Abid Briki adresse un message à Kais Saïed [Audio]    Sami Ben Slama : ce qui se passe est contraire aux engagements du président    Hand – Championnat d'Afrique des Clubs Champions : programme TV de dimanche    CAN 2025: Officiel. La Tunisie n'est pas concernée pour remplacer la Guinée !    Mondial 2022 : Liste des villes françaises qui vont boycotter la compétition !    Béja: L'usine de sucre va reprendre son activité la semaine prochaine [Vidéo]    Hubert Tardy-Joubert : de l'IFT au cabinet de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères    Kaïs Saïed reprend son rôle d'explicateur    La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Kais Saïed évoque le sujet de la fuite des médecins [Vidéo]    L'Algérie sera candidate à l'organisation de la CAN 2025    OTE : des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers    Béja: Le secteur agricole en grève de 3 jours    Kais Saïed veut renforcer le dispositif sécuritaire aux alentours de l'hôpital La Rabta [Vidéo]    Météo | Légère hausse des températures, aujourd'hui    Le Pr Tahar Gallali: Un grand homme de science    Deguiche : le ministère veillera à l'application de la loi malgré l'accord entre la FTF et les clubs    Tunisie – L'accord avec le FMI est nécessaire mais insuffisant !    Tunisie – Noureddine Ben Ayed : Il est temps d'accorder à l'agriculture ce qu'elle mérite comme intérêt    Mahdia : La Corniche déclarée première plage écologique en Tunisie    Briki à Saïed : les élections sont en danger !    L'éducation au fil du temps qui passe : Que reste-t-il de l'école publique ?    Législatives anticipées : Quel avenir pour les partis politiques ?    L'édito de Taoufik Habaieb: S'attaquer aux démons    Tunisair pourrait se retrouver dans l'incapacité de payer les salaires de ses employés    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Tunisie: 70% des personnes victimes d'une crise cardiaque sont des fumeurs    Haykel Khadhraoui, nouveau DG par intérim de la BH Bank    Razi Meliani : seulement 30% des médicaments sont disponibles à la Pharmacie centrale    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Le policier filmé en train de toucher un pot-de-vin, placé en garde à vue    Le CS Chebba rejette les décisions de la FTF    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    Inauguration de l'académie Africaine de tennis à Sousse : Un acquis irréversible    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    Deguiche : vers la création d'un tribunal arbitral sportif tunisien    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    Le DG de Hyundai Mobis élu président de l'Organisation internationale de normalisation    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Reportage | Antiquaires : Les objets anciens séduisent de plus en plus
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 04 - 2022

L'achat et la vente d'objets anciens se font par le biais des antiquaires. On les trouve à la rue Zarkoun, Souk El Asr à Bab Jedid, la friperie d'El Mellassine... où ils ont pignon sur rue.
Les brocantes de la capitale pullulent d'objets de toutes sortes: statuettes en cuivre, consoles, pendules, bibelots de toutes formes, montres argentées, pièces de monnaie, broches en argent, tabatières...
On y trouve aussi des meubles de style, des armoires, des canapés genre Louis XVI, des salons genre Louis XV, des postes radio anciens, des chaises, des pendules murales, des miroirs argentés, des lustres vénitiens, des vases... Tous anciens, de véritables objets de valeur portant les emblèmes de diverses époques et civilisations.
Vente et revente
La récupération de ces objets se fait par différents moyens. Les antiquaires sont souvent sollicités par les citoyens, en vue de leur vendre des meubles antiques, devenus encombrants, posant parfois des problèmes d'héritage au sein de nombreuses familles. L'acquisition se fait aussi par voie de presse. Annonces, saisies de douane, saisies proclamées par les huissiers-notaires et autres...Une fois récupérés, ces objets seront retapés à neuf par l'antiquaire qui réussit toujours à leur redonner de l'éclat, surtout lorsqu'il s'agit de meubles de style.
La revente se fait à long terme. M. Bouzaïène, antiquaire chevronné, nous fait comprendre que l'écoulement de tels objets s'effectue d'une façon aléatoire : «Cela dépend des goûts : parfois un article exposé à la vente retrouve rapidement son acquéreur, alors que pour d'autres, ils ne font que l'objet d'admiration sans pour autant être vendus, ils demeurent ainsi exposés pour de longues années».
