Foot – Coupes d'Afrique des clubs : Résultats des matches de samedi    Coronavirus : 2 décès et 100 nouvelles contaminations, Bilan du 15 octobre    Alors que Sfax baigne dans les ordures, l'ANGed fait du tourisme de conférence en France !    Tunisie – UGTT : La réforme politique est l'affaire de tout le monde et non pas d'une seule personne    Mustapha Kamel Madbouli félicite Najla Bouden pour sa nomination    Ligue des Champions : L'Etoile fait match nul 1-1 au Rwanda    Tunisie – Etude méthodologique sur l'analyse des effets de la migration sur le marché du travail national    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    Rencontre entre le ministre de l'Economie et le président de l'Utica    Secteur agricole – Investissements et avantages insignifiants en 2021    Mehdi Ben Gharbia emmené à la caserne de la Garde nationale de l'Aouina    Brahim Chaïbi : Les mosquées ne doivent pas être exploitées à des fins politiques !    Tunisie: We can    Entretien téléphonie entre Kais Saied et Josep Borell: La version de la Tunisie VS celle de l'UE!    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Le dirigeant de Hamas Khaled Mechaâl exprime sa solidarité avec Moncef Marzouki    Honda City, cinquième du nom, disponible chez JMC à partir de 64.990 dinars    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Ambassade de France en Tunisie: Conditions d'entrée sur le territoire tunisien    Mehdi Ben Gharbia dénonce l'intimidation policière qui le vise    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre l'Intérieur et la Justice    Indian Wells: Ons Jabeur perd sa demie finale contre Paula Badosa    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une phase infertile
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 03 - 2021

Il est évident que les différents dérapages dans lesquels s'enfoncent les responsables et les différents acteurs politiques découlent d'une désagrégation et d'une démobilisation à toute épreuve. On sait aujourd'hui ce qui fait la faiblesse de ce qui est entrepris. Mais on sait encore davantage l'inaptitude des différentes parties prenantes à redresser tout ce qui a rapport à la récession économique et financière, à la crise sanitaire, mais aussi au blocage politique qui ne cessent de porter préjudice à l'image et à la crédibilité du pays.
Selon le journal émirati Al-Ain, « la Tunisie est un pays dans le besoin, comme Gaza ». Ou encore plus loin : « Le peuple tunisien est content de l'arrivée de 500 vaccins (1000 doses) contre le Covid-19, offerts par les Emirats arabes unis. Il remercie les EAU pour leur volonté de tendre la main à tous ceux qui en ont besoin... »
Il y a au fait matière à discussion sur tout ce qui est engagé ici et là depuis 2011 et qui ne cesse d'altérer l'image, voire la souveraineté du pays. On a l'impression que les décideurs évoluent dans un monde à part, où on ne voit pas comment ils peuvent réformer sans se tromper. Tenir aujourd'hui une comptabilité sur les dérives engendrées par une pareille indisposition à relever les défis auxquels est confrontée la Tunisie relève d'un exercice de haute voltige. De façon générale, la plupart de ceux qui occupent des responsabilités clés baignent, transpirent, dégagent et produisent un environnement qui est loin de répondre aux véritables exigences du pays. Entre pas de vision, ou une vision trop étroite, ils se perdent et se trompent d'opportunités.
La Tunisie est aujourd'hui dans une phase infertile. Une phase infructueuse de rénovation et de dépoussiérage. Déclamées par les uns, critiquées par les autres, les approches et les stratégies adoptées désolent autant qu'elles choquent. Il y a ceux qui enfoncent le clou et leurs apologistes, mais aussi tous ceux qui contribuent à l'échec. Il y a ceux qui gèrent, mais également tous ceux qui n'ont pas la volonté d'aider, de préserver et de parer aux problèmes.
Les manquements et les excès ne peuvent en aucun cas constituer une excuse aux dérapages. On ne doit pas l'oublier : les dérives successives des politiques désavouent les valeurs et les principes de la Révolution et de ses lettres de noblesse. Nous sommes passés des acteurs, qui étaient le modèle de dévouement et d'attachement au pays, à ceux plutôt préoccupés par les considérations d'intérêts personnels et partisans. Ceux qui n'ont plus visiblement de lien avec tout ce qui a été annoncé et rêvé il y a dix ans.
Le paysage politique est resté bloqué au stade absurde d'une superposition négative de ses acteurs et une inépuisable et injustifiable euphorie...
Au-delà des doutes de plus en plus justifiés, des éternelles interrogations, des objectifs et attentes rarement atteints, voire compromis, au-delà aussi de l'incapacité de la plupart des ces acteurs à mériter ce qu'ils ont obtenu, c'est tout le système politique qui est aujourd'hui, et plus que jamais, mis en cause.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.