Bilan Covid-19 : 91 nouveaux cas et 4 décès    Tunisie – Kais Saied [VIDEO] : « J'appelle les honnêtes patriotes à nettoyer le pays de ceux qui ont altéré ses capacités »    Infos Bourse – Le groupe UADH bloqué par les banques    Tunisie-URGENT : La chaine Hannibal TV suspendra sa diffusion à partir de cette date    Grandes cultures : Signature d'une convention de partenariat entre l'UTAP, l'INGC et la BNA pour accompagner les producteurs    Championnat Arabe Handball : EL MAKAREM 4 sur 4    Il n'y aura plus de Facebook à partir de demain... Il s'appellera Meta !    Ghazi Chaouachi appelle Kais Saied à éclairer l'opinion publique sur ce point    Le président de la République exige un audit minutieux des prêts et dons accordés à la Tunisie    Ghazi Chaouachi : Le discours populiste de Kais Saied ne mènera nulle part    Opportunités : Le marché nigérien tend la main aux businessmen tunisiens    Découverte d'une cellule terroriste féminine    Tunisie- Accidents de la route : 50% des morts sont des jeunes    Le 4ème sommet anti-tabac : Nouvelle ligne de défense contre le fléau du tabagisme    Report de l'affaire de harcèlement sexuel dans laquelle est accusé Zouhair Makhlouf    Le septième congrès électif de l'ODC, aura lieu les 5 et 6 novembre    Violation à grande échelle des données personnelles dans le milieu universitaire tunisien, s'inquiète l'INPDP    Le CA Bizertin annonce officiellement le départ du président Abdessalem Saidani    La Tunisie dispose d'un stock de céréales pour seulement 3 mois de consommation    Le financement des projets d'infrastructure objet de la rencontre entre Samir Saïed et Sarra Zaâfrani    Perturbation de l'approvisionnement en eau potable dans la région du Sahel    Marwen Trabelsi revient avec une première exposition personnelle de peinture "Jardin Intérieur"    Classico ESS-CA : Compos probables et Historique    Augmentation de capital de One Tech Holding : Moncef Sellami tient la promesse faite aux actionnaires    Exposition "Viral" de l'artiste iranienne Yassi Pishvaei à l'espace Mouhit    Samir Dilou : Si les dirigeants du passé étaient mauvais, pendez-les !    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce jeudi    Problèmes de l'environnement à Sfax : Pas de solutions immédiates, assure Leila Chikhaoui    Sfax: Aujourd'hui, grève générale dans le secteur privé [Vidéo en direct]    Foot Européen : Programme TV de jeudi (HT)    CAN 2021 : la CAF autorise 28 joueurs par sélection au lieu de 23    Falsification de titres fonciers à Ben Arous : Quatre agents administratifs impliqués    L'aéroport de Tobrouk reprendra ses vols vers la Tunisie    France : Paris : La gare du Nord évacuée suite à une alerte à la bombe !    Grave accusation contre Bin Salman : il aurait planifié le meurtre du roi Abdallah    CSS vs EST : où regarder le match de la 2ème journée de ligue 1 tunisienne du 27 octobre    Pièce de théâtre "Langar" du 28 au 30 octobre à El Teatro    Ons Jabeur se hisse à la 7ème place mondiale    Le cauchemar de Macron : l'Algérie interdit le français dans les administrations    Métamorphose #2 de Essia Jaïbi et Jalila Baccar en ligne le 29 octobre    Vient de paraître : " Quatrains en déshérence ", un recueil poétique de Abdelaziz Kacem    Les Retrouvailles Musicales avec le CSO autour de Mozart et Saint-Saëns    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ménages : Au moins 40% de la population du Grand Tunis ne dispose pas d'un « budget de dignité »
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 07 - 2021

Au moins 40 % de la population (et plus probablement la moitié) dans la métropole du Grand Tunis, ne dispose pas aujourd'hui des ressources nécessaires pour accéder à des conditions de vie dignes, constate une étude de la Fondation allemande Friedrich Ebert Stiftung (FES), intitulée « Un budget de la dignité pour la Tunisie », publiée en 2021. La dignité a été érigée comme une revendication centrale de la révolution tunisienne du 17 décembre-14 janvier 2011. Mais, 10 ans après, l'Etat qui a promis dans sa nouvelle constitution d'assurer « des conditions de vie dignes » aux citoyens, semble incapable de tenir à cette promesse. Cette aspiration à la dignité continue d'animer une grande majorité