Le SYNAGRI appelle à la mise en service de l'unité de séchage du lait    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    La Tunisie perd un homme d'exception : Le professeur Fethi Nacef, psychiatre    Tunisie: L'Isie sous la loupe de la Cour des comptes    Blocage politique inédit : Ego, rien que de l'ego !    Hamma Hammami : Je n'ai pas un frère qui s'appelle Rached    Covid-19 | Nabeul : 2 décès et 26 nouvelles contaminations    Le gouvernement doit s'excuser    "Les Volants d'Or 2020" de TOTAL : Les meilleures du secteur automobile en Tunisie à l'honneur !    Tunisie – Vaccin anti covid: la présidence reçoit un don de 1000 doses et l'a réservé à 500 professionnels de la santé    Les indiscrétions d'Elyssa    Ali Kooli: Bientôt des comptes en devises en Tunisie    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Vaccins distribués aux hauts responsables en Tunisie, des députés exigent une enquête    Culture du colza en Tunisie : La création d'une variété locale n'est pas à l'ordre du jour    Moncef Marzouki : kais Saïed fait partie de la contre-révolution    Aménagement des zones industrielles : Pour des espaces modernes et connectés    Campus culture : Un cheminement d'éveil et de découverte    Vaccins distribués aux hauts responsables en Tunisie, des députés exigent une enquête    Appel à développer la recherche scientifique sur les maladies rares    Mechichi inaugure le 2ème centre technologique "Elife" à Béja    Tunisie – Soldes 2021: Les ventes ont chuté en boutiques et prospèrent en ligne    Ligue 2 | 5e journée – Groupes A, B ET D : Aouichaoui, bourreau du SG    Tunisie – météo : Brouillard le matin et températures stables    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Sidi Bouzid : Avancement des travaux réaménagement du parc de la cité El Khadra    CAN U20 | Demi-finales – Ouganda-Tunisie (Ce soir A 20h30) : L'histoire s'écrit ce soir !        D'un sport à l'autre    Un volcan en activité    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    Semaine agitée autour de l'islam en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'entreprise autrement: Processus grippé, rêve brisé
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 01 - 2021

Inadmissible! Comment est-ce possible qu'aucun effort sérieux d'évaluation n'a été effectué à l'occasion du Xe anniversaire des événements de janvier 2011, appelés « Révolution du peuple tunisien » qui, en Tunisie, ont notablement changé le cours de l'histoire de notre pays et participé à moult changements dans la région arabe ?
Des événements qui ont fait vibrer de larges franges de la population, qui se sont parfois accélérés de façon à désarçonner plus d'un observateur vigilant et bien outillé, plus d'un expert chevronné. Des événements ayant déclenché un processus de changement parfois prononcé si ce n'est radical, dans plusieurs domaines, qui semble aujourd'hui grippé et qui ont eu un coût humain, économique et social qui reste à calculer et qui, à première vue, ne pourrait qu'être excessif pour ne pas dire exorbitant ?
Comment alors ne pas avoir procédé à cette opération vitale. Une évaluation approfondie qui aurait débouché sur un débat national aurait dû être effectuée à très haut niveau et dans un cadre très solennel à la lumière d'un travail méticuleux d'un groupe d'experts chevronnés, et ce, afin de pouvoir mesurer le chemin parcouru, tirer les leçons et proposer aux décideurs des solutions capables de sauver le pays d'une faillite totale imminente.
Débat qui aurait pu, entre autres, donner naissance à un nouveau pacte national. Un laboratoire de recherche ainsi qu'un centre de documentation spécialisé auraient dû, par ailleurs, voir le jour. Un excellent documentaire aussi. Et ce n'est pas l'imagination qui manque aux Tunisiens pour l'élaboration de mille et un projets dans ce sens.
Et évaluation ne veut pas dire, ici, un travail de mémoire, et d'analyse historique des événements, mais un travail d'analyse approfondie des causes ayant déclenché lesdits événements ainsi que les causes, internes et externes, ayant abouti à notre situation actuelle. Et ce ne sont pas les experts qui manquent.
Cela laisse réellement perplexe. Pas même un petit débat national. Aucune instance officielle n'a pris la peine de créer l'événement dans ce sens. Absence scandaleuse d'un débat général au sein de l'Assemblée des représentants du peuple.
Des impressions, rien que des impressions et des avis, généralement négatifs et dont la plupart sont sous influence. Plusieurs observateurs avertis vous le diront, une terrible machine de propagande à agendas hostiles aux intérêts du peuple tourne à plein régime depuis 2011.
Rien. Silence radio ! Un ou deux colloques organisés par la société civile, les traditionnels mini-dossiers de presse comportant des témoignages de spécialistes, que les médias publient chaque année à la même période depuis 2012, quelques essais publiés, aux prix décourageants, pour un peuple qui ne lit pas et puis c'est tout. A provoquer la déprime d'un héros au faîte de sa gloire.
Il est vrai que la notion d'évaluation, pourtant vitale, n'a apparemment jamais constitué une composante de notre culture qui brille par le manque de rigueur et l'absence de la notion de planification. Sachant que l'évaluation est une composante essentielle et incontournable de toute planification.
Prenons l'exemple de la catastrophe qui s'est abattue, en mars dernier sur nous et qui continue de sévir, à cause de la pandémie provoquée par le nouveau virus à couronnes. Aucune évaluation sérieuse du bien-fondé des décisions prises le mois cité et pourquoi elles ont pris la forme que nous avons subie, n'a été effectuée. Elles ont pourtant provoqué une vraie catastrophe économique et sociale dans notre pays.
Revenons aux événements de janvier 2011 et leur suite. Le bon sens recommande pourtant d'entreprendre une telle action d'évaluation d'un vrai tsunami social et politique. A moins que nos responsables n'aient pas senti le besoin d'une telle initiative, occupés comme ils le sont à gérer notre quotidien. Un quotidien qui va déterminer notre avenir avec, hélas, des méthodes d'hier.
Il est vrai que le pays patauge aujourd'hui dans le flou et que la plupart de ses rêves au lendemain du 14 janvier 2011 ont été brisés. Dégoûté, abattu, envahi par le désespoir et l'absence d'horizons, le peuple semble comme quelqu'un qui se rend compte qu'il a été encore une fois le dindon de la farce. Que de déceptions aux lendemains de l'indépendance. Idem pour l'après 7-Novembre 1987. La coïncidence du 14 janvier, avec le démarrage d'un confinement total de quatre jours pour une énième phase de lutte contre la flambée de l'infection par le coronaires, a participé, pour sa part, à focaliser sur l'instant. Mais les opérations d'évaluation démarrent généralement des mois à l'avance et les deux pouvoirs concernés (L'exécutif, le présidentiel et le législatif) sont en place depuis plus d'une année et possèdent chacun les outils nécessaires pour les réaliser à temps et dans les règles de l'art.
La violence nocturne et les pillages qui se sont déclenchés à la veille de la date anniversaire constituent une illustration réelle à la faillite dont nous n'avons cessé de parler ici même, la faillite, morale, intellectuelle, sociale et économique qui nous attend si nous ne procédons pas au sauvetage du pays. Et toute action de sauvetage doit être précédée d'un diagnostic méticuleux de la situation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.