Tunisie : L'ISIE n'hésitera pas à poursuivre ceux qui diffament ses agents et cadres    Récap' Explosion au domicile de Charfeddine, Kaïs Saïed se rend au chevet de son épouse    Tunisie : L'UGTT rend hommage à l'artiste Marcel Khalifé    Tunisie-Bizerte : Un incendie déclaré dans une ferme à Mateur a été maitrisé    Coupe de Tunisie : Tirage au sort complet de l'édition 2021-2022    Tunisie [VIDEO] : Les prix des fourrages et la situation des agriculteurs, au cœur d'une rencontre entre Saied et Bouden    Incendie au siège de la CNAM : Les archives et dossiers des assurés sociaux n'ont pas été endommagés    Play-offs Ligue 1 Pro : Sur quelles chaînes suivre les matches de la J05 ?    Festival du film de Yasmine Hammamet-Laajimi : "La projection des films n'est pas commerciale"    Tunisie – La banlieue nord de Tunis privée d'eau pendant 36 heures    Chute record des titres tunisiens de dette extérieure à la Bourse de Francfort    Affaire Belgacem - Le juge interdit la diffusion de tout contenu pouvant porter atteinte à la dignité de la femme    Tunisie – Le pays du soleil vit dans la peur du noir !    Najet Brahmi Zouaoui, titulaire de la Chaire ALECSO pour l'arbitrage commercial international    Tunisie – Embellie du marché de l'emploi    France : Le "CDD intérim" de Premier ministre n'intéresse personne, sauf elle…    Ghannouchi : J'ai commis une seule erreur...la voilà    Tunisie Télécom fait son cinéma à Gabès    Annulation de la hausse des prix des fourrages    Urgent : le ministère de l'Intérieur donne les causes de l'explosion dans la maison de Charfeddine    Tunisie : Bus coincé dans un tunnel : le conducteur limogé ?    Sidi Bouzid: Les habitants bloquent la route pour réclamer l'approvisionnement en eau potable    Explosion au domicile de Taoufik Charfeddine : les précisions du ministère de l'Intérieur    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    INS : légère baisse de 0.1% du taux de chômage    Musée du Bardo (2012-2022) : la décennie de tous les malheurs    Roland Garros : Prize money et programme TV de l'édition 2022    Le secteur français de l'hôtellerie-restauration cherche des saisonniers en Tunisie    Ukraine: Trois hommes d'affaires tunisiens face à la guerre    La Tunisie menacée d'obscurité !    Ons Jabeur grimpe à la 6ème place mondiale, après 2 finales aux tournois de Rome & Madrid    Le 1er Marathon GAT Assurances à Oudhna en photos    Tunisie – météo : hausse de températures et sirocco au sud    Le HUAWEI nova 9 SE doté d'une caméra de 108 MP disponible en Tunisie dès le 17 mai    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    Sami Ben Slama: Il n'est pas accepté d'organiser un référendum dans ces conditions    Bassem Loukil s'apprête à lancer Exeed en Tunisie    Les indiscrétions d'Elyssa    Sfax: Festival de l'amandier par l'APPAD et la Maison Gourmandise du 20 au 22 mai 2022    Une lourde défaite face au CSS : Le CA à genoux !    EXPATRIES | Laïdouni remporte le doublé    Le CSS des grands jours : Une équipe de choc et de charme    Brahim Bouderbala : L'opposition n'a qu'à mobiliser les électeurs afin de voter contre la proposition de révision de la Constitution    Agression policière lors des Obsèques de Shirin Abou Akleh: Le visage hideux des sionistes    Corée du Nord-Covid : 42 décès en 3 jours et toujours zéro vacciné…    Mes odyssées en Méditerranée | Sicile-Tunisie, un jumelage méditerranéen: Entre hier et aujourd'hui...    USA : énième tuerie raciste, 10 morts à New York    «Poétiques arabes», recueil de textes de Taoufik Baccar : L'élégance de l'analyse et de l'écriture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Education, enseignement et mise en œuvre des réformes: La volonté absente
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 12 - 2021

Le système éducatif tunisien ne peut plus attendre cette réforme qui devrait lui apporter un nouveau souffle et lui permettre de se mettre au diapason des nouveautés pédagogiques. Mais, malheureusement, des forces et des freins incompréhensibles continuent à mettre tous les obstacles pour que rien ne change. Tant pour les niveaux primaires, préparatoires ou secondaires que supérieurs, rien n'a pu être mis en œuvre.
En effet, il y a eu de nombreux travaux et l'implication de spécialistes et de pédagogues pour l'élaboration des démarches nécessaires à une véritable stratégie en matière d'enseignement. Toutefois, rien n'a pu être fait. D'importants résultats et recommandations existent. Des projets crédibles sont prêts et n'attendent qu'un feu vert qui viendra d'on ne sait où. Car plusieurs forces (surtout venant des syndicats du supérieur et de l'enseignement de base et secondaire) persistent à bloquer ces importants projets.
