Référendum : le Tribunal Administratif rejette le recours intenté par Afek Tounès    Rafik Abdessalem : Kaïs Saïed a profité de ces artistes complaisants pour installer sa nouvelle dictature    Siliana: Avancement de 90% des travaux d'aménagement du foyer universitaire    Abdellatif Mekki : Je serai peut-être candidat aux prochaines élections présidentielles    François Hollande plaide pour une relance du partenariat avec le Maghreb    Tunisie: Le mercure grimpera à 42 degrés    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Gaza : L'Ukraine solidaire avec Israël    LG et GOOGLE offrent trois mois d'accès à STADIA PRO    Tunisie : Trois morts à Bizerte    Communauté subsaharienne en Tunisie : Inquiétante flambée du discours raciste    Faire de la Tunisie une plateforme de coopération: Tunisie Japon Afrique    Tribune | Mon message d'Hiroshima    Classement WTA : Badosa recolle à Sakkari et passe 3e, Ons Jabeur 5e    Matches amicaux : Le Barça, l'Atletico et la Roma largement vainqueurs    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Sélections des jeunes : Le temps des grandes réformes    EST | Des recrutements ciblés : L'empreinte de Nabil Maâloul !    Tunisie: 7,433 millions quintaux de céréales collectés    Hausse des prix des carburants : Le pari risqué du gouvernement    Prix au marché municipal de Beja [Vidéo]    Décès d'un ressortissant tunisien au Canada : Le meurtrier souffrait-il réellement de troubles mentaux ?    Pourquoi | A propos des horloges    Noureddine Taboubi : l'UGTT est pour un régime présidentiel modéré    Rached Ghannouchi : nous avons appelé au boycott et trois quarts des Tunisiens ont répondu    Foot mondial : Programme TV des matches de lundi    QNB – La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    Australie: Qantas demande à ses cadres de venir remplacer les bagagistes    Embellie touristique    Monastir: Sauvetage de 22 migrants clandestins à l'île de Kuriat    Météo du lundi 8 août 2022    Un Algérien viole une Américaine de dans des toilettes publiques en France    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Météo : cellules orageuses et pluies éparses dans quelques régions cet après-midi    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Slaheddine Sellami : 2019 en Tunisie, l'année de tous les dangers
Publié dans Leaders le 06 - 03 - 2019

L'année 2019 sera une année difficile, mais elle sera surtout cruciale pour l'avenir de la Tunisie.

Il faut relever que le pays a fait des avancées importantes en matière de libertés publiques et individuelles ; même si quelques affaires semblent montrer que ces acquis sont encore fragiles.

Malheureusement, en parallèle de cela, le processus politique ainsi que l'économie sont en panne et la classe politique n'arrive pas à trouver les solutions aux problèmes quotidiens de la population.

La situation économique du pays et de plus en plus difficile. Les indicateurs n'ont jamais été aussi mauvais et inquiétants. Plusieurs raisons expliquent cet état critique. Tout d'abord, l'Etat survit grâce aux dons et aux emprunts, souvent mal utilisés. Par ailleurs, le pouvoir d'achat continu à se détériorer malgré les augmentations de salaires (rapidement rattrapés par l'inflation).

On nous promet tous les ans une amélioration pour l'année qui suivra… sans résultat aucun.

Sur le plan politique l'offre existe. Nous comptons aujourd'hui plus de deux cent partis. Et ce nombre croît encore aujourd'hui, à quelques mois des échéances électorales. Le paysage politique n'arrive pas à se stabiliser. C'est même le contraire qui se produit puisque nous assistons à un éparpillement extrême des forces politiques, phénomène aggravé par un système politique et un code électoral mal adaptés. Le risque d'entrainer une paralysie des institutions et de l'action gouvernementale est d'ailleurs grandissant.

L'alliance entre les deux partis arrivés constituant le duo gagnant lors des précédentes élections (que l'on a appelé « tawafek » ou compromis) a permis d'avoir une majorité confortable. Pour autant, cela n'a pas résolu les problèmes du pays. Et pour cause, le seul point commun de ces deux partis était le partage du pouvoir, dans son acception la plus primaire.

Concernant la justice transitionnelle, elle a été instrumentalisée par certains partis politiques, et c'est encore ici un échec total. On a ainsi perdu notre unique occasion de réconciliation nationale.

