Covid-19 | Un don américain de matériels médicaux au profit des hôpitaux de Remada et Ben Guerdane    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Kaïs Saïed présente ses condoléances à la famille de Meherzia Laabidi    Ce soir, le film documentaire «Boxe avec elle» : Les boxeuses vous parlent...    Les retraités affiliés à la CNSS peuvent désormais encaisser leurs pensions à travers les DAB    Semaine boursière : Le marché boursier termine sur une note négative    Olympisme : Le président du CIO se félicite du partenariat entre le CNOT, le gouvernement tunisien et l'OMS    Coronavirus-Gouvernement Mechichi: Le gouvernement des paradoxes    Zone logistique de Gargour (Sfax) : Appel à manifestation d'intérêt    Ligue 1 (9e journée) : Une affiche prometteuse en vue entre l'ES Tunis et le Stade tunisien    Zinedine Zidane (Real Madrid) testé positif au Covid-19    Covid-19 : 15% des entreprises ont réduit le nombre de leurs employés pendant la crise sanitaire (étude)    Tunisie-Béja: Des protestataires bloquent le passage des camions chargés de blé    Coronavirus: Les Etats-Unis déterminés à accélérer l'acheminement du vaccin vers la Tunisie    Tunisie : Le juge Mekki Ben Ammar, libéré    Rencontre entre le président de la CONECT M. Tarak Cherif et l'ambassadeur d'Allemagne en Tunisie, son excellence M. Peter Prügel    D'importantes quantités de riz, de café et de lait importées par l'OCT, sont avariées    Le musée national du Bardo : Cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015    Donner sa chance à la chanson tunisienne ?    Présentation du livre de Khaled Derouiche : «Le dernier texte», traduction de M. Mohamed Baligh Turki    Le film "Fathallah TV,10 ans et 1 révolution plus tard" disponible en ligne sur le site de la FCAPA    Handball — Après notre élimination du Mondial: Dédramatisons !    USM: Une deuxième victoire pour décoller    NEWS: Ramzi Ferjani renforcera les U20    CONDOLEANCES    Selon L'UTICA, l'arrestation de Nabil Karoui n'est pas la solution    REMERCIEMENTS ET FARK: Jalel OUAJA    Confinement, des résultats en dessous des attentes ?    Coronavirus: De nouvelles contaminations à Zaghouan    Tunisie – vaccin anti-Covid: 100 mille citoyens déjà inscrits sur la plateforme Evax    Investissement Direct Etranger (IDE) en recul: L'instabilité continue à faire fuir les entreprises    Ils ont dit    La présidence a-t-elle arrêté le dialogue national ?    Programme TV du vendredi 22 janvier    Handball Mondial-2021 / Norvège vs Algérie en direct et live streaming : comment regarder le match ?    La poésie en questions: Histoire de versifications    Exposition personnelle «Des moments de peinture» de Qays Rostom à la galerie Saladin: Des actions de création    Les cadres de la Caisse des Dépôts et Consignations Tunisie à l'école de la BAD    Météo: Pluies attendues à partir de cette nuit dans le nord et localement le centre    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un avenir peu rassurant
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 11 - 2020

Entre pas de vision ou une vision trop étroite de la part des gouvernants qui se succèdent et qui se ressemblent, le Tunisien se perd. Selon le dernier sondage d'Emrhod Consulting, 84 % des Tunisiens pensent que l'économie du pays se dégrade et 51% se disent pessimistes pour l'avenir. Les horizons manquent et l'économie tunisienne est de plus en plus menacée par la révélation de nouveaux démons intérieurs.
Faut-il s'habituer aujourd'hui à répéter les mêmes constats et les mêmes causes qui empêchent le pays dedécoller, de se métamorphoser, de prendre une nouvelle dimension, notamment au-delà de ce qu'il a pris l'habitude de connaître et de vivre ces dernières années ?
Dans un contexte politique ambigu, les demandes des agences de notation, Fitch Ratings et Moody's, pour connaître la situation en Tunisie, sont devenues fréquentes. L'image donnée dépend beaucoup trop des déviations dans lesquelles le pays est entraîné et dont beaucoup de parties assument visiblement une grande partie. Nous continuons à croire que la Tunisie attire encore les investisseurs étrangers, qu'elle a encore de l'avenir. Mais elle n'attire pas comme avant et comme on aurait pu le souhaiter.
C'est à se demander si le pays n'est pas déjà dans le mur ! On pourrait comprendre ceux qui seront affirmatifs dans leurs appréciations, particulièrement à travers les incidents de plus en plus inquiétants. Les interrogations ne s'arrêtent pas pour autant là. Il reste à se demander comment l'économie et les finances peuvent se redresser alors que le contexte est au plus mal ! Ce qui est entrepris dans ce registre est devenu une source d'inquiétude, une crainte avérée. En l'absence de stratégies et de travail de fond, le risque de l'assèchement de toute l'économie tunisienne est réel, tout comme la menace de s'égarer encore davantage sur un terrain glissant. A la place des programmes et des projets, l'on a désormais droit à des agissements et des prises de position qui divisent plus qu'elles ne rassemblent.
Pour le citoyen averti, ou encore ordinaire, il n'y a rien de rassurant. Depuis déjà dix ans, les promesses n'ont jamais dépassé le stade des paroles et les travers sont toujours les mêmes. Il s'est avéré que se partager la médiocrité, c'est ce qu'on aime le plus dans le monde «merveilleux» des politiques. D'ailleurs, rares sont les Tunisiens qui s'y retrouvent. Car plus personne n'est convaincu des arguments et des raisons des uns et des autres. L'impact est négligeable et les rôles sonnent faux. Pas dans le ton, hors contexte. Et trop tournés vers la médiocrité ! Cela, personne ne semble aujourd'hui l'ignorer car sur les défaillances et le gâchis politique miné par un vide existentiel, se profilent depuis maintenant dix ans les dessous d'un avenir pas tout à fait rassurant. Il ne faut pas chercher ailleurs les raisons d'un vrai malaise et d'une profonde interrogation. Le pire est que les différentes parties prenantes ont vraiment le sentiment d'avoir raison. Leur appréciation de la situation leur paraît juste. Mais le problème est qu'elles ont raison toutes seules. Ce qu'elles cherchent n'est pas tant d'être appréciées comme étant capables de tirer le pays vers le haut et lui donner un peu de grandeur, mais plutôt de se cacher derrière les faux alibis, les polémiques inutiles. Beaucoup ne s'arrêtent même pas lorsqu'ils réalisent qu'ils sont sur le point de déborder…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.