La Tunisie n'a pas sollicité une restructuration ou un allégement de sa dette    Le chef du gouvernement participe à un sommet virtuel sur le terrorisme en ligne    La Tunisie poursuit ses contacts pour une mobilisation internationale en faveur de la cause palestinienne    Tunisie – Sousse : Pas de décès au covid durant le jour de l'Aïd    Hichem Mechichi : La lutte contre la cybercriminalité, un des défis majeurs pour notre pays    Fathi Laayouni interdit la vente de produits israéliens dans la commune du Kram    Covid-19 | 34 décès et 457 nouvelles contaminations recensés le 13 mai    « La Tunisie n'a pas présenté une demande pour bénéficier du cadre commun du traitement de la dette des pays pauvres »    La situation dans les territoires occupés au centre d'un entretien téléphonique entre Ghannouchi et des dirigeants de Hamas    VIDEO : Afflux de centaines de jordaniens vers la frontière avec la Palestine    Para Athletics – Grand Prix de Nottwil: Walid Ktila remporte la course des 800m et bat son record d'Afrique    Mechichi, ce soir avec Macron, la Première ministre de Nouvelle Zélande, Boris Jhonson et Trudeau en sommet virtuel contre le terrorisme    INS : Augmentation des importations du phosphate de 35,1%    La Tunisie en crise : La diaspora vole à son secours    Chaos sur les routes de la Tunisie à cause de l'ambiguïté des mesures gouvernementales    SNCFT : Reprise, à partir de vendredi, du trafic ferroviaire desservant les grandes lignes    Sonede - Un sabotage à l'origine des perturbations dans la distribution de l'eau potable    La régularité des vols Tunisair dépasse les 94%    Israël abat un palestinien qui allait commettre une attaque au couteau    Et pourtant...notre pays est riche en compétences !!    Hafedh Zouari : L'échange de vœux de l'Aïd entre les trois présidences est un message positif    Après avoir annoncé le contraire, l'armée israélienne nie être entrée dans Gaza    Vrai ou faux Docteur Louzir ?    Origines du Covid-19 : l'hypothèse de l'accident de laboratoire écartée à tort ?    Fin de crise en Grèce : Déconfinement et lancement de la saison touristique    Washington fait appel à l'Egypte et la Tunisie pour désamorcer la crise en Palestine    Mechichi se rend à la salle centrale des opérations au ministère de l'Intérieur    Banque mondiale : Hausse de 2,5% des transferts d'argent vers la Tunisie en 2020    Expatriés : Aissa Laidouni élu joueur de l'année en Hongrie    Le chef du gouvernement annonce une série de mesures au profit des victimes de la pandémie    JO de Tokyo : « Impossible » d'organiser les Jeux, selon un syndicat de médecins japonais    Coupe de Tunisie : on connaît la date du tirage au sort    La récolte de blé 2021 sera meilleure que la précédente, dixit Kraïem    Football : Programme TV de ce jeudi 13 mai 2021    Palestine - Israël: Le fer et par le feu    Chedli Klibi : un an déjà    Salsabil Klibi [AUDIO] : Le président de la République est contraint de sceller le projet de loi de la Cour constitutionnelle    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Foot-Europe: le programme du jour    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rached Ghannouchi visé par une nouvelle motion de censure : Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 02 - 2021

Pour Hichem Ajbouni, député du bloc démocratique, «Rached Ghannouchi est devenu un élément perturbateur, voire une source de tension. Il vaut mieux qu'il parte d'une manière démocratique». Sauf que plusieurs députés soulignent la nécessité de garantir toutes les conditions de réussite à cette motion, autrement, et en cas de nouvel échec, Rached Ghannouchi renforcerait sa position à la tête de l'ARP.
Une seconde tentative de destitution du président de l'Assemblée des représentants du peuple (Arp) Rached Ghannouchi se prépare en coulisses au Parlement. Accusé continuellement de mauvaise gestion des affaires du Parlement, de politisation de l'institution législative et de partialité, Rached Ghannouchi sera en effet confronté à une nouvelle motion de censure. Parviendra-t-il à éviter une destitution ou sera-t-il, cette fois-ci, délogé du perchoir ?
La scène politique et notamment parlementaire est livrée à la tension, au conflit et même à la violence. Certains députés expliquent ce constat par la personnalité non fédératrice du président du Parlement, Rached Ghannouchi, et par sa mauvaise gestion des affaires du Parlement. C'est en tout cas ce que ne cessent de répéter les députés du bloc démocratique et ceux du Parti destourien libre. Ces derniers déploient actuellement tous les efforts et mobilisent tous les moyens pour destituer Rached Ghannouchi et le faire descendre de son perchoir. En effet, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, la présidente du Parti destourien libre, Abir Moussi, a annoncé que la motion de retrait de confiance au président du Parlement, Rached Ghannouchi, est officialisée, estimant qu'elle est «sur le bon chemin».
