Tunisie: Le président de la République et son épouse en visite au village d'Enfants SOS    Tunisie : Levée de l'interdiction des déplacements entre les régions à partir d'aujourd'hui    Tunisie : Pourquoi la présidence n'a rien communiqué sur les entretiens téléphoniques avec Ghannouchi et Mechichi ?    Sfax | Mise en échec de quatre opérations de franchissement illégal des frontières    Washington fait appel à l'Egypte et la Tunisie pour désamorcer la crise en Palestine    Tunisie : Au moins 17 migrants disparus suite au naufrage de leur bateau    Mechichi se rend à la salle centrale des opérations au ministère de l'Intérieur    Bilan Covid-19 : 720 nouveaux cas et 56 décès    Possible reprise des événements culturels le 17 mai    Washington-La Maison Blanche : « L'Egypte, la Tunisie et d'autres pays peuvent aider à désamorcer le conflit israélo-palestinien »    URGENT : Lancements de trois missiles depuis le sud du Liban sur Israël    Entretien téléphonique entre Kais Saied et Rached Ghannouchi    La « Solution Chkondali » nominée pour le Prix Nobel de l'Economie ?    Banque mondiale : Hausse de 2,5% des transferts d'argent vers la Tunisie en 2020    Expatriés : Aissa Laidouni élu joueur de l'année en Hongrie    Le président de la République échange les vœux de l'Aïd avec des chefs d'Etat et dirigeants arabes    Le monument commémoratif de Chokri Belaïd à Jendouba vandalisé    Le chef du gouvernement annonce une série de mesures au profit des victimes de la pandémie    JO de Tokyo : « Impossible » d'organiser les Jeux, selon un syndicat de médecins japonais    Ministère du Transport : De nouvelles mesures applicables du 14 au 18 mai 2021    Coupe de Tunisie : on connaît la date du tirage au sort    Tunisie : Des bons d'alimentation de l'ONU pour des familles dans les zones rurales    La récolte de blé 2021 sera meilleure que la précédente, dixit Kraïem    Football : Programme TV de ce jeudi 13 mai 2021    A l'occasion de Aïd El Fitr, Kaïs Saïed se rend au Village d'enfants SOS Gammarth    Palestine - Israël: Le fer et par le feu    Chedli Klibi : un an déjà    Italie : 102 millions d'euros d'amende à Google pour abus de position dominante    Le général Youssef Baraket: Un symbole de l'armée républicaine (Album photos)    UTICA : Plus de 50% des entreprises sont menacées de disparition    Tunisie : Le dilemme de Kaïs Saïed par rapport à la cause palestinienne et son besoin des USA    Un entretien entre Ali Kooli et Bruno Le Maire passé sous silence    Salsabil Klibi [AUDIO] : Le président de la République est contraint de sceller le projet de loi de la Cour constitutionnelle    Palestine, notre âme et conscience    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Escalade à Al-Qods : A la demande de la Tunisie, le Conseil de sécurité se réunit à nouveau dans l'après-midi    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Juventus : Gianluigi Buffon annonce son départ en fin de saison    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Foot-Europe: le programme du jour    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    Kaïs Saïed appelle les Palestiniens à unifier les rangs au service de leur juste cause    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cours particuliers: La guerre promise n'a pas eu lieu
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 04 - 2021

On pourra, toujours, polémiquer autour de l'épineux problème des cours particuliers et des conséquences néfastes sur le crédit à accorder au système éducatif tunisien.
Décrié par tous les parents, ce phénomène ne cesse de s'amplifier et de prendre des proportions qui nuisent ouvertement à l'égalité des chances. De ce fait, un système à deux vitesses s'est installé chez nous préfigurant un éventuel enseignement payant.
Pourtant, des règlements existent qui fixent des garde-fous devant les enseignants qui exercent ces activités rémunérées. A plusieurs reprises, des ministres avaient affirmé qu'ils allaient s'attaquer à ce fléau en vue, surtout, de l'organiser; ensuite de le confiner dans un espace déterminé. A savoir dans les établissements scolaires tout en astreignant les enseignants intéressés à se conformer à certaines conditions (dont une autorisation officielle). Un ministre a même promis la guerre contre les cours particuliers. Mais comme les responsables à la tête de ce ministère et de tant d'autres ne durent que quelques mois, on ne pourra pas leur demander de rendre des comptes.
Toujours est-il que nos élèves, aussi bien des écoles primaires que des collèges ou des lycées, sont pris dans le piège et n'ont d'autres choix que de se plier aux nouvelles exigences de ces cours d'appoint payants.