Un autre antiquaire à Souk El Asr impute cette mévente à l'engouement des jeunes pour les nouveautés : «Ces objets antiques, en dépit de leur valeur inestimable, n'attirent pas les jeunes aujourd'hui». Un faux raisonnement, diriez-vous, dans la mesure où ces gens (moderne et à la page) s'apercevront un jour ou l'autre que la mode change. Un article de mode devient un jour démodé, alors que l'objet ancien est original. Il garde toujours le même cachet et reste immuable.
Mme Lilia S, fervente admiratrice d'objets anciens et une habituée des boutiques de Souk El Asr, nous fait part de ses impressions: «J'aime tout ce qui est antique. Je me rends souvent à la rue des Glacières juste pour admirer ces jolis bibelots. Je n'hésite pas à m'en procurer pour embellir mon salon».
Pour Mme Ben Ammar, une autre habituée des lieux, l'acquisition de ces objets antiques est une façon, comme une autre, de s'exprimer. Il s'agit en quelque sorte de renouer avec ses origines : «Par le biais de ces objets précieux, nous rétablissons des liens étroits avec nos racines. Nous nous identifions culturellement. Ce sont des objets d'art irremplaçables».
M. Jamel O, instituteur, pense que «si ces objets ont beaucoup de valeur, c'est parce qu'ils datent d'une époque ancienne», nous précise-t-il : «Ce sont des objets travaillés avec goût, à une époque où l'homme n'accordait pas trop d'importance à la matière. Ces meubles de style sont authentiques, ils incarnent la beauté, et la splendeur, regardez ce joli canapé, peut-on refaire pareil de nos jours?».
M.Jamel O, féru d'objets anciens, se rend souvent à la rue des Glacières pour chercher des bibelots de valeur, dont il fait toute une collection. Il fait aussi la collection des postes radio des années 40 et 50 du siècle dernier, «tous ces objets sont des pièces uniques», nous précise-t-il.
Un placement difficile
Seulement, ces mêmes admirateurs posent le problème du placement de ces objets qui ne s'accommodent pas avec l'architecture moderne. Un bon placement exécuté avec goût exige beaucoup d'espace.
«Il m'est impossible de faire suspendre un lustre vénitien dans une des pièces exiguës de mon appartement », nous confie Lilia S.
Par contre, la disponibilité de l'espace ne fait que stimuler l'achat.
Selon Dalila N, une jeune mariée, «il ne suffit pas de s'approprier des meubles anciens, l'essentiel c'est de savoir les placer chez soi avec goût et harmonie».
Côté prix, ces objets paraissent parfois inaccessibles : une chaise antique vaut 150 à 200 D, un poste radio ancien est négocié à partir de 500.D, un canapé modèle Louis XVI vaut 1.500 D, heureusement le marchandage existe et offre souvent une possibilité d'entente avec le vendeur.
N. Abdelmajid, antiquaire à la rue des Glacières, impute la hausse des prix de ces objets de valeur à la loi de l'offre et de la demande. Celle-ci demeure trop faible par rapport à la quantité des objets exposés, sachant aussi que le citoyen ordinaire demeure victime de son pouvoir d'achat qui se rétrécit de plus en plus. Et notre interlocuteur de ''s'interroger'' : qui, de nos jours, est en mesure d'acquérir ces articles de valeur ? Selon N. Abdelmajid, en dépit du coût élevé de la vente de ces antiquités, la marge bénéficiaire demeure faible.
Veiller sur ce patrimoine
Pour les adeptes, ces objets antiques ont une valeur inestimable, car ils gardent infiniment leur éclat. Leur maintien en bon état dénote de la passion et du doigté artistique de l'antiquaire.
De telles acquisitions témoignent de l'attachement des Tunisiens à leur patrimoine civilisationnel et artistique, dépassant les trois millénaires, auquel ils vouent une grande considération.
Les vicissitudes des temps, les modes changeantes, ainsi que les mutations des mœurs ne peuvent altérer ces fibres patrimoniales enracinées dans nos cœurs.
Tarek ZARROUK


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.