CONDOLEANCES    Tunisie : La production nationale de gaz naturel augmente de 62%    Tournoi de Birmingham : Ons Jabeur en demi-finale    Processus de la décentralisation : Lentement, mais sûrement    Reportage à Sidi Hassine suite aux violences policières survenues les 8 et 9 juin    Programme TV du samedi 19 juin    Match EST vs Al Ahly: la CAF permet la présence de 5000 supporters à Radès! où regarder le match à la télé?    LCA : Al-Ahly jouera l'attaque et ne se contentera pas de défendre à Tunis (Mosimane)    Tunisie – Coronavirus : 82 décès supplémentaires et 2291 nouvelles contaminations en 24H    Elections anticipées: Voilà pourquoi Ennahdha a soudainement changé de discours selon Abir Moussi    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Handball | CAN des dames au Cameroun : Médaille de bronze pour la Tunisie !    News | Nabil Maâloul sur le marché    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    Combattre l'automédication à l'ère du Covid-19 : Un engagement au-delà des mots !    Entretien avec Silvia Barreiros, directrice artistique de la Compagnie ASPARAS de Genève : Une pièce suisse avec des comédiens tunisiens    « Comme un château défait » de Lionel Ray : Le livre de la mémoire, le livre de la vie    Programmation du 15e épisode de Jazz à Carthage : Place à une musique du monde    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Météo : forte hausse des Températures    Face à la pandémie    Coronavirus- Kairoun: le taux de positivité dépasse les 50%    Euro: les matches de ce samedi    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    Coronavirus- Kairouan: Le chef du gouvernement envoie Nissaf Ben Alaya sur les lieux    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    STEG : Vers l'augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz    Hausse de la production nationale de gaz naturel de 62%, à fin avril 2021    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la semaine du 14 au 18 juin 2021 dans le rouge    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Sami Fehri libéré provisoirement sous caution de 4 millions de Dinars    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Epreuves du baccalauréat : 275 cas de fraude recensés en deux jours, selon Fathi Slaouti    UV4: 4e édition des UTOPIES VISUELLES du Du 21 juin au 18 juillet 2021 à Sousse (Programme)    L'Utica présente les axes d'un plan d'urgence et de sauvetage économique    Utica : Aucune solution sans dialogue    "JAZZ à Carthage", une édition exceptionnelle en deux temps, de fin juin 2021 à mars 2022    Fathi Ayadi : Même si tout espoir semble perdu nous appelons et tenons encore au dialogue !    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Les potières de Sejnane à l'honneur à l'IFT    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« khayel el mawj » (L'imaginaire de la vague), recueil de nouvelles de Houyem Ferchichi : Une écriture délicate et suggestive
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 03 - 2021

Houyem Ferchichi n'est pas inconnue du monde de la culture : critique littéraire dans divers journaux et animatrice de différents clubs culturels, elle est aussi l'une des nouvellistes tunisiennes, gardiennes du temple de ce genre littéraire très délicat qui est la nouvelle et qui est sérieusement menacé par l'hégémonie toujours plus forte du roman. Certains de ses textes ont été traduits en anglais dans des revues d'Amérique et d'Australie.
Après ses deux essais et ses deux premiers recueils de nouvelles « El mechhed wa edhel » (le spectacle et l'ombre) et « Awchem serriya » (secrets tatouages) qui l'ont fait connaître auprès des lecteurs et critiques tunisiens, elle a publié, en 2020, son nouveau livre intitulé «Khayel el mawj» (L'imaginaire de la vague) qui comprend 9 nouvelles diverses de longueur variable et tout aussi intéressantes les unes que les autres. Intrigantes, parce que leur processus de littérarisation, leur densité textuelle et la complexité de l'imaginaire de leur autrice ont tendance à opacifier leur lisibilité sémantique et à brouiller leur signification, elles semblent porter le projet d'écriture de Houyem Ferchichi qui ne serait autre que des rêves et des émotions à donner par-dessus ces histoires quelquefois nébuleuses et qui, sans cesse, plongent le lecteur dans le clair-obscur de l'inconscient.
