Tunisie-Directeur de l'ENIS [VIDEO] : « Nous cherchons à améliorer le classement de nos universités dans le monde »    Où voir les matches d'Aissa Laidouni et Anis Ben Slimane en Europa League ?    Youssef Bouzakher : « La dissolution du CSM n'a jamais été évoquée par le chef de l'Etat »    Dr Rim Belhassine Cherif, Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Tunisie – Covid : Fermeture d'un troisième établissement scolaire à Djerba    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Tunisie: Vers la vaccination des enfants âgés de 5 ans ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    LC Europe (Poules / 6è j): le programme de ce mercredi    Le comité scientifique annonce une bonne nouvelle    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cannes 2021 : Leyla Bouzid, demain à la clôture de la Semaine de la Critique
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 07 - 2021

«Histoire d'amour et de désir» ou encore «Mejnoun Farah» en arabe, le second long métrage de Leyla Bouzid a été sélectionné pour clôturer, le 14 juillet, la section la Semaine de la Critique à Cannes 2021. Ce film, tout comme le premier, de la jeune cinéaste, est un hymne à la liberté
La Semaine de la Critique, une section parallèle du festival de Cannes, fête cette année ses soixante ans d'existence. Lancée en 1961, son ambition n'a pas changé d'un iota : permettre à la critique française de défendre et explorer au mieux la jeune création cinématographique et continuer à révéler des cinéastes du monde entier. Leos Carax, dont le film ouvre le festival de cette année, a été révélé au grand public grâce à la Semaine de la critique. Tout comme Bernardo Bertolucci, Barbet Schroeder, Alain Tanner, Ken Loach, Benoît Jacquot, Merzak Allouache, Romain Goupil, Idrissa Ouedraogo, Wong Kar-wai, Arnaud Desplechin, Benoît Poelvoorde, Anne Fontaine, Jacques Audiard, François Ozon, Gaspar Noé et bien d'autres encore.
Leyla Bouzid, diplômée de la prestigieuse école de cinéma, la Fémis à Paris, trouve bien sa place dans cette section, qui projette toujours un nombre réduit de films afin de leur offrir une plus grande visibilité. Elle dont le premier long métrage «A peine j'ouvre les yeux» (2015) a récolté une pluie de nominations et de consécrations dans les festivals internationaux. «A peine j'ouvre les yeux » raconte le quotidien d'une troupe de jeunes musiciens affrontant le harcèlement de la police de l'ancien régime, quelques mois avant la révolution du 14 janvier 2011. Le film est un véritable hymne à la liberté. Avec son second long métrage, la cinéaste continue son exploration du thème de la liberté en focalisant cette fois-ci sur la perspective de l'amour et du désir.
A travers un récit tout en nuances, Leyla Bouzid raconte la rencontre d'Ahmed, jeune homme né en France, grandi en banlieue parisienne et issu de l'émigration, et Farah, qui vient de débarquer à Paris pour poursuivre des études de lettres. Surprenant : c'est Farah, native d'un pays du sud de la Méditerranée, qui va libérer Ahmed du poids des traditions et des tabous autour de la sexualité en lui faisant découvrir une littérature érotique arabe célébrant le désir et gisant dans un patrimoine quasi oublié. Ahmed va tomber très amoureux de cette jeune fille pleine de vie et d'énergie...
«J'avais envie de montrer une masculinité moins virile parce qu'on le sait, les hommes ne sont pas que virils, parfois ils peuvent être moins à l'aise, parfois ils ont besoin d'être guidés et il faut leur permettre ça», explique Leyla Bouzid dans une récente interview. «Une histoire d'amour et de désir», nous fait découvrir la belle et charismatique Zbeida Belhajamor dans le rôle de Farah. Zbeida est une jeune étudiante des beaux-arts et artiste multitalents, chant, guitare et comédie, qui vit à Tunis. Elle est la partenaire dans le film de l'hypnotique Sami Outalbali, acteur depuis son jeune âge et ayant déjà à son actif plusieurs rôles au cinéma et à la télévision en France.
« Une histoire d'amour et de désir » vient d'être sélectionnée pour passer en compétition officielle au festival du Film Francophone d'Angoulême (24-29 août 2021).
Le film qui sortira en septembre dans toute la France sera projeté à l'automne 2021 en Tunisie dans plusieurs salles commerciales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.