Affaire Bochra Bel Haj Hamida : la chambre correctionnelle annule la condamnation à six mois de prison    Tunisie-coronavirus : C'est ce que le comité scientifique décidera aujourd'hui    Sfax: En dépit de la grève des médecins, ce centre de vaccination n'a pas fermé ses portes (Vidéo)    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisair suspend ses vols à destination et en provenance du Burkina Faso    Tunisie – météo : Températures en légère baisse et pluies attendues    Béja: 42 nouvelles contaminations en milieu scolaire    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    teste    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Tunisie-coronavirus : Plus de six millions de personnes entièrement vaccinées    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Une Bavure au coin de la bouche» de Nebil Daghsen aux JTC 2021: Comme un poème...
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 12 - 2021

Un des moments qui s'annoncent forts des JTC 2021 est le retour du metteur en scène franco-tunisien, Nébil Daghsen, avec sa nouvelle création «Une Bavure au coin de la bouche», un œuvre qui s'annonce poignante et fortement réaliste.
S'inspirant d'entretiens journalistiques, de témoignages de policiers et de victimes, d'articles de journaux et d'émissions de télévision, « Une bavure au coin de la bouche » est une suite de séquences de vie à la fois liées et indépendantes... Le point de départ est un fait divers tragique. Un jeune commissaire de police se suicide. Interpellé par cet évènement, une troupe de théâtre lui rend hommage. "A mes yeux, l'urgence de poser la question de la violence légitime et illégitime est une évidence. Pas un jour ne passe sans que cette question n'altère la confiance et les certitudes que l'on porte à notre époque. La police est-t-elle l'unique rempart à la violence?", déclare Nebil Daghsen. Une bavure au coin de la bouche, grâce au décalage induit par l'imagination, est chargée de rendre touchantes, drôles, émouvantes, des scènes délicates du quotidien où l'autorité traverse les uns et les autres. Du citoyen anonyme au policier assermenté, le pouvoir se découvre. Il montre sa nécessité, mais aussi ses abus, sa raison d'être, mais aussi ses dégâts lorsqu'il est remis en cause. A la manière d'une traversée d'instants, un enchaînement de moment de vie, où tour à tour, l'on se confie, l'on se décharge, l'on se confronte, l'on s'apprivoise dans une proposition non linéaire d'instants de vie et de lutte, amenés comme un poème. Cette œuvre signée Nebil Daghsen et son collectif vient dans la continuité d'un projet qui travaille à rendre accessible à tous «les cultures» et ce qu'elles portent comme espérance pour imaginer demain. La Relève Bariolée qu'il dirige depuis vingt ans œuvre tant sur le plan artistique que culturel, en créant des spectacles joués en France, comme à l'étranger et en animant ateliers, animations et cours principalement sur Paris et sa région. Nebil Daghsen écrit et met en scène des pièces qui s'appuient tout autant sur l'histoire que sur un brûlant désir d'évasion. Ceci en mêlant références, évocations de parcours réels avec un univers onirique. Nebil Daghsen, qui s'est engagé depuis des années dans cette vocation, revendique des créations contemporaines et appuie des projets de médiations artistiques dans les zones de quartier prioritaire. "Le travail que nous entreprenons me conforte dans l'idée que l'art mis à disposition des public(s) est un vecteur puissant permettant de créer du lien social et un « vivre- ensemble», à la fois inclusif et joyeux. C'est un enjeu contemporain, pour que chacun, sans exception, puisse se sentir légitime en tant que citoyen dans tout territoire d'accueil", conclut-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.