Tunisie – Monastir : Arrestation d'un enseignant pour éloge du terrorisme    Fitch Ratings : La conjoncture fragilise les institutions financières non bancaires tunisiennes    Bourse de Tunis : Le Tunindex à l'équilibre    Amical : Le CA et le CR Belouizdad se quittent sur un match nul (1-1)    FTF : Nouvelles nominations à l'EN juniors et la DNA    Tunisie – FMI : Engagement à appuyer la réforme du système fiscal tunisien    Nabeul De fortes pluies causent le blocage de certaines routes    Le PDL dénonce un complot visant à assassiner Abir Moussi    France : On refoule toujours les "étrangers" à la plage, la gauche dénonce, motus chez Macron    Gabès: Non-lieu pour l'équipage du navire « Xelo »    Sfax: 10 enseignants traduits devant le conseil de discipline (Vidéo)    Baisse des investissements déclarés de près de 60% en deux ans    Non-lieu pour la complice de Rached Khiari    5 employés de la société SELECTA traduits en justice pour leur activité syndicale    75 ans d'Inde progressiste    Refus de libération de la mairesse de Tabarka    Nizar EL BEZ, expert en entrepreneuriat et Directeur marketing de Yalla Fid, à La Presse : « Il est temps que le label ''Made in Tunisia'' ressuscite des ruines de Carthage »    Vient de paraître «Gens de boxe» de Pierre Ballester : Azdine Ben Yaâcoub, l'Arabe du coin    Tunisie: En ces temps difficiles, soyons tous des citoyens responsables    Signature du mémorandum d'accord d'un jumelage entre la Municipalité de La Goulette et La Municipalité turque de Muratpasa/Antalya    MEMOIRE : Mohamed Sghaier Abid LADEB    Sfax: 8 corps de migrants repêchés à Kerkennah    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Arts plastiques : Le festival international de Mahrès reporté    LK'AL ce soir : L'Algérien Mouh Milano à Bizerte    Festival international de Hammamet | « Rboukh » de Hatem Lajmi : Un spectacle complet !    Marcel Khalifé et Bachar Ma-Khalifé rendent hommage à Mahmoud Darwich à Hammamet    Shimizu Shinsuke, ambassadeur du Japon à Tunis: Le Japon, la Tunisie et l'Afrique, de larges perspectives    Tunisie-Blanchiment d'argent: Hausse des déclarations de soupçon    5 choses à savoir sur les nouveaux smartphones pliables Galaxy Z Flip 4 et Galaxy Z Fold 4 de Samsung    Bassem Trifi : la liste des magistrats révoqués était l'initiative de la ministre de la Justice    Tunisie : Les douaniers menacent d'une grève à cette date    Annulation de la grève des boulangeries    Un Tunisien tue un étranger    CONDOLEANCES : Aïcha SOUID    La Commission d'appel reporte son verdict à septembre : La gabegie s'installe de nouveau...    Ons Jabeur abandonne le tournoi de Toronto sur blessure    Super League africaine : coup d'envoi de la compétition en août 2023    Europa League (3è tour retour): le programme de ce jeudi    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    Météo : Temps stable et températures entre 30 et 40 degrés    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Sarra Hamdi en Bronze    Tahar Melligi est décédé    Patatras : Lotfi Abdelli ne s'exile plus, il remet ça avec la protection des policiers    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    Un nouveau virus inquiétant détecté    Tribune | Mon message d'Hiroshima    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Point de vue | Trop tard !
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 06 - 2022

Après que le mal a été fait, on ferme les virages à Radès et à Sousse. Quelle réactivité de la Ligue du football et, bien sûr, de son patron, le bureau fédéral ! Cela fait des années que ces virages sèment la haine et pratiquent la délinquance et la violence via de jeunes hors-la-loi qui se permettent tout. Cela fait des années que ces «ultras» violents, et dont une partie sont des criminels ou recherchés par la justice, ont pris l'ascendant sur la police à plusieurs reprises, alors qu'à l'intérieur de ces virages de la honte, il y a des clans et des groupes de délinquants qui s'entretuent pour l'argent et pour le pouvoir sur ces virages. Le décor n'a pas beaucoup changé, ces virages sont montés en puissance, profitant de leur «popularité» sur les réseaux sociaux et auprès d'une jeunesse mal encadrée et qui n'a aucun soutien de leurs parents ou de l'Etat. Ces jeunes, qui vivent dans une société tunisienne dégradée éthiquement et où tout se permet maintenant, fusent sur ces virages comme refuge et comme destination préférée pour se défouler. Ils sont repris par des criminels qui profitent de leur fragilité pour les détourner vers la violence. Dans ces virages, on vend et on achète des stupéfiants, on règle des comptes, on planifie des crimes et des infractions, on chante et on parle un langage de malfrats. Le match ou le club qu'ils encouragent, ça vient avec tout cela. Et parfois, des truands, qui n'ont rien à voir avec le football, s'infiltrent pour profiter du désordre. Dimanche dernier, au derby tunisois, ils étaient des centaines de supporteurs en plein délire près du terrain sous le regard passif et complice des forces de l'ordre. Des scènes d'hystérie que l'arbitre a vues mais il n'a rien fait. Quelques jours plus tard, à Sousse, des supporteurs ont envahi le terrain à partir du virage pour tenter d'agresser un joueur. Mais est-on conscient de la gravité de ce fléau des virages à la tunisienne? A l'étranger, ces ultras sont peut-être plus violents, on le concède, mais là-bas il y a des structures sportives qui appliquent la loi (comme les sanctions infligées au public de Saint-Etienne après l'invasion du terrain), et il y a des forces de l'ordre et une justice ferme et équitable et, derrière elles toutes, un Etat qui force la loi et qui, en même temps, étudie et communique autour du phénomène des ultras. Ici, on a le réflexe de sacraliser les ultras et les virages. Ces plateaux-télé, cupides d'audimat et populistes, donnent souvent raison à ces virages de la haine et de la violence.
Intouchables, incontrôlables, impunis et de plus en plus violents, ces supporteurs ont déjà pris l'ascendant. Leur fermer les virages n'est qu'un palliatif, ils peuvent mettre du chaos dans d'autres parties du stade. C'est cette culture des virages qui triomphe malheureusement. C'est déjà trop tard !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.