Mes odyssées en Méditerranée | Décret de 1932 et naissance des syndicats indépendants: «Revendiquons», le journal des ouvriers en lutte    Perspectives: Arrêtons le gaspillage industriel ! Par Chokri GHARBI    Tunisie-Ligue 1 : Classement général avant les matches de ce dimanche    PROJET TEC-MED: Renforcement des capacités des ressources humaines    5e anniversaire de l'épopée de Ben Guerdane: Une leçon de courage    Une phase infertile    Hichem Mechichi commémore les évènements du 7-mars à Ben Guerdène    Tunisie [Vidéos]: Hichem Mechichi à Ben Guerdane pour commémorer la cinquième année de "l'Epopée de Ben Guerdane"    Quand l'origami fait la déco    Tunisie-Ligue 1 (J16): les matches de ce dimanche    Football : Programme TV de ce dimanche 07 mars 2021    Hamadi Chiheb, ancien milieu de terrain de l'ASM et de Fortuna Cologne: «Il ne reste que les souvenirs…»    Tendance coloration 2021: Les couleurs naturelles et chaudes ont le vent en poupe    Manifestation massive du PDL à Béjà    Peau hypersensible : retrouver le confort cutané    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    Météo | Ciel voilé et températures en légère hausse    Tunisie: Les jeunes, la révolution et les réformes    Tunisie – Pas d'affrontements entre les sécuritaires et des terroristes à Kasserine    Tunisie – Suspension d'un professeur pour suspicion de harcèlement sexuel    Tunisie – Mahdia : Arrestation de trois personnes qui vendaient un enfant d'un an et demi    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun et le FMI    L1 : L'US Ben Guerdane renverse l'US Monastir et devient 2e    Hichem Mechichi inaugure le projet de raccordement de Djerba au gaz naturel    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Nouveau volet de sanctions américaines    Un pays aux abords de la crise des nerfs !!    Othman Babba dans la ville    Entre le choix et l'obligation    Festival des expressions féminines    Marche à Habib Bourguiba : les manifestants revendiquent la chute d'un système gangréné    Tunisie [Vidéo]: Colère des Agences de publicité et de communication après l'enlèvement des panneaux de publicité par la municipalité de Sfax    Reprise des horaires administratifs ordinaires    Hichem Mechichi ne démissionnera pas    LC Afrique (Poules / 3èJ): les matches de ce samedi    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    L'Art Rue présente « Métamorphose #1 » de Essia Jaïbi : Explorer le champ des possibles    « Sortilèges d'une jeunesse », mémoires de Abdeljelil Karoui : Un véritable morceau de bravoure !    Par Hadi Sraïeb: La logique du FMI fait partie du problème et pas de la solution !    Pour le 4ème mois de suite, le taux d'inflation reste à 4,9%    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Condamnation de la violence à l'ARP: Rached Ghannouchi a-t-il sacrifié Al-Karama ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 01 - 2021

Après plus de cinq semaines de tiraillements politiques, de tension et d'échange d'accusations, le président du Parlement, Rached Ghannouchi, sous pression, a fini par céder et condamner la violence exercée par les députés d'Al-Karama contre ceux du bloc démocratique. On aurait pu éviter tout ce qui s'est passé, si on était parvenu à faire prévaloir la voix de la sagesse, sauf que les calculs politiques ont malheureusement conduit à une situation de blocage qui a mis en péril la santé des députés du bloc démocratique ayant entamé une grève de la faim.
Vendredi, la détérioration de l'état de santé de quelques députés grévistes a précipité la publication d'un communiqué de la part du président de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), Rached Ghannouchi, condamnant ces actes de violence survenus le 7 décembre dernier sous la coupole du Bardo.
Le communiqué, signé Rached Ghannouchi, condamne fermement «la violence physique» exercée par des députés de la coalition Al-Karama contre des élus du bloc démocratique. «Cette agression constitue un précédent dangereux qui ne devrait pas se répéter», a-t-on communiqué. Et de préciser que cette condamnation intervient après avoir pris connaissance des circonstances de l'agression contre les députés Anouar Ben Chahed, Samia Abbou et Amal Saïdi.