du peuple tunisien, a relevé cette étude, première du genre dans le monde arabe, puisqu'elle a été basée sur des contacts directs avec des échantillons types et représentatifs de ménages tunisiens. Il en ressort également, que le niveau du salaire minimum reste aujourd'hui très inférieur au niveau qui serait nécessaire pour que les travailleurs puissent accéder par leur travail, à des conditions de vie dignes. Les politiques publiques ne devraient pas se limiter aux actions qui permettent de soutenir directement le pouvoir d'achat des familles, mais devraient plutôt se concentrer sur l'amélioration des services publics qui impactent indirectement, le niveau de vie des familles. Car, selon l'étude, la détérioration des services publics, en particulier, le transport, l'éducation et la santé, engendre un surcoût important pour les familles « en les obligeant à prendre en charge au moins en partie, certains besoins qui auraient dû être fournis par les services publics ». L'amélioration des services publics constitue ainsi, un autre axe d'action qui permettrait selon, l'étude non seulement d'améliorer les conditions de vie des familles, mais aussi d'offrir un accès plus égalitaire aux services nécessaires. Il est certain que le salaire minimum est très loin aujourd'hui de permettre aux salariés tunisiens d'avoir des conditions de vie dignes, un constat » tout à fait cohérent avec la revendication avancée par l'UGTT à la fin 2017 « , note l'étude. En effet, la centrale syndicale avait alors, revendiqué un salaire minimum de 866 dinars, soit plus que le double de ce qui a été adopté en 2017 (350 dinars). « Pour qu'un couple d'employés, vît avec dignité dans le Grand Tunis, il lui faut trois fois le salaire minimum, estimé actuellement, à 400 dinars », a déclaré à l'Agence TAP, le directeur régional de l'information et de la communication pour le Moyen Orient et l'Afrique du Nord, au sein de Friedrich-Ebert-Stiftung, Omar Sufan. « La finalité de l'enquête est d'attirer l'attention des autorités publiques sur le fait que se baser sur l'évaluation et l'identification des indicateurs de croissance et d'inflation et lier toujours les augmentations du salaire minimum à l'inflation, n'est plus une démarche fiable. Ces indicateurs ne reflètent plus les besoins réels des familles et les conditions d'une vie réellement digne », a-t-il expliqué. D'après ses dires, il faut que les autorités repensent leurs politiques publiques, longtemps basées sur des indicateurs (taux d'inflation, taux de croissance...) qui n'ont rien à voir avec la réalité des populations. « Il faut aussi, prendre en considération le tribut et le surcoût que payent les familles à cause de la détérioration des services publics comme il faut parler d'un « budget de la dignité » dans le cadre des négociations avec les institutions internationales et les bailleurs de fonds, dont la Banque mondiale et le FMI », a-t-il ajouté. Les autorités pourraient opter pour le choix de l'amélioration des services publics (transport, santé, éducation), ou inclure les « coûts de leur détérioration » dans les augmentations du salaire minimum des employés, a fait observer le responsable. Menée par la fondation FES, en partenariat avec l'Institut de recherches économiques et sociales (IRES) et une équipe de l'organisation » International Alert » qui a travaillé, depuis 2012 sur la marginalisation des quartiers populaires au Grand Tunis, cette étude a été basée sur des discussions de neuf groupes reflétant une variété de situations sociales, réunis sur une période d'un peu plus d'un an.
Bien que l'étude ne soit pas représentative de l'ensemble des situations des ménages sur le territoire tunisien, elle pourrait servir de premier enseignement pour un débat public sur ce niveau de vie qui devient et deviendra de plus en plus cher pour tous les Tunisiens.
La BCT l'a confirmé dans sa récente note sur les évolutions économiques et monétaires (juillet 2021), en prévoyant un maintien du rythme de progression des prix à la consommation à des niveaux encore élevés dans la période à venir. Elle table ainsi sur un taux d'inflation moyen de 5,3 % en 2021, de 5,6 % en 2022 et de 5,1 % en 2023.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.