La commission des finances adopte son rapport relatif à la mission de l'ARP pour l'année 2021    Tunisie : Situation sanitaire au Kef    Black Friday chez Fatales, les bons plans à ne pas rater    Webinar sur les principales leçons tirées de Tfanen-Tunisie Créative le 3 décembre    Lancement du projet européen "RUSEMED" pour la création des réseaux de réutilisation des déchets    Tunisie-Journée de la colère: En images les slogans des journalistes à Sousse    Affaire Fabrice Ondama : Le comportement du Club Africain est inadmissible, selon l'avocat du joueur    Coupe de la CAF (Préliminaire aller) US Monastir-Fasil Ketema : Premier défi africain à relever pour les fils de la capitale du Ribat    Etoile du Sahel : un entraîneur brésilien sur le radar    Saied appelle à barrer la route au banditisme des manifestants    Tunise: 10 dinars pour chaque procès, la proposition du juge Moez Ben Fraj commence à prendre forme    45% des transactions financières se font par chèques    Le secret de la photo idéale avec un smartphone révélé par un spécialiste    En photos : En colère, les journalistes protestent à la Kasbah    Change devises en dinar tunisien : Cours du 26 novembre 2020    Echange de graves accusations entre deux hauts magistrats : Faut-il craindre pour l'indépendance de la justice ?    DECES : Mahmoud TAAMALLAH    Calme plat et absence de production au bassin minier    Kairouan : Pénurie de bouteilles de gaz domestique    Deux jeunes adolescents comblent les ornières de la route menant à Rakkada (Kairouan-Sud) : Une belle initiative citoyenne    A Sousse, des citoyens en colère suite à une grève soudaine des agents de la STEG    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 Novembre 2020 à 11H00    Diego Maradona s'est éteint hier : Une légende s'en va !    Ligue des champions (Finale) Al Ahly-Zamalek : une explication égyptienne entre les deux grands éternels rivaux.    Ligue des Champions : le Bayern et City qualifiés aux huitièmes de finale    La grève des magistrats prolongée de trois jours    NEWS | Shonga propose ses services à l'EST    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Sénégal : la Banque africaine de développement renforce les capacités nationales pour accroître la performance de son portefeuille    Forum de recrutement de l'INSAT : une édition spéciale 100% digitale    Habib Ammar : la priorité est de protéger le secteur touristique de l'effondrement    Le marché boursier termine la séance dans le vert à 0,74%    La réaction au virus dépend aussi des gènes du patient, déclare Chokri Hammouda    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Des cercles de réflexion auront lieu à Dar Sebastien à partir du 27 novembre 2020    Météo: Prévisions pour jeudi 26 novembre 2020    Tunisie – Dialogue National : Ennahdha et sa manie de manger à tous les râteliers    Netanyahu se rendra "bientôt" à Bahreïn    Un camp de migrants violemment démantelé en plein Paris    La tension monte en Thaïlande    « Les Tunisiennes et le cinéma », une louable initiative    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    40e jour de son décès : Naama, la voix de la Tunisie    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    WEBINAIRE | «Les arts du spectacle vivant au temps du coronavirus en Tunisie», organisé par Al Badil-L'Alternative Culturelle: Et les arts de la scène dans tout ça ?    On nous écrit | « Untitled », l'exposition collective à la Galerie Selma-Feriani: Sans nom, et pourtant...    Le budget du ministère des Affaires Culturelles pour l'année 2021 fixé à 358,4 millions de dinars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Ghariani en passe de rallier Rached Ghannouchi à L'ARP : Manœuvre politique ou réconciliation réelle ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 10 - 2020

Quel message le président de l'Assemblée veut-il transmettre ? Pour quelle raison a-t-il opté pour une ancienne figure du RCD dissous ? S'agit-il d'une manœuvre politique ciblant la présidente du Parti destourien libre, Abir Moussi ? La décision prise par Rached Ghannouchi de faire appel au dernier secrétaire général de l'ex-RCD, Mohamed Ghariani, ne passe pas inaperçue.
