Adoption officielle des nouvelles normes de classification des hôtels touristiques tunisiens    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    La solution selon Mohsen Marzouk    Report de la manifestation des Nahdhaouis, Mohamed Gouméni révèle le vrai du faux    Coup d'Etat et grande instabilité en Arménie    Deux personnes tuées lors des troubles et 468 arrestations    50 migrants se sont noyés et les survivants accueillis en Italie    66.23 dollars/baril    Exit les corrompus, les hommes de médias et les dirigeants d'associations    Amateurs de foot, Que regarder ce soir ?    Mohsen Marzouk : Ennahdha est capable d'abandonner Mechichi à tout moment    Arrêté pour avoir insulté et agressé sur les réseaux sociaux    Les Tunisiens à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    La nouvelle souche n'est pas dangereuse mais la vigilance reste de mise    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Le salon pour l'amour de l'Art    La danse comme partie prenante d'une pièce de théâtre    Fethi Slaouti: L'école publique est aujourd'hui menacée plus que jamais    HAICA: la chaîne « Attessia TV » écope d'une amende de 10 mille dinars    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    CONECT International condamne la grève douanière    Fermeture du Tunnel de l'avenue Yasser Arafat vendredi jusqu'à 20h00    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Ils ont dit    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    CONDOLEANCES    Zarzis | Agence de Protection et d'Aménagement du Littoral (APAL) : Pourquoi ignorer les plages les plus fréquentées ?    DECES : Hadj Hemden Ben Mohamed ERRAIS    La semaine des zones humides à Tunis : Un enjeu de taille    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    La poésie en questions : A propos des faux-monnayeurs ?    Et si la dégradation nous réconciliait ?    Boxe | 72e Tournoi de Sofia : Khouloud Halimi lésée par les juges    News | Et de huit pour Sliti    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Inauguration de la plateforme Hannibal pour contrôler les flux physiques des devises    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    L'Art Rue présente «Métamorphose #1» de Essia Jaïbi : Interroger les perceptions    Art contemporain : Une boîte ouvre sur l'autre    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de Loi de finances complémentaire 2020 : Retour à la case départ
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 11 - 2020

Retour à la case départ, pour le projet de la Loi de finances complémentaire (LFC) 2020, après que la Banque centrale de Tunisie (BCT) a conditionné l'octroi des fonds nécessaires pour combler le déficit budgétaire de l'Etat, par l'obtention d'une autorisation législative exceptionnelle de la part de l'ARP.
« Il semble que l'intervention de la BCT demeure toujours nécessaire, ce qui impose de trouver une couverture légale à cette intervention », a fait savoir le gouverneur de l'institut d'émission, Marouen Abbasi, dans une correspondance adressée, vendredi, au président de l'ARP, deux jours après l'adoption de la nouvelle version du projet de la LFC par la commission des finances, de la planification et de développement (avec 11 voix pour et une voix contre).
Pour rappel, le gouvernement a retiré, le 30 octobre 2020, la première version du projet de LFC, pour révision, à la demande de la commission des finances. La nouvelle version dudit projet a été soumise le 13 novembre à l'assemblée.
Abassi a précisé, dans sa correspondance à l'ARP (le 18 novembre 2020), que bien que les amendements inclus dans la nouvelle version du projet de la LFC ont permis de réduire le volume des emprunts internes, la mobilisation des ressources estimées, reste conditionnée par la capacité du système bancaire à injecter ces sommes, et ce, sans toucher aux équilibres macroéconomiques.
Réitérant que la BCT tient à soutenir le gouvernement pour faire face aux répercussions sans précédent de la pandémie du Covid-19, le gouverneur a indiqué que le financement du déficit budgétaire par l'achat de bons du Trésor assimilables (BTA), à long terme, dans le cadre des opérations du marché ouvert, sera en contradiction avec le cadre opérationnel et stratégique de la politique monétaire.
