Le droit dans l'OIT : De la «raison révolutionnaire» à «l'onanisme juridique»    A l'occasion du Centenaire de la fondation du Parti Communiste Chinois, S.E. M. l'Ambassadeur ZHANG Jianguo à La Presse : «Le PCC continuera de renforcer les échanges et la coopération avec les principaux partis politiques en Tunisie»    Entretien avec M. Mohamed Turki, Coach, Consultant et formateur certifiant Nova à MRC (Management Retail Consulting) : Le coaching et la formation continue résistent à la crise    ITCEQ — « Investissement dans l'économie de la connaissance, innovation et productivité » : Revoir la manière d'innover    Lancement d'une campagne de l'entrepreneuriat féminin "ELLES s'engagent", le 25 juin 2021    STEG : La coupure de l'électricité à Kairouan est due à un oiseau qui a percuté deux éléments chargés    Détérioration de la situation épidémiologique : Le prix du laisser-aller !    Avant-Première du concert "Balade de Chœur" le 24 juin au Théâtre municipal de Tunis    Le Tunisien et l'utilisation du vélo : A quand la révolution ?    Agriculture : 169,8 MD d'investissements agricoles privés approuvés durant les 5 premiers mois de 2021 (+83%)    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Juin 2021 à 11H00    Coupe Arabe des Nations U20 : La Tunisie entre en lice aujourd'hui    Ajmi Lourimi : A quand une apparition médiatique de Rached Ghannouchi pour rassurer le pays ?    L'impossible débat : l'héritage des femmes en islam    Tunisie- Jalila Ben Khelil: le manque de place n'est pas le seul problème des services de réanimation [Audio]    Naouel Menjour: Le basket était un amour de jeunesse pour Raouf Menjour    Ouverture de Gabès cinéma Fen : Une question d'image et de regard    Amine Messaâdi, Directeur Photo, à La Presse : «Aucune envie de capitaliser sur les efforts des techniciens»    Les indiscrétions d'Elyssa    Bizerte : Habib Ammar au vernissage d'une exposition d'art à vocation culturelle et touristique    Tunisie – météo : temps nuageux et baisse de température prévue    Campagne "Beach Clean" dédiée aux opérateurs touristiques dans trois pays méditerranéens    Vers un réexamen des articles controversés de l'amendement de la loi électorale    Tennis : Ons Jabeur égale la n°1 mondiale Ashleigh Barty    Hausse de la demande de gaz naturel de 10% (quatre premiers mois de 2021)    La Steg revient sur la coupure d'électricité à Kairouan    Mohamed Ammar propose un plan de sauvetage en sept points    " Dictionnaire de la terminologie des arts visuels ", nouvel opus de Sami Ben Ameur    Handball | Le bilan de la CAN des dames au Cameroun : Au-delà des espérances !    Handball | Championnat (play–off) – CA-EST (27-26) : Les Clubistes au finish    Apaisement et solidarité    Tunisie- Confinement général et Concours d'Entrée aux Cycles de Formation d'Ingénieurs    Concurrence féroce pour recruter Kechrida : Destination finale    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de l'Algérie    Tunisie- Faouzi Mehdhi en visite au Kairouan    Coronavirus : la Tunisie le pays plus touché parmi ses voisins de la Méditerranée    Kaouther Ben Hnia au jury du festival de Cannes 2021    Programme TV du dimanche 20 juin    Le programme des demi-finales de la Coupe de Tunisie    Ammar Mahjoubi: L'histoire à Rome de César à Auguste    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enregistrements fuités, accusations et contre-accusations : Jusqu'où ira l'immoralité de la vie politique ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 03 - 2021

En Tunisie, l'immoralité de la vie politique n'a plus aucune limite. Après les accusations, les contre-accusations, l'échange d'insultes et même la violence au sein du Parlement, le temps des conversations fuitées est venu.
La scène politique vit actuellement au rythme des informations laissant savoir que des conversations enregistrées et fuitées pourraient bouleverser la donne politique. C'est le chef du bloc démocratique, Mohamed Ammar, qui est visé par ces enregistrements dans lesquels il évoquait, entre autres, le système judiciaire en Tunisie, le rôle du Président de la République sur la scène nationale, mais aussi l'affaire Nabil Karoui et la présidente du Parti destourien libre (Pdl), Abir Moussi.
Au fait, c'est le député démissionnaire du bloc de la Coalition Al-Karama connu pour ses positions extrémistes, Rached Khiari qui est à l'origine de ces enregistrements fuités. Créant la polémique sur les réseaux sociaux et visant à entretenir le suspense auprès des internautes pour donner de l'ampleur à ce qu'il appelle des «révélations qui bouleverseront la scène politique», ce député est allé jusqu'à s'afficher sur la chaîne de télévision Nessma TV, ayant consacré dimanche dernier un plateau pour traiter cette affaire. Défendant ouvertement le parti Qalb Tounès, et son président Nabil Karoui, Khiari a accusé, sur fond de ces enregistrements, le Président de la République, Kaïs Saïed, «d'ingérence dans le système judiciaire et de vouloir mettre en place une nouvelle autocratie», le comparant même au dictateur Adolf Hitler.
