Ministère des Finances : timbre fiscal sur certaines formules administratives    Appareil secret-34 suspects interdits de voyager: Mabrouk Korchid appelle à une enquête claire et transparente    Réunion du conseil de l'Isie : référen''doom''    Colmater les brèches ou couler    Interdiction de voyager de Rached Ghannouchi: La réaction d'Ennahdha    Fermeture de la Foire de Sousse et de Sidi Bouzid: Le ministère du Commerce explique    Semaine boursière : le Tunindex en bonne posture    Atelier du Meuble Intérieurs : croissance record des ventes à l'export de plus de 324%    Volley – Championnat d'Afrique des clubs féminins : Programme des 1/4    Finales Conférence Est NBA : ça sera un Game 7 entre Miami et Boston    UEFA CL : Liverpool-Real, les compos probables    Ligue 1 : Plusieurs clubs sanctionnés    Espérance de Tunis : 3 jours de repos pour l'algérien Abdelkader Badrane    L1 | Le CSS se replace L'espoir renaît    L'EST chute à Monastir : L'Espérance ressuscite ses rivaux !    Point de vue | L'USM a mûri !    Météo de ce samedi    INM: Les quantités de pluies enregistrées en millimètres durant les dernières 24 h    Météo : Pluies orageuses prévues sur le nord et localement le centre    Au 32 bis : L'histoire du quartier    « elle, », recueil de poèmes de Hamma Hanachi : Ecrire le silence de l'Absente    Omar bey le magnifique : J'aurais voulu être un artiste    Urgent | Affaire de « l'appareil secret » : Ghannouchi interdit de voyage    Limogeage de Lassâad Ben Hassine de la Maison du Roman    Réunions de préparation pour la souscription à la deuxième tranche de l'emprunt obligataire    En vidéo : SOPAL dévoile sa nouvelle gamme de produits du Bâtiment Carthage 2022    Face à Najla Bouden, Kaïs Saïed insiste sur la préservation de la paix sociale    Exposition "De Corde en Aiguille" de Samia Mestiri Douik à Elbirou Art Gallery    Tunisie: Le Conseil de l'ISIE annonce le report du référendum    Tunisie-urgent : Un avocat décède en pleine salle d'audience    Tabboubi : Le projet de l'UGTT comporte les réformes nécessaires pour la Tunisie et tient compte des difficultés budgétaires    Bac 2022 : la Fédération de l'enseignement secondaire boycotte la correction des examens    Spectacle 'Flagranti' d'Essia Jaibi: Une œuvre Queer marquante lancée par Mawjoudin We Exist    Pourquoi | Bouches d'égout mal entretenues    Gafsa : La récolte de blé estimée à 60 mille quintaux pour la saison 2021-2022    Sénégal : Le ministre de la Santé paye cher l'horrible mort de 11 bébés    Vernissage cet après-midi de la première Solo Exhibition de l'artiste Lassaad Mhirsi, «Multitudes» à l'Espace Sophonisbe : Immersion chromatique née d'un parcours diplomatique    Ammar Mahjoubi: Paganisme et croyances    Météo: Températures en baisse, ce vendredi    Grève générale...URT: Sfax ne va pas se taire    Tunisie: Kais Saied souligne la nécessité d'adopter une nouvelle approche du tourisme    Etats Unis : un terrorisme «Home made»!    Ukraine : Les redoutables canons français Caesar débarquent en douce    Kevin Spacey inculpé d'agressions sexuelles contre 3 hommes    Le patron de Pfizer donne son avis sur la variole du singe    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 01 - 2022

Tout le monde connaît la grande Joséphine Baker, mais rares sont ceux qui connaissent « Pepito » Abatino, personnage énigmatique sicilien, émigré à Tunis et ensuite en France. Difficile d'imaginer comment Pepito, de son vrai nom Giuseppe, a pu s'inventer le titre de comte de Calatafimi et comment il a fait sa fortune et celle de la grande Joséphine Baker, elle, la diva qui, de Saint-Louis (Missouri, USA), a foulé les scènes du monde entier entre les années trente et soixante du XXe siècle.
