Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Campagne pour vacciner les chiens à l'occasion de la Journée mondiale contre la rage    Mohsen Marzouk : Le président cherche a mettre en œuvre un projet personnel !    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Dernière minute-Coronavirus: 15 décès et 1013 nouvelles contaminations, Bilan du 20 septembre 2021    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Les annonces de Saïed sur les "dispositions transitoires" éloignent un peu plus Ennahdha du pouvoir    Assemblée générale de l'ONU : Les entretiens de Jerandi à New York    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    L'UGTT et le décret du 14 juillet 2020 : Les précisions de Tunisie Telecom    Change devises en dinar tunisien : Cours du 22 septembre 2021    Décès du journaliste économique Chokri Gharbi    Etat d'exception: L'ATFD s'inquiète pour les droits et les libertés    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Abir Moussi: Voilà pourquoi Kais Saied ne veut pas dissoudre le Parlement    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse, mercredi    Effondrement d'une partie du plafond d'une salle de classe au Kram - Fermeture de l'école    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Algérie: Les drapeaux en berne en hommage à Abdelkader Ben Salah    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    Mohamed Abbou: Kais Saied a échoué dans la lutte contre la corruption    Jabeur Ben Attouche : Le tourisme interne est un pilier de l'économie nationale    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Infos Bourse – L'ATB se hisse en haut du podium    Les leaders d'Attayar, Ettakatol, Al Jomhouri et Afek Tounes en réunion à l'UGTT    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Salon Web Summit 2021: Les startups tunisiennes appelées à participer    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une lycéenne renvoyée sur fond de conflit avec le directeur du lycée : Quand la «victime» n'a que sa parole à faire valoir
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 05 - 2021

Dans ce genre d'affaire, ce sont les paroles des élèves contre celles des responsables. Hormis le soutien de la société civile et de leurs parents, ces adolescents sont malheureusement livrés à eux-mêmes en l'absence de toute assistance légale garantissant leur droit.
Il est devenu habituel de voir des élèves perdre leur avenir et obligés de renoncer à leur cursus éducatif en raison d'incidents les opposant au personnel éducatif. La dernière affaire nous parvient du gouvernorat du Kef lorsqu'une lycéenne a été traduite devant le conseil de discipline et virée du lycée. Le conseil a suggéré même son renvoi de tous les autres établissements éducatifs publics sur fond de conflit l'opposant au directeur de son établissement éducatif.
En effet, la jeune candidate au baccalauréat, dont l'affaire a suscité une vive polémique sur la toile, a porté plainte contre le directeur du lycée Salah-Ben-Youssef au Kef pour harcèlement et violence. Faute de preuves, l'affaire a, donc, été classée par la brigade de la violence contre la femme. Cependant, face à ces accusations, le directeur de l'école a sollicité une réunion du conseil disciplinaire de l'établissement éducatif en question, il a rédigé un rapport contre la jeune fille, l'accusant de l'avoir insulté. Quelques jours après, l'administration du lycée décide de la renvoyer définitivement et de suggérer au ministère de l'Education de l'interdire de tous les établissements éducatifs.
La jeune fille, issue d'une famille modeste, n'avait pu charger un avocat pour sa défense, bien qu'elle ait porté plainte auprès de la police, sauf que dans ce genre d'affaire, ce sont généralement les élèves, dans une position inférieure, qui perdent tous leurs droits.
Réagissant à cette affaire, la délégation régionale de l'Education au Kef a rendu public un communiqué pour donner sa version des faits. On affirme, en effet, que la lycéenne a déposé une plainte auprès de la brigade spécialisée dans les crimes de violences contre la femme et l'enfant, accusant le directeur du lycée de harcèlement, sauf que le ministère public avait décidé de classer l'affaire pour manque de preuves, et ce, le 4 mai courant. Et de confirmer que la lycéenne a été définitivement exclue du lycée, tout en suggérant au ministre de l'Education son exclusion de tous les lycées tunisiens.
Sauf que selon la délégation régionale, pour garantir tous ses droits, son dossier disciplinaire a été soumis aux services centraux du ministère de l'Education pour qu'il soit examiné davantage.
Le problème c'est que la lycéenne devrait passer actuellement les épreuves du bac blanc qui se poursuivent jusqu'au 2 juin. Elle est même menacée de rater les examens du baccalauréat si son affaire traîne toujours et si elle ne parvient pas à se défendre.
Yassine Ayari intervient
Face à ce qu'il appelle une injustice dont est victime cette élève, le député Yassine Ayari a adressé des correspondances aux ministres de l'Intérieur et de la Justice pour enquêter sur cette affaire. Il a également indiqué avoir adressé une correspondance à la ministre de la Femme pour l'appeler à fournir un soutien psychologique à la victime. «Une quatrième correspondance a été adressée au ministre de l'Education afin de permettre à l'élève de passer le concours du bac et la protéger contre toute agression. Si elle parvient à réussir c'est à la justice de trancher, nous devons lui garantir toutes les chances pour passer ces épreuves loin de cette polémique», s'est-il expliqué sur son compte Facebook.
Quoi qu'il en soit, la sanction infligée à la jeune lycéenne est disproportionnée par rapport aux actes reprochés, sachant qu'elle est seulement accusée d'avoir diffamé le directeur du lycée. Serait-il judicieux de priver la jeune élève de son droit de passer le baccalauréat dans de bonnes conditions à cause d'une telle affaire ? Il faut rappeler que dans ce genre de conflit, la victime n'a souvent que sa parole à faire valoir.
Le harcèlement sexuel en milieu scolaire est une réalité en Tunisie. En février 2016, au Kef, un professeur est accusé de harcèlement sexuel à l'encontre d'une lycéenne sur Facebook. En janvier 2016, 63 plaintes ont été déposées contre un instituteur de l'école Habib-Bourguiba à Houmt-Souk, pour harcèlement moral et sexuel. En mars 2015, à Sousse, une fille de 8 ans a été victime de harcèlement sexuel. Sa mère porte plainte contre le gardien de l'école. Ces cas montrent, effectivement, que ce fléau est répandu dans nos établissements éducatifs, les élèves sont souvent obligés de se taire pour préserver leur droit à l'éducation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.