On pense que les projets auxquels sont parvenus des experts et des pédagogues peuvent apporter ce plus tant recherché par notre système éducatif. On s'étonne, surtout, de l'hypocrisie de certains qui revendiquent une réforme urgente alors que ce sont eux qui en bloquent la mise en œuvre.
Trop d'intervenants
Les spécialistes ont, déjà, dressé leur diagnostic et dit leur dernier mot. Ils n'espèrent rien d'autre que l'application de leurs plans de réforme et de réactualisation. Certes, la réforme de 1958 a mis en place les jalons de la modernisation de notre système éducatif. Mais cette première réforme après l'Indépendance a été revue et corrigée en 1991 et 2002. Cette dynamique ne doit pas être remise en question et elle doit se poursuivre.
Deux orientations caractérisent les démarches à suivre. D'abord sur le plan international puis au plan local. S'agissant du premier, on sait que le monde connaît, actuellement, des bouleversements technologiques et sociaux très rapides qu'il ne faut pas écarter de la vision globale à impulser à notre aggiornamento éducatif. Sur le plan local, aussi, les évolutions et les transformations socioéconomiques ont besoin d'une mise à niveau globale de l'infrastructure et des méthodes.
Aussi, le démarrage d'un grand débat dans le cadre du dialogue national sur la réforme du système éducatif, le 23 avril 2015, a-t-il été salué comme le déclenchement d'un nouveau processus.
Cette approche, apparemment saine, n'a pas abouti. La multiplicité des participants à ce grand débat n'a pas fait l'unanimité et a faussé les travaux. Les réunions devaient regrouper les services concernés du ministère (inspecteurs, pédagogues, spécialistes...) ainsi que les différents syndicats de l'enseignement (au nombre de 9). Il fallait y ajouter 9 autres associations dans un "réseau de la culture civile" regroupant des représentants des avocats, des journalistes, des femmes démocrates ...! C'est ce qui aurait décrédibilisé les résultats de ces débats et contribué à mettre en veilleuse les outputs. En clair, il s'agit de donner aux apprenants tous les outils nécessaires pour être capables d'affronter les nouveaux défis et se placer au niveau des pays développés. Il ne s'agit pas de se plaindre et de s'autoflageller en poussant nos jeunes à désespérer de l'avenir et à se sentir coupables et incapables.
Ne pas victimiser l'élève
Car on voit que de nombreuses voix critiquent de façon anarchique les programmes et les horaires et victimisent à outrance les élèves. Ces derniers finiront par lâcher et ne plus chercher à surmonter les obstacles. Crier sur les toits qu'il y a une surcharge horaire et que les méthodes d'apprentissage s'appuient sur le bourrage de crâne n'a aucune utilité. L'impact sur nos élèves n'en sera que catastrophique. Ils se sentiront visés et croiront qu'apprendre est devenu une corvée.
Les spécialistes ont bel et bien montré, comme l'affirment deux anciens inspecteurs généraux (Mongi Akrout et Hédi Bouhouch) dans leur blog : "Notre culture scolaire actuelle privilégie l'accumulation des connaissances dans une perspective encyclopédiste." Les deux inspecteurs ajoutent que les élèves ne font aucune différence entre les matières d'éducation civique et artistique et les autres disciplines. Ils ont tendance à mémoriser les premières mécaniquement, sans que rien n'indique, ni dans leur comportement ni dans leurs réactions affectives ... qu'ils en ont intériorisé les valeurs et les savoir-être visés. Cela peut expliquer leur désaffection ou, au mieux, leur indifférence à l'égard de ces matières" Il faudrait, selon eux, "établir une distinction nette entre, d'une part, les domaines et les matières qui sont des moyens d'acquisition du savoir, comme les langues et les mathématiques, et, d'autre part, les matières à caractère strictement éducatif et artistique."
Et le supérieur ?
La même problématique, ou presque, caractérise la réforme de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. C'est, justement, dans ce contexte qu'un plan stratégique de la réforme de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour la période 2015-2025 a été élaboré par la Commission nationale de la réforme après maintes séances de débats et de discussions. Mais, comme le plan de réforme du système éducatif de base et secondaire, il demeure dans les tiroirs des deux ministères chargés de l'Education et de l'Enseignement supérieur. Les oppositions farouches des syndicats y sont pour beaucoup en plus de la disponibilité des fonds à dégager pour réaliser de tels programmes.
En tout cas, ce plan s'articule autour de 5 objectifs. Le premier propose d'améliorer la qualité de la formation universitaire et l'employabilité des diplômés, le second vise à promouvoir la recherche et l'innovation, le troisième à promouvoir la bonne gouvernance et à optimiser la gestion des ressources. Quant au quatrième objectif, il se propose de réviser la carte universitaire pour un meilleur ancrage et équilibre régionaux. Enfin, le cinquième objectif cherche à promouvoir la formation pédagogique des enseignants. En somme, il ne manque plus que la volonté politique et celle des syndicats de mettre en œuvre ces deux grandes réformes en les réactualisant de la meilleure façon qui soit. Le temps n'est plus aux démonstrations de force ou aux bras de fer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.