Vive et vivace, mystérieuse qui recèle une grande part des secrets de l'univers et de l'histoire des conquêtes, des colonisations et des échanges entre les peuples, la mer est fortement présente dans ce recueil. Elle flotte d'abord sur la première de couverture de ce livre où elle s'annonce déjà comme un miroir où l'on va chercher son image et retrouver les reflets de ses angoisses et douleurs. Dans le titre de la nouvelle inaugurale comme dans celui de tout le recueil, la mer, dont on retrouvera la trace partout, est désignée de manière fragmentaire par la métonymie (la partie pour le tout) de « El mawj » (la vague ou l'onde), avec principalement sa connotation de mouvement. Comme la grâce qui est « mouvement » tel que la décrit le personnage de Romain Gary dans « Les cerfs-volants » (« La grâce, c'est le mouvement »), la mer n'est pas figée, n'est pas statique, elle se meut et sa dynamique semble saisir profondément l'autrice de ses nouvelles qui s'en va fouir dans ses ondulations, dans ses flux et reflux, afin d'y appréhender ce qui y est enfoui et caché pour les yeux. On a le sentiment que l'autrice nous met face à la vague marine et nous pousse à y enfouir profondément notre regard afin de saisir les beautés qui y seraient encloses, depuis la nuit des temps. C'est, en fait, l'espace où son imaginaire préfère élire domicile espérant y trouver les reflets de l'inconscient, ténébreux et difficiles à pénétrer, de ses personnages ou les séquelles des temps anciens qui l'ont traversé avec des projets, des guerres, des explorations et des cultures. Et ce professeur, nostalgique du passé, venant de loin, dans la deuxième nouvelle intitulée « L'oiseau du ciel » (pp. 15-25), pour découvrir l'inconnu dans la mémoire collective du peuple que ses aïeuls ont longtemps colonisé et saigné à blanc, a traversé cette mer pour atterrir près de cette mémoire et essayer d'y puiser ce qu'elle pourrait contenir de plus précieux, avant de disparaitre tragiquement comme si la mer, fidèle au rivage sur lequel déferlent ses ondes, l'avait frappé par sa terrible malédiction. Mais cette espèce de métaphore filée de la mer qui est au centre de ces nouvelles, même si elle n'est pas toujours patente, paraît être plus complexe dans sa portée symbolique. Outre la sensualité qui s'en dégage et qui en dit long sur le rapport de l'autrice avec la mer et qui transparaît surtout dans la nouvelle d'ouverture nous rappelant par certains de ses côtés « Les oiseaux vont mourir au Pérou » de Romain Gary, elle connoterait peut-être aussi l'interaction du passé avec le présent que symboliserait la mer par son infinie existence et par l'éternité de son mouvement ondulatoire et son inépuisable énergie : « La mer, la mer, toujours recommencée » (Valéry) !
Oscillant entre le réel et l'imaginaire, entre la réalité et le rêve, ces nouvelles de Houyème Ferchichi tendent quelquefois au fabuleux et au surréalisme que justifierait cette volonté chez l'autrice de donner à rêver par-dessus la médiocrité des êtres et des choses, et par-dessus ces derviches malfaisants, habités par les forces du mal, obscurantistes, ayant manipulé le sacré pour monopoliser le pouvoir et quadriller l'Etat, terroriser la population, pousser les jeunes à l'émigration mortelle et auxquels elle fait discrètement allusion, entre autres, dans la nouvelle intitulée « Les démons de la forêt » (pp. 67-77). Fine, aiguisée, essayant d'inspecter l'inconscient, d'explorer le rêve et de s'introduire dans cette zone floue, incertaine, située entre le visible et le caché et où l'entrelacs de l'inconscient et du rêve se noue dès le commencement, lorsque le rêve du personnage abandonné à sa solitude rencontre soudain le désir montant du plus profond de sa part obscure au rythme du feu qu'il allume, l'écriture de Houyem Ferchichi, marquée par une narration brève, de courtes séquences dialogales incisives, mais aussi par de belles surprises clausulaires, met en œuvre surtout l'art de la suggestion permettant à ces nouvelles de garder jalousement leur signification symboliste, comme la coquille garde le mollusque qui l'occupe. Et ce qui défile à travers ces phrases souvent longues et élastiques, fort bien agencées, que l'autrice rallonge au gré de sa fantaisie et de sa rêverie, ce sont des réminiscences, des images, des idées délibérément imprécises et flottantes migrant de l'autre côté du rêve. Bref, c'est un univers narratif singulier et captivant qui se construit dans chacune des nouvelles de ce recueil où même les couleurs multiples sont porteuses de signification et où les mots, constamment soutenus par une syntaxe expressive, sont chargés d'une fonction fouisseuse qui creuse dans l'âme des personnages par-delà leurs corps et leurs apparences, laissant régulièrement une sorte de fil de brouillard sur la signification. Car la lecture aux yeux de Houyème Ferchichi ne semble pas pouvoir être passive, ni simplement jouissive, mais devrait être active et éveillée tel un acte de réflexion et d'inspection conduit sur cet inextricable enchevêtrement des rêves, des fantasmes et des angoisses. Voici, donc, un recueil de nouvelles de bonne qualité qui mérite attention et lecture.
Houyem Ferchichi, « Khayel el Mawj » (L'imaginaire de la vague), recueil de nouvelles, Monastir, éd. « Dar Etthakafiya », 2020


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.