La nomination, qui n'a pas été encore officialisée, intervient dans un contexte politique et national délicat, où toutes les manœuvres sont soigneusement calculées. Dimanche dernier, les Tunisiens ont su, à travers les médias, que le président de l'ARP, Rached Ghannouchi, a décidé de désigner Mohamed Ghariani, ancienne grande figure du régime Ben Ali, en tant que son conseiller chargé du dossier de la réconciliation nationale. Ce dernier n'a pas nié cette nouvelle, affirmant qu'il a donné son accord de principe pour assumer un tel poste, en attendant l'approbation de l'Assemblée.
Au fait, Ghariani, l'homme lige de Ben Ali, n'a jamais caché sa proximité avec le chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi. Depuis qu'il était à la tête de l'ambassade de Tunisie à Londres où se sont réfugiées la plupart des figures islamistes, il aurait entretenu de bonnes relations avec le parti Ennahdha. Après la révolution, il s'est rapidement reconverti en un grand défenseur de la réconciliation nationale mais aussi en un allié non annoncé du parti de Montplaisir. A maintes reprises, il avait montré ouvertement son soutien à Rached Ghannouchi, affirmant même qu'il était un homme d'Etat.
Mais pour certains observateurs, de toute évidence, cette probable nomination de Mohamed Ghariani au poste de conseiller spécial dans le cabinet du président de l'ARP est destinée avant tout à déstabiliser Abir Moussi, son ennemie jurée. Le «Cheikh» veut-il narguer sa plus grande adversaire ? Est-ce une façon de lui transmettre des messages implicites et même explicites? En tout cas, contactés par notre journal, plusieurs députés du PDL ont refusé de commenter cette éventuelle nomination avant son officialisation.
Pas le bienvenu !
Sauf que visiblement, et au vu des premières réactions à cette éventuelle nomination, Mohamed Ghariani n'est pas le bienvenu au Parlement. Le député indépendant, Mongi Rahoui, a tiré à boulets rouges sur les deux nouveaux alliés. Il a affirmé dans ce sens que les «figures de la corruption» ne sont pas les bienvenues au Parlement. «Même si le cheikh de la destruction de la Tunisie veut t'imposer à l'Assemblée, nous refusons toute réconciliation venant de toi», a-t-il menacé.
Même son de cloche chez le député d'Attayar, Hichem Ajbouni, qui a exprimé son refus de la désignation de l'ancien secrétaire général du RCD dissous. Pour lui, cette désignation est un simple «gaspillage d'argent public à des fins politiques». «Il est clair que Rached Ghannouchi veut désigner le dernier secrétaire général du RCD, Mohamed Ghariani, dans le cadre de son conflit politique avec Abir Moussi», a-t-il expliqué.
Pour sa part, le député de la Voix des agriculteurs, Fayçal Tebini a appelé, hier lors d'une séance plénière, le bureau de l'Assemblée à renoncer à cette nomination. «Ghariani croit-il vraiment à la réconciliation nationale et à la Révolution. Si Ghannouchi tient à lui qu'il l'emmène à Montplaisir!» s'est-il indigné.
Sur son compte Facebook, Seifeddine Makhlouf, président de la Coalition Al-Karama et principal allié d'Ennahdha, a également fustigé cette éventuelle nomination, affirmant qu'il s'opposait «fortement» à l'implication d'une telle figure dans le traitement des dossiers des martyrs et blessés de la révolution.
Au vu de cette tension qu'a suscitée son éventuelle nomination et ces refus annoncés, Ghariani réussira-t-il dans cette délicate mission une fois officialisée ? Pas si sûr, face à un Parlement régi par des conflits interminables. Il est à rappeler que Ghariani avait été arrêté le 11 avril 2011, aux motifs de «détournement et extorsion de fonds, de malversation, de spoliation et d'abus de pouvoir ayant porté préjudice à l'administration». Deux ans plus tard, il a été libéré sous le gouvernement d'Ali Laârayedh. Blanchie par la justice, l'ancienne figure majeure du RCD a fait son come-back politique par la porte de Nidaa Tounès. En effet, en intégrant le parti de feu Béji Caïd Essebsi, en tant que membre de l'exécutif, Ghariani espérait relancer en vain sa carrière politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.