Adoption officielle des nouvelles normes de classification des hôtels touristiques tunisiens    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    La solution selon Mohsen Marzouk    Report de la manifestation des Nahdhaouis, Mohamed Gouméni révèle le vrai du faux    Coup d'Etat et grande instabilité en Arménie    Deux personnes tuées lors des troubles et 468 arrestations    50 migrants se sont noyés et les survivants accueillis en Italie    66.23 dollars/baril    Exit les corrompus, les hommes de médias et les dirigeants d'associations    Amateurs de foot, Que regarder ce soir ?    Mohsen Marzouk : Ennahdha est capable d'abandonner Mechichi à tout moment    Arrêté pour avoir insulté et agressé sur les réseaux sociaux    Les Tunisiens à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    La nouvelle souche n'est pas dangereuse mais la vigilance reste de mise    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Le salon pour l'amour de l'Art    La danse comme partie prenante d'une pièce de théâtre    Fethi Slaouti: L'école publique est aujourd'hui menacée plus que jamais    HAICA: la chaîne « Attessia TV » écope d'une amende de 10 mille dinars    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    CONECT International condamne la grève douanière    Fermeture du Tunnel de l'avenue Yasser Arafat vendredi jusqu'à 20h00    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Ils ont dit    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    CONDOLEANCES    Zarzis | Agence de Protection et d'Aménagement du Littoral (APAL) : Pourquoi ignorer les plages les plus fréquentées ?    DECES : Hadj Hemden Ben Mohamed ERRAIS    La semaine des zones humides à Tunis : Un enjeu de taille    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    La poésie en questions : A propos des faux-monnayeurs ?    Et si la dégradation nous réconciliait ?    Boxe | 72e Tournoi de Sofia : Khouloud Halimi lésée par les juges    News | Et de huit pour Sliti    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Inauguration de la plateforme Hannibal pour contrôler les flux physiques des devises    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    L'Art Rue présente «Métamorphose #1» de Essia Jaïbi : Interroger les perceptions    Art contemporain : Une boîte ouvre sur l'autre    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'espoir fait encore place au doute
A l'approche des élections du Comité national olympique tunisien
Publié dans La Presse de Tunisie le 23 - 02 - 2017

Le sport a impérativement besoin d'une véritable réflexion sur la manière avec laquelle il est géré et sur les véritables problèmes
qui entravent sa marche. Au lieu de quoi, un bon nombre de responsables sportifs préfèrent user dans les fausses promesses,
dans les beaux discours. Convaincus qu'ils sont que le sport leur saura gré de voir leurs limites s'exposer et défiler ici et là.
A l'approche des élections de l'assemblée générale élective du Comité national olympique, les problèmes de forme et de fond du sport tunisien continuent de conditionner le quotidien du sport tunisien. Les questions essentielles, aussi bien pour le présent que pour l'avenir restent toujours sans réponses.
Rien n'est suffisamment clair, et encore moins rassurant ni dans la gestion de la plupart des fédérations, ni dans les stratégies et les méthodes de travail, encore moins dans les prérogatives et les alternatives annoncées ici et là.
Le sport tunisien vit dans l'attente. Et vivre dans l'attente, c'est aussi vivre dans le doute. Cela, personne ne semble aujourd'hui l'ignorer car sur les manquements et le gâchis engendrés par un vide existentiel, se profilaient depuis longtemps les dessous d'un avenir pas tout à fait sécurisant. Il ne faut pas chercher ailleurs les raisons d'un vrai malaise et d'une profonde interrogation. Le constat ne laisse point en effet indifférent : on ne travaille pas suffisamment, sinon pas du tout, les fondamentaux. Que ce soit sur le plan purement sportif, ou d'ordre organisationnel et structurel, ce sont encore et toujours les mêmes défaillances et les mêmes dérives.
L'évolution et même la métamorphose du sport tunisien ne pauvent se traduire que par des façons d'être, de faire et de penser différentes. Il ne s'agit pas seulement d'aspirer aux postes et aux responsabilités, comme c'est bien le cas des ambitions que l'on nourrissait pour un siège au Cnot, mais plutôt repartir sur un nouveau cycle, de nouvelles priorités, et surtout plus de crédibilité et des programmes conséquents.
