaire, quelque peu déboussolés par le nouveau rythme scolaire et l'application du protocole sanitaire. Sihem, professeur de français, dans un collège à Chebika, nous a confié que ses élèves (8e année) ont oublié une partie du programme scolaire de l'année dernière et n'arrivent plus à faire la différence, à titre d'exemple, entre les modes et les temps d'un verbe. C'est pourquoi la plupart des enseignants ont consacré leurs premières séances à la récapitulation des enseignements de l'année scolaire précédente, suivie par une synthèse des cours du troisième trimestre sans oublier de rappeler aux élèves les mesures de prévention sanitaire pour se protéger du coronavirus : «Ce n'est pas toujours facile de veiller à l'application des recommandations du ministère de la Santé au sein de la classe d'autant plus que nous-mêmes nous avons du mal à supporter les bavettes, surtout quand il fait chaud et qu'on porte des lunettes!», confie Salem, un instituteur de l'école de Fej Houisset.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.