Avec la pandémie, les choses se sont aggravées davantage puisque les parents ont estimé que l'enseignement dispensé à leurs enfants n'était plus suffisant. Il fallait le renforcer par des séances de cours particuliers. C'est ainsi que des enseignants (tant du primaire que du secondaire en passant par le préparatoire) ont commencé à proposer leurs services. Presque toutes les matières étaient concernées. Dans les collèges et les lycées, la situation se présente mal d'autant que l'avenir scolaire des élèves est mis en jeu. Les pratiques utilisées par certains enseignants sont loin d'être honnêtes. On constate que des pressions sont exercées sur les élèves pour qu'ils acceptent de suivre ces cours. C'est, donc, contraints et forcés que de plus en plus de parents se plient à ces nouvelles exigences. La crainte de nuire à leurs enfants les oblige à se taire et à accepter les conditions imposées par ces enseignants. Ils n'osent pas dénoncer les abus qu'ils vivent au quotidien. Ils ne savent pas à qui s'adresser pour éviter d'être pris dans cette spirale infernale.
Les chefs d'établissement ne peuvent rien faire de peur de s'attirer les foudres des syndicats. Ces derniers, pour leur part, affichent une position «neutre» et ne se prononcent ni pour ni contre le phénomène des cours particuliers. Toutefois, ce silence peut être interprété comme un silence complice.
En tout cas, les autorités sont restées, jusqu'à l'heure, incapables de trouver la parade. En effet, aucun responsable n'est en mesure d'appliquer les dispositions qui existent et qui organisent les cours de soutien. Car, justement, les problèmes sont tellement nombreux que les priorités sont bouleversées. Malgré tout, il y a lieu d'agir, et dans l'urgence.
Dans les coulisses
On peut comprendre les enjeux qui se cachent derrière les pratiques des cours particuliers quand on sait que tout se joue (dans certains lycées) au moment de la préparation des emplois du temps. En général, le grand public n'est pas au courant de ce qui se passe dans les coulisses. Depuis longtemps, des professeurs ont pris l'habitude de demander aux responsables de leurs établissements des «privilèges» selon lesquels on leur attribue les classes où il y a des élèves des classes terminales ou d'orientation. La chasse à ces classes s'ouvre en été. La rivalité est grande entre les enseignants des matières scientifiques, notamment. C'est à qui arrachera les classes « juteuses ».
Bien sûr, ces agissements ne se font pas au grand jour même si les emplois sont, de plus en plus, informatisés.
Ce qui ne manquerait pas d'étonner c'est, sans doute, cet échantillon réel d'un enseignant exerçant dans l'un des lycées relevant du commissariat régional à l'éducation de Ben Arous. Il a fait de sa seconde profession (donner des cours particuliers) une véritable occupation. De nombreux groupes d'élèves composés de 8 à 12 membres se relaient à son domicile. Ce qui est plus grave c'est qu'ils sont presque tous ses propres élèves du lycée où il enseigne. Ce qui est strictement interdit. Pis encore, il obligerait ces élèves à s'inscrire dans ces cours en leur donnant, au début de l'année, des devoirs dans lesquels ils n'obtiennent que des notes très basses pour les persuader que des études supplémentaires sont nécessaires. Ils chargent les parents de lui «recruter» le plus d'élèves possibles.
Même ses propres collègues sont au courant de ces pratiques mais ne peuvent rien faire. Les parents ne peuvent pas le dénoncer de peur de représailles contre leurs enfants. Dans des classes d'orientation (2e année secondaire, par exemple) des notes inférieures à 10/20 sont distribuées hypothéquant tout l'avenir d'excellents éléments qui projetaient de choisir des filières scientifiques. En effet, dans une classe, la meilleure note n'a pas dépassé… 7/20 ! Cet enseignant ne s'en cache pas, il leur dit qu'ils ne méritent pas les sections scientifiques et qu'ils devraient voir autre chose. «Chez lui quelqu'un qui obtient la moyenne peut s'estimer heureux.»
Il y a de quoi saper le moral de plus d'un élève. De nombreuses histoires sont racontées par les élèves à propos de cet enseignant. C'est à se demander comment on peut rester sans réagir alors que tout le monde semble connaître le comportement d'un tel personnage. On se demande, aussi, ce que fait le CRE de Ben Arous dont tous les numéros de téléphone fournis par télécom ne répondent pas. Idem pour le numéro qui est donné sur la page Facebook. Quant aux numéros verts du ministère, l'un est inopérant (1865) et l'autre écoute les doléances sans donner suite (80102520).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.