Tunisie – Noureddine Bhiri ne sait plus pour qui il roule ?    Tunisie – Ministère de l'éducation : Vers une suspension des cours ?    Tunisie – Les syndicats de l'enseignement font le bonheur des écoles privées ?!    Tunisie | Covid-19 : 73 décès et 2649 nouvelles contaminations enregistrés en 24 heures    Motion de censure contre Ghannouchi- Ayachi Zammel : « Nous avons dépassé le nombre de signatures nécessaires »    Le Groupe QNB : Résultats financiers du 1er trimestre 2021    Oxford Business Group s'associe à la FIPA dans son nouveau programme #UpTunisia    Vivez un meilleur ramadan avec Ooredoo    Alerte météo | Vents de sable forts et visibilité réduite dans les régions du sud ce jeudi soir et vendredi    Tournoi de Charleston 2 : sans forcer, Ons Jabeur en quarts de finale    Bourse de Tunis : Le TUNINDEX termine la séance de jeudi dans le rouge    Marouane Abassi présente à Kais Saied le rapport sur les états financiers de la BCT 2020    Vers l'inscription des sites d'el Magtaa et Sbeïtla au patrimoine mondial de l'UNESCO    Si votre smartphone est bloqué, déposez une demande sur la plateforme Sajalni    Décès d'un citoyen dans l'explosion d'une mine à Kasserine    Pêche durable : le Japon accorde à la Tunisie un don de 31 MD    Tunisie-Kasserine: Une personne décédée dans l'explosion d'une mine au Mont Mghilla    L'Agora abrite l'expo-vente Ramadan'ART By le collectif des créateurs    Zellige, l'un des piliers de l'artiste Slim Gharbi    400 éditeurs tiendront en septembre 2021 à Tunis les états généraux du livre francophone    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 15 Avril 2021 à 11H00    Kaïs Saïed accusé de normaliser avec Israël : démystification    Covid-19 : Tunisair rappelle les conditions d'entrée sur le territoire tunisien    Crise Covid-19 : De nouvelles mesures restrictives à Kasserine    Appel à des mesures efficaces en faveur des professionnels des arts dramatiques    DECES ET FARK : Ftouma Chelayfa    Tunisie – Médias : Ils condamnent l'agression des journalistes de l'agence TAP par la police    Fédération de l'enseignement secondaire : Le gouvernement doit suspendre les cours !    Ligue 1 : Le CS Sfaxien et l'Etoile du Sahel veulent reporter le Clasico    Tunisie- Affaire TAP: Le SNJT appelle à un rassemblement protestataire    Renforcer l'écosystème institutionnel pour accompagner les entrepreneurs tunisiens    USM-ESS (3-1) : L'USM avec bravoure    UST-EST (1-3) : Le leader impose sa loi    Plus de 87% des tunisiens pensent que la corruption a sensiblement augmenté : Un cercle vicieux !    Europa League (Quarts de finale retour): le programme    News | Lassaâd Jarda intronisé au Raja    Ligue2 (Play-off) : programme de la 1ère journée    Tunisie- ARP: L'examen du renvoi fait par Kais Saied en session plénière    Rassemblement de protestation des journalistes devant le siège de la Tap    Tunisie – Séries TV et sit-coms : Evitons la médiocrité... Les enfants sont là !    Amag Ramadan Ceremony 2021 : 29 feuilletons, sitcoms et programmes télé en lice    Tunisie [Vidéo]: Tir du canon de l'Iftar à Béja    L'entreprise autrement | Processus grippé, rêve brisé (*)    Le neveu de Bayrem Ettounsi, Mahmoud Bayrem, à La Presse : « Saïed a ravivé la mémoire de Bayrem »    Afghanistan : Retrait de toutes les troupes américaines avant le 11 septembre    Militant des droits de l'homme et farouche critique des états unis, Ramsey Clark est mort    Visite du Chef de l'état en Egypte : Saïed veut renforcer les liens entre Al-Azhar et la Zitouna    Kais Saied visite Al-Azhar et la Cathédrale de la Nativité au Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrepoint | Inégalités...
Publié dans La Presse de Tunisie le 02 - 03 - 2021

Après Naâma et Zouhaïra, Ahmed Achour, et puis, à deux jours d'intervalle,Hamadi Ben Othman et Tawfiq Ennaceur : la musique compte encore ses deuils début 2021. De grandes morts, toujours.
Des icônes du classique. De valeureux anciens.
Les regrets sont les mêmes à chaque fois. C'est de bon usage. De bon ton. Pas les récits. Pas les évocations, pas les commémorations. Pas les « évaluations ». Hélas, que des inégalités.
La première : entre les chanteurs eux-mêmes. Les stars de grande audience survivent mieux que les autres. Qu'importe l'œuvre, sa consistance, sa teneur, sa qualité. Les hommages de la presse écrite, les spécial télés, consciemment ou de façon machinale, s'en tiennent au nombre du public fan, en somme à l'état du marché. Le décès d'une chanteuse ou d'un chanteur vedette est, à coup sûr, un « succès d'audimat ». Un exemple colle aux mémoires : les funérailles immenses et les célébrations posthumes de Chadia, comparées aux adieux discrets réservés à Souad Mohamed. Dieu du ciel ! Petite voix contre Diva, énorme Diva.
Seconde inégalité : entre chanteurs, compositeurs et paroliers. Vérifiable dans l'extrême majorité des cas, « in vivo » comme « post mortem ». Les chanteurs ont toujours prévalence. Tôt ou tard, ils finissent par s'approprier les titres. Et la confusion est d'autant plus réussie que les compositeurs et paroliers laissent faire, ou se laissent faire. Seuls quelques grands noms, musiciens où poètes veillent au grain. Rectifient le tir quand il y a lieu. Abdelwahab, Sombati, Mougui, Baligh et quelques autres en Egypte. Rares, de très rares « vigilants » en Tunisie. Mais, en règle générale, partout dans nos pays, les vrais auteurs, les créatures restent à l'ombre de leurs interprètes, parfois totalement ignorés, jusque de la part de ceux qui sont censés leur rendre hommage au moment des adieux. Là aussi des exemples « turlupinent » encore. On pense, nous, au chef-d'œuvre du regretté compositeur syrien Riadh El Bendaq, «Ya aïni assabr ». La chanson est, à ce jour, attribuée à Wadie Essafi, mais qui a jamais connu ou nommé Riadh el Bendaq ? On pense aussi, à l'occasion, (précisément)à notre si regretté ami, Hamadi Ben Othman. Bien des succès, des réussites lui appartiennent mais, par habitude, par négligence, nombre de médias continuent de les attribuer à leurs simples exécutants ou interprètes. Rappelons : les savoureuses « Nassaya » et « Mihi maa lariah » sont bien de lui ; et la musique générique de « Khottab al bab »; et tant de musiques de films et de pièces de théâtre de renommée. Immense talent qu'était Hamadi Ben Othmane, créateur de haut savoir et de haut goût, mais artiste humble et discret. Maintenant qu'il nous a quittés, rendons-lui justice en reconnaissant, en faisant reconnaître, l'ensemble de son œuvre.
Il est bon que de grandes morts viennent parfois éclairer nos consciences, disait Hugo. Réparer les jugements. Biffer les inégalités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.