Lors de sa première apparition publique, Ghannouchi appelle à l'union face à l'épidémie    25 Juillet- Bardo: Les manifestant appellent à la dissolution du Parlement    231 décès suplémentaires et 5359 contaminations par le coronavirus recensés le 23 juillet 2021    Météo : Temps chaud !    Le président Saïed: Les dons de vaccins atteindront cinq millions de doses    JO de Tokyo Ayoub Hafnaoui décroche une médaille d'or    Merci Ahmed Hafnaoui pour cette médaille d'or olympique en natation offerte à la Tunisie    25 Juillet: Fermeture des accès et présence sécuritaire intense à l'Avenue Habib-Bourguiba [photos+ vidéo]    JO Tokyo 2020 | Natation (400 m NL) : Médaille d'or pour Ayoub Hafnaoui    JO Tokyo 2020 | Fleuret : Inès Boubakri éliminée en 16e de finale    JO Tokyo 2020 | Tennis : Ons Jabeur éliminée dès le premier tour    Tunisie: Revaloriser les valeurs républicaines    Tunisie [Photos] : Départ du premier train à grande vitesse à Tunis    Béji Caïd Essebsi, l'homme de la République    Tunisie – Testour : Neuf blessés dans la chute d'une voiture de louage dans un fossé    Tunisie – Important don de matériel médical de la part de l'ETAP    Tunisie : "Sans choc salutaire, un défaut sur la dette externe est assez probable" estime le Groupe Crédit Agricole    Fausse pages Facebook usurpant le nom du ministère des finances    Ghassen Ksibi appelle Kaïs Saïed à s'entourer de gens qui comprennent les rouages de la politique    La Tunisie réceptionne des aides sanitaires de la part de Tunisiens résidant en Italie    Lancement du RFR sur la ligne E reliant les gares de Barcelone et Bougatfa    Le Parti Courant populaire appelle à « sortir massivement pour imposer un gouvernement national de transition »    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    La JICA honore les startups tunisiennes lauréates du concours NINJA    La mode tunisienne bientôt au Musée des Arts décoratifs de Paris avec l'appui de Creative Tunisia    Hichem Mechichi "dégagé" au centre de vaccination de Nadhour à Zaghouan    JO Tokyo 2020 : Ayoub Hafnaoui termine à la dernière place de sa série sur 400m NL    Tokyo 2020 Le Tunisien Khalil Jendoubi qualifié en finale de Taekwondo    Biat Capital : Finalisation de l'opération de fusion absorption par la société Tunisie Valeurs    Sommet de la francophonie 2021 : Appel à candidatures pour la "Scène jeunes talents de la francophonie"    Bilan Covid-19 : 5.624 nouveaux cas et 317 décès    Paris SG : Mauricio Pochettino prolonge jusqu'en 2023    Tunisie: La villégiature au temps des beys    BCT : La loi de la relance économique entrave la bonne conduite de la politique monétaire    Mono-drame "Pour les hommes uniquement" de Najwa Miled prévu au FIH 2021    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    "Under The Fig Trees" d'Erige Sehiri parmi six films sélectionnés à Final Cut in Venice 2021    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Décès de l'acteur Kamel Eddine Ghanmi    Par Henda Haouala : Interview avec la tunisienne Nour Belkhiria, une étoile montante dans le cinéma canadien    Le film "Bonne mère" de Hafsia Herzi remporte le Prix d'ensemble de la sélection "Un certain Regard"    A l'occasion de la Journée Nelson Mandela, la Tunisie appelle à la solidarité internationale    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    Cinéma : Un film tunisien primé au Festival de Cannes    Nawel Ben Kraïem présente un nouveau spectacle au festival Off d'Avignon : A la recherche de ses identités    L'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj change de nationalité    Le milliardaire Richard Branson revendique le titre du 1er touriste de l'espace! (vidéo)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Epuisement démocratique
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 06 - 2021

AU service des ambitions politiques depuis 2011, la démocratie se porte mal en Tunisie. Entre progrès et régression, le solde est plus que jamais négatif. Un certain nombre de symptômes confirment cet épuisement démocratique : persistance des violations des droits de l'homme, recours excessif à la violence dans le traitement sécuritaire des mouvements sociaux, déclin, des fois même hémorragie, des partis, paralysie et blocage politiques, faillite du système politique et inadéquation de loi électorale, affaiblissement de l'Etat de droit, stress médiatique épuisant...
Autant de constats qui renvoient à l'incapacité de la plupart des intervenants sur la scène politique à s'identifier aux besoins des citoyens et à l'incompréhension qu'ils ne cessent de manifester face aux revendications sociales.
Retour de manivelle : les Tunisiens portent aujourd'hui un regard désenchanté sur la démocratie. Une exaspération qui s'exprime systématiquement envers les forces politiques. Une grande majorité ne s'identifie plus à un parti politique, comme ça a été le cas en 2011. Le désaveu s'étendrait en quelque sorte par effet de capillarité au système lui-même. Le syndrome de la fatigue démocratique se traduit par une lassitude de tout ce qui a rapport avec la politique. Il risque par conséquent de pousser vers l'abstention ou les votes antisystème.
Alors que l'actualité ne donne pas une belle image de l'action politique, aucun parti ne parvient aujourd'hui à dominer la scène. Est-il encore possible de raviver la verve, l'entrain et la passion de 2011 quand de nouvelles pratiques ont vu le jour et ont contribué à entretenir un malaise auquel on ne semble pas trouver de remède ? Ceux qui n'aiment pas la politique trouvent forcément de quoi conforter leur désintérêt. Et même s'ils ont tort, l'action politique restera en quelque sorte comme la manifestation la plus criante des maladies de l'époque.
La plupart des partis politiques incarnent les genres de dépassements sans frontières, sans règle, sans limites et finalement sans but. Le recours à des méthodes controversées et illicites compromet de plus en plus leur crédibilité. Le problème est que le paysage politique génère tellement d'intérêts qu'il attire les acteurs les plus intrigants et provoque les tentations.
Difficile de ne pas réagir devant le spectacle d'un environnement dans lequel l'excès de zèle domine et semble n'obéir qu'à ses propres règles. Ce n'est pas un blâme, mais c'est un constat qui peut se transformer en règle générale si les bonnes volontés ne réagissent pas. Car dans un contexte aussi défavorable, les hommes politiques ne sont pas toujours prêts à finir avec cette incohérence qui ne cesse de bloquer et de s'opposer à tout ce qui peut sortir le pays du bord du gouffre. L'image du paysage politique telle qu'elle est donnée aujourd'hui dépend beaucoup trop des dérives dans lesquelles il est entraîné et dont beaucoup de partis assument visiblement une grande partie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.