Tunisie – L'Union Européenne appelle Kaïs Saïed à établir un calendrier pour un retour à l'ordre constitutionnel    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Affaire Mosquée El Fath : Le ministère des Affaires religieuses explique    Najla Bouden préside son premier conseil ministériel    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une attente dans l'anxiété
Tunisiens en Libye
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 04 - 2016

Alors que le nouveau gouvernement Al Sarraj tarde à asseoir son autorité face aux menaces persistantes des trois principales milices jihadistes, les Tunisiens résidant en Libye ne savent plus à quel saint se vouer
Quel sort sera réservé à la Libye ? Renaîtra-t-elle de ses cendres? Le chaos y perdurera-t-il ? Bien malin celui qui oserait répondre dans l'immédiat. C'est que le mystère est total, le suspense haletant et la situation de plus en plus confuse. Et si le nouveau gouvernement Al Sarraj, créé de toutes pièces et fortement soutenu par l'ONU et les grandes puissances (occidentales), est à créditer d'un come-back spectaculaire à Tripoli où il a pris ses quartiers, allant jusqu'à oser s'offrir son premier bain de foule, rien n'indique, pour le moment, qu'il est capable d'asseoir définitivement son autorité sur tout le pays. Il est vrai que, outre l'existence d'un gouvernement paria contrôlé par la milice armée de Fajr Libya, il va falloir compter aussi avec l'instabilité des régions de l'ouest et du sud du pays, ainsi qu'avec les menaces persistantes des organisations terroristes de Daech et Al Qaïda qui occupent encore des pans du territoire. Il est vrai également qu'il n'est toujours pas facile de l'emporter sur des groupes jihadistes redoutablement armés, terriblement imprévisibles et traditionnellement adeptes invétérés de la guérilla urbaine. Et quand on sait que des pays occidentaux tels que la France, l'Angleterre, l'Italie et les Etats-Unis ont acheminé, le long des eaux territoriales libyennes, un bon nombre de navires de guerre et de porte-avions en prévision d'une probable intervention militaire de soutien au nouveau gouvernement «onusien» de Fayez Al Sarraj, c'est sûr, l'avenir de la Libye est encore chargé d'incertitudes et d'imprévus. Au grand dam de ses habitants, mais aussi de ces milliers de Tunisiens résidant dans ce pays. Et à propos de ces derniers, on peut parler carrément de psychose, sous forme d'une attente dans l'anxiété et d'interminables interrogations où l'angoisse côtoie l'optimisme. Une situation d'autant plus désespérée et insupportable que toute solution envisagée n'offre pas assez de garanties. En effet, ceux qui sont contraints de rester ne sont pas sûrs d'avoir tiré le bon numéro, car, en cas d'intervention militaire occidentale, le chaos deviendrait roi et les nôtres seraient dans la double impossibilité de sauver leurs économies et d'assurer leur retour au bercail, surtout que les itinéraires, même clandestins, conduisant à la frontière tunisienne regorgent de milices terroristes. Celles-ci, en guise de représailles, ne laisseront rien passer, à moins que l'évolution des hostilités réussisse à les délocaliser.
Lueurs d'espoir
Dans le même contexte de guerre, nul ne sait quel sort sera réservé aux centaines de Tunisiens détenus dans les prisons libyennes, ou encore aux nombreux SDF parmi nos compatriotes, une catégorie de sans-papiers qui, dans deux cas sur trois, s'avèrent facilement endoctrinables par les terroristes.
Loin de ces sombres perspectives, il faut admettre que l'espoir est quand même permis. L'espoir de voir la paix rétablie dans ce pays, même si cela se fera dans la douleur. L'espoir aussi de voir les Libyens s'unir comme un seul homme pour vaincre ensemble l'internationale intégriste. L'espoir enfin de voir notre ambassade et notre consulat redémarrer comme sur des roulettes pour secourir notre colonie en détresse. En attendant, contentons-nous de dire fatalement que tout est encore possible dans ce pays des mystères qu'est la Libye.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.