Pepito est né à Calatafimi, un petit village situé dans la province de Trapani, en 1898. Son père Tommaso, fils de Raffaele, est né en 1860 à Catanzaro, et sa mère, Maria Immacolata Mulè Li Bassi, à Palerme, en 1861. Il vit à Trapani pendant quelques années, puis il s'installe à Palerme, et ensuite à Tunis, comme une grande partie de Siciliens. À Tunis, il habitera un petit appartement dans le quartier populaire de Bab Souika et peu après la fin de la Première Guerre mondiale, il quittera Tunis pour Paris, mais pas pour toujours.
À Tunis, Peppino n'a pas une bonne réputation, il fréquente les maisons closes, gère la vie de quelques prostituées, bagarreur, il joue clandestinement aux cartes et il a souvent des problèmes avec la justice. Du jour au lendemain on perdra ses traces à Tunis et on le retrouve un an plus tard à Paris. De son séjour parisien, on ne sait pas grand-chose non plus, si ce n'est qu'il commence à se faire appeler « Pepito, comte de Calatafimi » et c'est grâce à ce faux titre nobiliaire, et donc à sa nouvelle identité, qu'il aura accès aux salons chics de Paris. En 1925, il rencontre Joséphine Baker, récemment arrivée en France. Elle était alors une soubrette peu connue dans « les cercles du Charleston ».
Pepito Abatino rencontre Joséphine Baker et en tombe amoureux : il deviendra le manager et le partenaire de l'artiste entre 1926 et 1936. « Pepito » Abatino se débrouille très bien dans les affaires, ami de tous les grands imprésarios et metteurs en scène de théâtre parisiens, dont Derval, directeur des Folies-Bergères. C'est là que Joséphine, en 1926, fait ses débuts avec la revue « La folie du jour ». Le succès est presque immédiat grâce à « Pepito ». Elle sera engagée par les Folies-Bergères.
Joséphine et Pepito étaient mariés et la carrière de l'artiste se poursuit, entre cinéma, théâtre et célébrités. Un couple très extravagant sur scène et dans la vie privée : Pepito fera monter sur scène la « princesse créole » avec un léopard, un chimpanzé, un serpent, un cochon, une chèvre, un perroquet, plusieurs poissons, trois chats et sept chiens. Joséphine a été la première star afro-américaine d'un film à succès avec son interprétation de « Zou-zou », dont le scénario a été signé par Pepito comme également les scènes de « Princesse Tam Tam ».
Pepito Abatino n'oubliera jamais la Ville de Tunis. Il fera des déplacements avec sa femme Joséphine pour « conclure des affaires », dira son ami Arys Nissotti, qui révèle quelque chose de plus sur Pepito Abatino, qu'il avait rencontré à Tunis en tant que manager de Joséphine. « Terrible, très intelligent, très dur, mais d'une parfaite justesse en affaires ».
Le célèbre écrivain George Simenon, qui en 1926 était chroniqueur, a rencontré Joséphine Baker le 2 janvier 1925. Il est tombé amoureux d'elle et c'est lui, apparemment, qui a révélé à l'artiste la véritable identité de « son » Pepito.
Dans une lettre qui lui a été envoyée en 1927, Simenon écrit : « Je vous dis que votre Pepito est un imposteur. Il est comte comme moi je suis président des Etats-Unis. Il s'appelle Giuseppe Abatino et il a travaillé comme gigolo et proxénète dans les bordels de Tunis avant de mettre la main sur vous. C'est un escroc, un parasite. Il n'a jamais été en mesure de payer une bière avec son propre argent. Il n'a jamais travaillé. C'est plutôt le genre qui fait travailler les femmes, vous voyez ce que je veux dire. J'ai fait quelques recherches. Il n'y a jamais eu de comte Abatino en Italie. Voulez-vous savoir sous quelle profession il est inscrit au poste de police? Je vous le dis quand même : plâtrier ! Votre comte est un maçon! »
Ce qu'on peut retenir, c'est que malgré cette lettre, Pepito et Joséphine restèrent follement amoureux, comme on peut également lire dans le livre d'Antonio Fiasconaro « La principessa Tam Tam e il sedicente conte» ( La princesse Tam Tam et l'autoproclamé comte), paru en 2020 aux éditions Nuova Ipsa.
On ne connaît pas exactement la date de leur mariage : deux dates différentes figurent dans les archives de l'époque, 1927 et 1931.
Pepito le Sicilien mourra d'un cancer à Paris en 1936, très jeune à l'âge de 38 ans, tandis que l'actrice s'est éteinte quarante ans plus tard, en 1975.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.