Selon Abir Moussi, des députés, convaincus de la nécessité de destituer Rached Ghannouchi, avaient commencé à signer cette motion exprimant son espoir de voir cette démarche aboutir. « Ne laissez personne vous influencer. Sauver cette institution historique, c'est sauver la Tunisie des tentacules de cette pieuvre des Frères musulmans », a-t-elle déclaré.
Le député indépendant Mongi Rahoui a également confirmé ces informations, affirmant qu'un groupe de députés indépendants sont actuellement en train de collecter les signatures nécessaires en vue de présenter cette motion de censure. Selon ses dires, cette nouvelle motion aura toutes les chances de parvenir à 109 voix indispensables pour destituer Rached Ghannouchi, au vu de son rendement et de sa gestion des affaires de l'ARP.
Mongi Rahoui a estimé que le président de l'ARP est «le premier responsable de la dégradation de la situation dans le pays en général, et au sein du Parlement en particulier», a-t-il ajouté.
Source de tension
Pour Hichem Ajbouni, membre du bloc démocratique, il est temps de voir Rached Ghannouchi quitter la présidence du Parlement. Pour lui, le mauvais rendement du chef du parti Ennahdha et sa partialité, ainsi que son âge avancé ne lui permettent plus de diriger le parlement. «Le bloc démocratique s'est dès le début inscrit dans cette mouvance visant à destituer Rached Ghannouchi, car son rendement catastrophique et sa partialité ne lui permettent plus de gérer les affaires du Parlement. C'est un élément perturbateur, c'est une source de tension, il vaut mieux qu'il parte d'une manière démocratique», a-t-il soutenu dans une déclaration à La Presse, affirmant que si cette nouvelle motion parvient à passer, ils voteront pour, mais encore faut-il s'assurer de ses conditions de réussite. «Ce que nous voulons, c'est nous assurer de la réussite de cette motion, autrement, il s'agirait d'une nouvelle victoire de Rached Ghannouchi, ce qui renforcerait davantage sa position à la présidence du parlement», a-t-il soutenu. Et d'ajouter qu'actuellement, il n'y a aucune coordination avec le parti initiateur de ce projet de motion, et que le PDL exploite politiquement son conflit avec Rached Ghannouchi.
Le député indépendant Hatem Mliki est du même avis. Pour lui, sous la présidence de Rached Ghannouchi, le Parlement ne pourra en aucun cas jouer son rôle de législation. Il confirme à La Presse avoir signé ce projet de motion de censure en espérant atteindre les 73 signatures nécessaires pour la présenter à une plénière. «La mauvaise gestion de Rached Ghannouchi des affaires du Parlement doit accélérer son départ, soit en présentant sa démission, soit en allant dans le sens de sa destitution», a-t-il expliqué.
Pour sa part, le député Tahya Tounès Mustapha Ben Ahmed nous a expliqué que pour le moment, son bloc parlementaire n'a pas émis une position officielle quant à ce projet de motion de censure, rappelant que Tahya Tounes était parmi les initiateurs de la première motion. «Nous craignons que ces motions ne se transforment en une forme de marketing politique, nous devons nous assurer des conditions de sa réussite loin de toute démonstration de force», a-t-il expliqué à notre journal, tout en soulignant le fait que Rached Ghannouchi est devenu une source de tension au Bardo.
Au fait, cette motion visant la destitution de Rached Ghannouchi n'est pas inédite sous la coupole du Bardo. En juillet dernier, quatre groupes parlementaires, à savoir le groupe démocratique, les blocs de la Réforme nationale, Tahya Tounès et d'Al-Watania, avaient entamé les procédures de retrait de confiance au président de l'Assemblée des représentants du peuple. Rached Ghannouchi, chef du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, avait conservé son siège de président du Parlement, après un vote mouvementé sur une motion de défiance. Ses opposants, aux premiers rangs desquels les anti-islamistes du Parti destourien libre (PDL), n'ont pas réussi à réunir les 109 voix nécessaires pour l'écarter du perchoir.
Il est à rappeler que selon l'article 51 du règlement intérieur de l'ARP, « l'Assemblée des représentants du peuple peut retirer sa confiance à son président ou l'un de ses vice-présidents à la majorité absolue des membres de l'Assemblée, et ce par une demande écrite et motivée présentée au Bureau de l'Assemblée par au moins un tiers des membres, soit 73. La demande est soumise à la séance plénière pour voter sur le retrait de confiance ou non dans un délai ne dépassant pas trois (3) semaines de son dépôt au bureau d'ordre ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.