« Ces opérations relatives à l'achat de BTA à long terme, s'inscrivent dans le cadre de la réalisation des objectifs de la politique monétaire et le rétablissement des équilibres sur le marché monétaire.
Avec l'achat de ces BTA, le montant dû à la BCT, dans le cadre du marché ouvert, passera à 6,4 milliards de dinars, contre 3,6 milliards de dinars, actuellement, ce qui représente plus de 60% de l'ensemble des opérations de la politique monétaire et 18% du budget de la banque centrale, limitant, ainsi, l'efficacité de la politique monétaire en termes de maintien de la stabilité des prix ».
Il est à noter que la Loi n° 35 pour l'année 2016 du 25 avril 2016, fixant le statut de la Banque centrale de Tunisie, interdit le financement direct du trésor par la BCT.
Abassi a conclu que le financement du déficit budgétaire nécessite dans tous les cas, une autorisation législative spéciale et exceptionnelle de la part de l'ARP, afin que son intervention s'adapte à son cadre législatif et aux principes de la bonne gouvernance.
Il a aussi, insisté sur l'aspect exceptionnel de cette autorisation, étant donné que le financement direct et continu du trésor par la Banque pour combler le déficit budgétaire, est de nature à écorcher l'image du pays auprès des institutions financières, des agences de notation et des investisseurs.
Le président de la Commission parlementaire des Finances, de la planification et du développement, Haykel Makki a affirmé que « la BCT refuse de financer le déficit du budget complémentaire pour 2020, sans une autorisation explicite, à travers un texte de loi émanant du parlement ».
Et d'ajouter dans une déclaration à l'agence TAP, que « la commission des finances a adopté le PLFC 2020, en se basant sur les déclarations du ministre des Finances, Ali kooli, lequel a affirmé être parvenu à un accord avec la BCT pour financer le déficit budgétaire ».
Makki a critiqué ce qu'il a qualifié de « tromperie » de la part du gouvernement, considérant que « le gouvernement de Mechichi ne s'est pas accordé avec la BCT, concernant le financement du budget ».
Il a estimé que le parlement se trouve ainsi, dans une situation embarrassante qui le pousse à donner à la BCT, l'autorisation qu'elle demande, tout en assumant les répercussions de ce pas, sur la parité du dinar et l'évolution de l'inflation, bien que » le gouvernement est le seul responsable du budget et qu'il doit de ce fait, trouver des solutions ».
Le bloc parlementaire démocratique a soumis, le 3 novembre 2020, une initiative législative d'amendement de l'article 25, de la Loi n° 2016-35 du 25 avril 2016, portant fixation du statut de la Banque centrale de Tunisie, afin d'autoriser la BCT à financer le budget à un taux déterminé et limité dans la durée.
Le bloc a, par ailleurs, demandé d'accélérer l'examen de cette proposition, la justifiant par la crise économique et sociale grandissante que traverse le pays, et le grand volume d'endettement inscrit dans le cadre des projets de LFC 2020 et de LF 2021.
Commentant cette initiative, l'universitaire et économiste Ridha Chkondali a estimé qu'il est nécessaire pour le gouvernement ou les partis qui le soutiennent, d'émettre une initiative législative pour amender l'article 25 du statut de la BCT pour l'autoriser à prêter à l'Etat et débloquer ainsi, la situation. Contactés par l'agence TAP, le gouvernement et l'ARP n'ont jusque-là pas réagi à la demande de la BCT de lui accorder une autorisation exceptionnelle pour financer le déficit du budget 2020.
Certains députés ont toutefois, réagi sur les réseaux sociaux, exprimant leurs craintes quant à un éventuel retard de l'adoption du PLFC 2020, qui aurait un impact sur les autres engagements parlementaires, à l'instar de la discussion de PLF 2021.
La semaine prochaine sera, en tout cas, décisive en ce qui concerne les relations entre les autorités politiques et monétaires du pays, à l'approche de la fin des 100 premiers jours du gouvernement Mechichi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.