Mohamed Ammar réagit !
Dans ces enregistrements, on entend Mohamed Ammar évoquer un certain rôle du Président de la République dans le corps des magistrats par l'intermédiaire de son épouse, Ichraf Chebil, qui est elle-même magistrate. Il a affirmé même que «c'est l'ancien ministre et ex-leader du Courant démocratique Mohamed Abbou, qui a semé la zizanie au sein du corps des magistrats dont le conflit entre le premier président de la Cour de cassation Taïeb Rached et l'ancien Procureur général à la Cour d'appel, Béchir Akremi, est l'illustration»
Dans un autre enregistrement vocal attribué également au président du bloc démocratique Mohamed Ammar, on entend ce dernier évoquer le parti Qalb Tounès affirmant qu'il est fini et que d'autres dossiers de justice viseront prochainement Nabil Karoui. «Qalb Tounès est sur le point de disparaître de la scène politique en Tunisie. D'autres partis cherchent à récupérer les députés de son bloc parlementaire».
Prenant la parole sur son compte Facebook, Mohamed Ammar n'a pas démenti ces enregistrements affirmant, en contrepartie, «qu'un montage a été fait pour faire croire à l'opinion publique que Kaïs Saïed contrôlait la justice, or ce n'est pas vrai». Accusant Rached khiari de l'avoir enregistré à son insu, il a dénoncé un sale jeu de la part des islamistes», tout en assurant qu'il portera plainte contre Rached Khiari pour le crime de montage d'une vidéo.
Il a ajouté que les députés Rached Khiari et Moadh Ben Dhiaf l'ont contacté pour demander la signature de la motion de censure contre le président de l'ARP, Rached Ghannouchi. «Je les ai reçus chez moi, convaincu qu'ils voulaient participer à une lutte contre les lobbies et les politiciens contrôlant la Tunisie, mais ils m'ont enregistré alors que je pourrais dire les mêmes propos en plein public», a-t-il expliqué dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, ce qui laisse penser à un piège tendu à ce député.
Récupération politique
Sauf qu'indépendamment du contenu de ces conversations fuitées, cette affaire témoigne, bel et bien, du fait que toutes les limites ont été dépassées dans la scène politique et nationale. Désormais, pour s'attaquer à ses adversaires politiques, tous les moyens sont bons et toutes les armes sont permises. Mais jusqu'où mènera l'immoralité de la vie politique ? Que veut-on faire de la scène politique ? Quelle sera la prochaine étape alors que toutes les limites semblent dépassées ? Ne dirigeons-nous pas vers une confrontation ouverte entre les différents protagonistes politiques qui risque, à tout moment, de basculer dans la violence ?
Cette affaire témoigne aussi des fortes intentions de récupération politique. Alors que le parti Qalb Tounès vise à tout prix à présenter son leader Nabil Karoui comme victime de la vie politique et comme acteur visé par une campagne de diffamation, les islamistes, dont notamment le parti Ennahdha et la Coalition Al-Karama et leurs alliés, veulent exploiter cette affaire pour s'attaquer notamment au Courant Démocratique.
C'est ce qui explique, en tout cas, les déclarations des leaders du parti Ennahdha qui appellent la justice à l'ouverture d'une enquête à cet égard. «Des extrémistes du parti du Courant démocratique visent un nouveau positionnement politique, mais Ennahdha est devenu habitué à ce genre de pratiques et de plans, nous laisserons la justice faire son travail», a laissé entendre, dans ce sens, le président du Conseil de la Choura, Abdelkarim Harouni.
Idem pour le leader du parti Qalb Tounès, Iyadh Elloumi qui a appelé le parquet à l'ouverture d'une instruction «sérieuse» sur les propos attribués au député et président du bloc démocratique, Mohamed Ammar, fuités dans un enregistrement audio diffusé samedi dernier sur les réseaux sociaux.
Il dénonce le fait que dans l'enregistrement audio en question Mohamed Ammar parle de « la mainmise du Président de la République sur la justice, par l'intermédiaire de son épouse » et souligne que le palais de Carthage s'est transformé en un lieu dans lequel « des complots sont tramés pour frapper la justice », affirmant même que Nabil Karoui en est la principale victime.
Si du côté des partis soutenant le gouvernement cette affaire révèle «un scandale qui met en péril la vie politique tunisienne», du côté du Courant démocratique il s'agit d'une tempête dans un verre d'eau. D'ailleurs, pour Hichem Ajbouni, député du bloc démocratique, le «ridicule» de Rached Khiarai n'a pas de limites. « Nos coutumes, traditions et morale religieuse nous apprennent comment l'invité traite l'hôte, et vice versa», a-t-il posté sur son compte Facebook, laissant croire à un piège tendu au président de leur bloc, Mohamed Ammar.
Quoi qu'il en soit, cette immoralité de la vie politique et cette vive tension qui s'est installée au sein du paysage politique ne pourraient mener que vers le chaos, alors que les prémices de conflits dans la rue avaient été observées dernièrement en marge des événements liés au sit-in organisé par le PDL devant le siège de la branche tunisienne de l'Union des oulémas musulmans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.