S'ajoute à tous les éléments précités le fait indiscutable que le peuple n'a plus aucune confiance dans ses élus. Tous les sondages montrent à ce titre que l'Assemblée Nationale et les partis arrivent en dernière position. Le « tourisme politique », l'absentéisme des députés aux séances et le discours des élus ont largement contribué à ce désamour entre le peuple et la politique.

La majorité des tunisiens n'arrivent pas à identifier l'Homme ou le parti en qui ils auront confiance. Ils attendent et espèrent que les politiciens mettront enfin l'avenir du pays comme seule et unique priorité.

Cette situation dramatique engendre un phénomène plus que prévisible : le désintérêt total des citoyens pour les prochaines élections. Le taux d'abstention risque d'augmenter et de dépasser largement celui constaté lors des dernières élections. Elle a aussi favorisé la montée en puissance des partis extrémistes et « antisystème » ; ceux-là mêmes qui promettent soit le retour vers le passé proche ou lointain, soit la rupture totale avec le présent (sans avoir un programme autre que celui de la rupture).

La nostalgie de certains leur fait penser qu'ils souhaiteraient le retour de la dictature. Mais doit-on accepter un retour à la case départ après avoir fait et subi toutes ces épreuves ? Il serait pour le moins affligeant d'avoir parcouru un tel chemin et d'arriver devant la source Démocratie sans pouvoir étancher sa soif.

La Tunisie a besoin d'un pouvoir fort, capable d'engager les réformes profondes dont le pays a besoin ; et non d'une dictature. Elle a besoin de vrais patriotes pour engager le pays vers le chemin de la démocratie et de la prospérité.

Il est aujourd'hui vital qu'avant les échéances électorales, le pays soit doté des institutions nécessaires à l'application de la démocratie. Il s'agit en particulier de la Cour Constitutionnelle qui doit nous prémunir de toute tentative de dérive vers un régime et des pratiques dictatoriaux. Elle doit être constituée d'Hommes de lois professionnels et convaincus du chemin à prendre pour une véritable démocratie.

Notons par ailleurs qu'aucune démocratie n'est viable face à la montée de la paupérisation d'une frange de plus en plus importante de la population, et face à l'absence d'équité dans le partage des richesses entre les individus et les régions.
Le peuple a besoin de réalisations et non de promesses. La lutte contre la corruption doit être une priorité pour laquelle nos gouvernants déploient une véritable stratégie et des actions concrètes. Nous n'avons que faire d'un simple slogan…
L'amélioration de la vie dans toutes les régions doit se faire en tenant compte des aspirations spécifiques des habitants de ces régions.

Aucune amélioration n'est envisageable avec la paralysie de l'action gouvernementale trop préoccupée par les marchandages politiques.

En dehors de toutes ces considérations il faut noter que les citoyens ne sont pas seulement créanciers de droits ; ils sont également débiteurs d'obligations.

Il est aujourd'hui nécessaire de revenir à la culture du travail. Il faut en effet d'abord produire de la richesse pour pouvoir la partager ensuite.

Seul un rapprochement entre les partis ayant des valeurs communes (même programme économique, même orientation sociale, même vision stratégique, etc.) sera salvateur. Ce projet alternatif, doit être offert aux futurs électeurs pour faciliter le choix et limiter les abstentions.

Ce rapprochement peut se faire sur les principes suivants:
1. Le compromis basé sur les intérêts exclusifs des partis est grandement responsable de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Gouverner doit se faire sur la base d'un programme exécuté par des personnes compétentes, honnêtes et patriotes.
2. L'unité nationale ne peut être obtenue sans une justice indépendante, non partisane. Aucune réconciliation nationale n'est envisageable sans que toute la lumière soit faite sur les assassinats politiques et tout ce qui touche de près ou de loin à notre sécurité nationale.
3. Le système politique et le mode de scrutin sont l'une des causes majeures de la paralysie de nos institutions (gouvernement et parlement). Il faut aujourd'hui envisager un changement par le passage au vote citoyen.
4. La mise en place de la Cour Constitutionnelle doit se faire de préférence avant les élections ou dès la prochaine rentrée parlementaire.
5. La lutte contre la corruption, le circuit parallèle, le blanchiment d'argent et l'évasion fiscale doit être inscrite comme la priorité du prochain gouvernement avec une stratégie claire et des actions concrètes.
6. La discussion avec les partenaires sociaux ne doit pas se limiter aux augmentations de salaires. Elle doit englober aussi la maitrise de l'inflation, le surendettement et l'amélioration de la compétitivité de notre industrie, de notre agriculture et de nos entreprises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.