Accusé de trahison et de corruption par Rached Khiari, Imed Hammami répond    Tunisie – L'inestimable cadeau de Saïed à Mechichi    Le PNUD et 16 organisations de la société civile tunisiennes partenaires    Tunisie: Kais Saied souligne l'importance de lutter contre l'extrémisme religieux    La Tunisie organise sa 1ère foire virtuelle internationale de l'artisanat    Football : Programme TV de ce samedi 10 avril 2021    Covid-19 | Nabeul : 3 décès et 89 nouvelles contaminations    Le chef de l'Etat au Caire sur invitation du président Al Sissi : Recoller les morceaux, penser l'avenir    Express    Energie : Le mix énergétique comme solution pertinente    Attijari bank et le PNUD organisent conjointement le Hackathon Tek-صح    Le Bardo se met à l'intelligence artificielle    Tunisie- Hichem Mechichi en visite à Gabès : Le projet Désert joy [vidéo]    Education Nationale | lancement du projet onusien sur l'autonomisation du système éducatif en Tunisie : Favoriser la résilience des jeunes face aux discours violents    Tunisie – Une moyenne de plus de quinze heures de jeûne par jour    MEMOIRE : Zakia LADHARI veuve Mustapha El BEHI    Tunisie – Démarrage des travaux de la réunion périodique des gouverneurs à l'Aouina    Tunisie – Mechichi : « Il y a des « parties » qui veulent surfer sur la crise du covid » !    L'Utap dénonce la fermeture des marchés hebdomadaires    Environnement | Débarrassez-moi de ces ordures…    Projet «Ciné labo» de Abdallah Chamekh : Instaurer la culture de la production cinématographique en milieu scolaire    Tunisie: Aujourd'hui, déviation partielle du trafic sur la route nationale n°9    Championnat arabe d'athlétisme à Tunis : Un tremplin pour Tokyo    News | La dernière saison de Khazri chez les Verts    Vague d'expatriation de nos footballeurs : Libye, le nouvel eldorado !    Mechichi donne le coup d'envoi de la 2ème édition du programme Startup Tunisia    «Souk al mout'â» (Le marché du plaisir), recueil de nouvelles en arabe de Mounira Rezgui : Des mots comme autant de réverbères    Tunisie- Agressions contre les journalistes: Yosra Chikhaoui, une autre victime    Angleterre : Cavani indécis sur son avenir à Manchester, d'après Solskjaer    Tunisie: Kais Saied visite les sites historiques du Caire [vidéo]    Tunisie: En images, mouvement habituel après l'entrée en vigueur du couvre-feu à Médenine    Covid-19 : 43 décès supplémentaires et 2010 nouvelles contaminations enregistrés le 8 avril 2021    Tournoi de Charleston : Ons Jabeur qualifiée pour la demi-finale    Disparition : Mort du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Bilan Covid-19 : 2010 nouveaux cas et 43 décès en Tunisie    Tunisie-Moncef Marzouki : "Toutes mes excuses à l'âme de Mohamed Morsi et aux martyrs de Rabaa et des autres terribles massacres!"    Décès du prince Philip, époux de la reine d'Angleterre    La poésie en questions: Mimesis et métaphore    Par Henda Haouala – Séries TV tunisiennes : un marché de production à prendre au sérieux    Invocation pour accueillir le ramadan    La consolidation des liens de sang procure la richesse et la longévité    LC Afrique (Poules): programme de la dernière journée    Nouveau tirage - Où trouver le livre de Mohamed Ennaceur : Deux République, une Tunisie (Vidéo)    Sortie du livre de photographie "Winter Bloom" de Souheila Ghorbel    Lutte contre l'immigration clandestine : Des radars spéciaux pour localiser tous types de bateaux dans un rayon d'environ 18 km    Elimination d'un couple terroriste à Kasserine : Sommes-nous face à une «communauté» terroriste retranchée sur les hauteurs ?    Kasserine : Un couple de terroristes tué à Mont Selloum    40 dirigeants mondiaux invités au Sommet virtuel des dirigeants sur le climat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une phase infertile
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 03 - 2021

Il est évident que les différents dérapages dans lesquels s'enfoncent les responsables et les différents acteurs politiques découlent d'une désagrégation et d'une démobilisation à toute épreuve. On sait aujourd'hui ce qui fait la faiblesse de ce qui est entrepris. Mais on sait encore davantage l'inaptitude des différentes parties prenantes à redresser tout ce qui a rapport à la récession économique et financière, à la crise sanitaire, mais aussi au blocage politique qui ne cessent de porter préjudice à l'image et à la crédibilité du pays.
Selon le journal émirati Al-Ain, « la Tunisie est un pays dans le besoin, comme Gaza ». Ou encore plus loin : « Le peuple tunisien est content de l'arrivée de 500 vaccins (1000 doses) contre le Covid-19, offerts par les Emirats arabes unis. Il remercie les EAU pour leur volonté de tendre la main à tous ceux qui en ont besoin... »
Il y a au fait matière à discussion sur tout ce qui est engagé ici et là depuis 2011 et qui ne cesse d'altérer l'image, voire la souveraineté du pays. On a l'impression que les décideurs évoluent dans un monde à part, où on ne voit pas comment ils peuvent réformer sans se tromper. Tenir aujourd'hui une comptabilité sur les dérives engendrées par une pareille indisposition à relever les défis auxquels est confrontée la Tunisie relève d'un exercice de haute voltige. De façon générale, la plupart de ceux qui occupent des responsabilités clés baignent, transpirent, dégagent et produisent un environnement qui est loin de répondre aux véritables exigences du pays. Entre pas de vision, ou une vision trop étroite, ils se perdent et se trompent d'opportunités.
La Tunisie est aujourd'hui dans une phase infertile. Une phase infructueuse de rénovation et de dépoussiérage. Déclamées par les uns, critiquées par les autres, les approches et les stratégies adoptées désolent autant qu'elles choquent. Il y a ceux qui enfoncent le clou et leurs apologistes, mais aussi tous ceux qui contribuent à l'échec. Il y a ceux qui gèrent, mais également tous ceux qui n'ont pas la volonté d'aider, de préserver et de parer aux problèmes.
Les manquements et les excès ne peuvent en aucun cas constituer une excuse aux dérapages. On ne doit pas l'oublier : les dérives successives des politiques désavouent les valeurs et les principes de la Révolution et de ses lettres de noblesse. Nous sommes passés des acteurs, qui étaient le modèle de dévouement et d'attachement au pays, à ceux plutôt préoccupés par les considérations d'intérêts personnels et partisans. Ceux qui n'ont plus visiblement de lien avec tout ce qui a été annoncé et rêvé il y a dix ans.
Le paysage politique est resté bloqué au stade absurde d'une superposition négative de ses acteurs et une inépuisable et injustifiable euphorie...
Au-delà des doutes de plus en plus justifiés, des éternelles interrogations, des objectifs et attentes rarement atteints, voire compromis, au-delà aussi de l'incapacité de la plupart des ces acteurs à mériter ce qu'ils ont obtenu, c'est tout le système politique qui est aujourd'hui, et plus que jamais, mis en cause.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.