Au fait, cette condamnation intervient pour mettre fin à une journée mouvementée à l'ARP. En effet, vendredi dernier, l'état de santé des députés du Courant démocratique ayant entamé une grève de la faim s'est nettement détérioré. Un médecin a même été convoqué pour faire son diagnostic, affirmant que la députée Samia Abbou se trouvait dans un état critique. Un constat appuyé par des certificats médicaux qui a effectivement précipité la publication de ce communiqué de condamnation pour mettre fin à cette situation de blocage. Ce dénouement intervient également sur fond de pression exercée par la députée Abir Moussi en sa qualité de responsable des affaires des députés, contre Rached Ghannouchi, qui a finalement cédé et publié ce texte de condamnation, sur fond duquel la grève de la faim et le sit-in des députés du bloc démocratique ont été levés. En effet, la présidente du Parti destourien libre (PDL) est intervenue à plusieurs reprises et a demandé l'interruption des travaux de l'Assemblée en attendant qu'un communiqué soit publié par la présidence du Parlement.
Rupture entre Ennahdha et Al-Karama ?
Sauf que politiquement parlant, ce pas franchi par Rached Ghannouchi aura un coût et conduira à une redistribution des cartes au sein du paysage parlementaire. Quelques instants après, la coalition Al-Karama a tiré à boulets rouges sur Rached Ghannouchi, considérant cette décision comme une «trahison». En effet, intervenant dans des déclarations médiatiques, Seifeddine Makhlouf, fondateur de ladite coalition et chef de son bloc parlementaire, est allé même jusqu'à dire qu'ils ont été poignardés dans le dos et que ce communiqué aura des répercussions politiques. «A partir de ce moment, j'annonce que plus aucune alliance politique ne nous engage», a-t-il déclaré, faisant allusion à son alliance avec le parti Ennahdha mais aussi à son soutien au gouvernement Mechichi. D'ailleurs, il a clairement annoncé qu'ils ne voteront pas pour le prochain remaniement envisagé par le chef du gouvernement.
Ceci dit, le chef de l'ARP, aurait donné ses garanties à la coalition Al-Karama qu'il ne publiera aucun communiqué de ce genre et que ladite coalition conditionne son vote pour ou contre le remaniement en fonction de cette affaire. En tout cas, Seifeddine Makhlouf l'a prononcé à demi-mots, une rupture entre Al-Karama et Ennahdha pourrait avoir lieu dans les prochains jours et que «cette décision de condamner les députés de la coalition constitue un tournant dans les relations avec Ennahdha». Au fait, ce qui surprend le plus les députés d'Al-Karama, c'est que le rapport de la commission indépendante lancée pour investiguer cette affaire et déterminer les responsabilités ne confirme pas clairement que ces agressions ont été commises par les députés de ce bloc parlementaire, et se contente de dire qu'il y avait un échange de violence.
C'est en tout cas ce que ne cessent de répéter Seifeddine Makhlouf et Abdelatif Aloui, ouvrant le feu sur Rached Ghannouchi, qui a, semble-t-il, changé d'avis et déshonoré ses engagements envers son principal allié idéologique. Ce revirement de position est-il en lien avec la tenue du dialogue national ? Pour certains observateurs, il s'agit en effet d'une distanciation avec la coalition Al-Karama à quelques jours de l'organisation du dialogue national. D'ailleurs, la centrale syndicale, partie initiatrice, et le président de la République, Kaïs Saïed, superviseur de l'initiative, ont posé l'exclusion d'Al-Karama comme principale condition pour réussir ce dialogue d'envergure.
Comme nous l'avons souligné dans un précédent article, cette affaire dépasse de loin la question de la condamnation de ces actes de violence inouïe et porte notamment sur des tiraillements et des calculs politiques au sujet du remaniement ministériel et la tenue du dialogue national. Chacun sa carte de pression, chacun ses intérêts politiques, la situation ressemble beaucoup plus à un jeu d'échecs politique, où le seul perdant semble être la situation sanitaire et socioéconomique du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.