Si elles sont considérées à leur juste valeur et avec la véritable signification qui devrait leur être accordée, les élections du Cnot, prévues pour le 12 mars prochain, sont une nouvelle opportunité pour entamer une nouvelle ère. Il s'agit au fait de remettre de l'ordre dans un sport et un environnement égarés.
A l'occasion de chaque élection, l'on fait croire de s'inscrire dans une politique de vigilance et de rigueur, mais l'image que l'on ne cesse de donner depuis longtemps est celle des dérives dans lesquelles est entraîné le sport. Entre ministère, instances et fédérations, la responsabilité est souvent partagée. C'est toujours le même discours et les mêmes réflexions. Beaucoup de responsables fédéraux et de clubs s'arrogent le droit d'avoir raison sur le terrain et ailleurs, de contester, de polémiquer à tort ou à raison. Le modèle sportif, tel qu'il est actuellement revendiqué, est affecté par des considérations et des égards qui n'ont aucun rapport avec le sport. La remarque n'est pas anodine puisque la discipline et le fair-play ne font pas partie des priorités absolues de ces responsables à différents niveaux. Tout cela dépasse largement le débat autour de l'idée que l'on se fait d'une épreuve, d'un résultat, d'une médaille, d'un titre.
Ignorés jusqu'ici sous l'effet d'arguments erronés, les véritables besoins et impératifs du sport n'ont pas été placés depuis longtemps à leur juste valeur. On attend encore une véritable réflexion sur la manière avec laquelle il est géré et sur les véritables problèmes qui entravent sa marche. Au lieu de quoi, un bon nombre de responsables sportifs préfèrent user dans les fausses promesses, dans les beaux discours. Convaincus qu'ils sont que le sport leur saura gré de voir leurs limites défiler ici et là. Ce qu'ils cherchent n'est pas tant d'être appréciés comme des responsables capables de tirer le sport vers le haut. Le problème se situe au niveau des individualités, des noms, des aptitudes et des compétences, des stratégies, des approches. Le pire est que les différentes parties prenantes ont vraiment le sentiment d'avoir raison. Leur appréciation de la situation leur paraît juste. Mais, au fond, ils ont raison tout seuls.
Fiabilité sportive et ordre structurel
Il semble d'ailleurs entendu que les valeurs sportives et toute la signification qui s'y rattache n'ont plus de sens ou de raison d'être ni pour beaucoup de sportifs ni pour les responsables qui les encadrent. Le sport, comme on le vit, comme on le dénature, a beaucoup perdu de son âme et de son innocence. Dans un monde où les vrais responsables sont devenus minoritaires, l'inconscience est en train de tout détruire.
Si on n'a pas encore tiré les leçons des manquements et des dérives de tout bord, on ne peut qu'admettre que le sport ne peut plus être laissé au pouvoir de quelques personnes, à quelque niveau que ce soit. Fiabilité sportive, ordre structurel, on réalise qu'il il est tombé si bas et qu'on ne fait rien pour y remédier. La responsabilité de toutes les parties concernées est totalement engagée dans la mesure où plus personne ne semble s'inquiéter de ce qui se passe dans presque toutes les disciplines sportives. Personne ne semble aussi s'inquiéter des débordements qui ont atteint le point de non-retour.
Aujourd'hui, et à l'approche des élections d'une instance aussi importante que le Cnot, l'espoir fait encore place au doute. Tellement beaucoup de sportifs et de responsables tournent le dos à la vie sportive. Les standards et les règles communément respectés sont bafoués. Il s'est avéré que se partager la médiocrité, c'est ce qu'on aime le plus dans le monde «merveilleux» de ces nouveaux responsables. D'ailleurs, rares sont ceux qui s'y retrouvent. Car plus personne n'est convaincu du passage de certains qu'on tient à oublier. Leur impact est négligeable et leurs rôles sonnent faux. Rarement dans le temps. La même démagogie, le même populisme au sujet de la restructuration dont a vraiment besoin le sport. Jamais, ou presque, les questions de fond, le sens de la bonne formule.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.