Saïed, Moussi, Chelbi… Les 5 infos de la journée    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH Bank    OoredooEZ CUP : plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Tunisie – La mouvance du 25 juillet claque la porte à la face d'Imed Hammami    Tunisie – « Les partis de l'opposition font pitié »    Tunisie – La FTF félicite et remercie les spectateurs tunisiens du Parc des princes    Mondial Basket Féminin : Sur quelle chaîne regarder les quarts de finale ce jeudi ?    Référendum en Ukraine : Le oui à l'annexion de territoires ukrainiens l'emporte    Les USA appellent leurs ressortissants à quitter la Russie sur le champ    Interpellation de deux individus pour vol de 100 kilos de cuivre appartenant à deux sociétés publiques    Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Tunisie: Une croissance économique de 2,9 % en 2023, selon la Berd    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Plateforme Salema d'information et d'orientation sur le "VIH/SIDA et droits de l'homme", lancée    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    Moussi : Saïed parle d'importation de produits cosmétiques et n'évoque pas les 80 MD dépensés dans le cadre du référendum    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    Intègre, mais surtout compétent    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Zoomactu: Pluies salvatrices    L'entreprise autrement: L'impasse ?    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dans l'impunité quasi totale
Violence sexuelle dans le cadre du mariage
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 08 - 2014

90% des cas de violence conjugale incluent, systématiquement, des violences sexuelles.
Seule la sodomie est condamnable car contraire aux us et coutumes.
La violence sexuelle à l'égard des femmes connaît un boom inquiétant. Le printemps arabe était censé apporter aux pays et aux populations — ayant enduré, des décennies durant, l'oppression et la tyrannie sous toutes ses formes — un brin de liberté et d'équité bien méritées ; néanmoins ce printemps révolutionnaire semble virer au mauvais temps. Les femmes sont, incontestablement, les plus touchées par la menace contre-révolutionnaire. Des mouvances d'ordre politico-idéologique, mues par une nostalgie pour l'ère obscurantiste, tendent à assujettir la femme. Et l'on assiste, alors, à une normalisation de la violence à l'égard du genre, renforcée et nourrie par une instrumentalisation sans précédent de la religion. La violence sexuelle n'a jamais eu un terrain aussi favorable à son expansion.
Il faut dire que la violence sexuelle fait partie intégrante du quotidien de bon nombre de femmes mariées. Une violence placée sous le signe du devoir conjugal sacralisé. Pourtant, toute relation sexuelle devrait obéir à un critère égalitaire, fondé sur le consentement mutuel. Sans consentement, elle se transforme en une sorte de violence, en un viol qui altère le respect de l'intégrité physique et psychologique de la femme.
Lésée physiquement et psychologiquement
Agressée au nom du devoir conjugal et d'un rapport de force la vouant au statut d'un être faible, voire d'une femme-objet, lésée dans son amour-propre, la femme violée se sent désemparée et dévalorisée. Elle ne sait plus si elle doit céder à la voix de l'obéissance et de la soumission recommandées par la société et jusque par l'entourage le plus proche, censé pourtant lui venir en aide et la soutenir pour mettre fin à son oppression, ou à celle de la lutte pour l'intégrité et l'estime de soi. «Les femmes qui recourent à nous se trouvent, dans la majorité des cas, incapables de cerner, de définir et de donner des attributifs à leur souffrance. La plupart d'entre elles ont dû se taire pendant de nombreuses années, laissant toute latitude à leurs agresseurs d'imposer un modèle conjugal déséquilibré et destructeur», indique Mme Emma Hssairi, écoutante et responsable du Centre d'écoute et d'orientation des femmes victimes de violence, relevant de l'Association tunisienne des femmes démocrates ( ATFD ).
Ce sentiment de déstabilisation et d'impasse verbale revient au traumatisme complexe qu'engendre une violence multiple. Le viol conjugal fait partie de tout un processus fondé sur l'agression physique et morale. Selon Mme Monia Ben Jemia, juriste et membre de la Commission de lutte contre la violence à l'égard du genre au sein de l'ATFD, le viol conjugal est quasi systématique dans les cas de violence conjugale, à raison de 90% des cas. Cependant, le dénoncer, preuve à l'appui, n'est point évident. Comment une femme mariée peut-elle prouver qu'elle a été violée par son propre mari ? Une telle dénonciation aurait-elle l'impact escompté sur son entourage ? La société et la législation lui rendront-elles justice ?
Sur le plan physiologique, prouver un viol conjugal n'est pas évident. Seules des lésions flagrantes, des hémorragies ou encore des lésions dues à la sodomie peuvent être observées et révéler le viol conjugal. Toutefois, si la sodomie est condamnable car contraire aux us et coutumes ainsi qu'au texte religieux, le viol conjugal reste, lui, impuni. «L'article 23 du Code de Statut Personnel ( CSP ) indique que les époux doivent remplir leur devoir conjugal selon les us et coutumes. Il ne mentionne pas le consentement mutuel et, par conséquent, ne condamne pas le viol conjugal», explique Mme Ben Jemia. Et d'ajouter que la législation européenne, dont la législation turque, est pionnière à cet effet, puisque la condamnation du viol conjugal remonte, dans ces pays, aux années 70 et 80.
Incriminé par la loi, normalisé par la société
Incriminé par la loi, le viol conjugal se trouve donc normalisé par la société au point que les victimes l'intègrent et vivent avec. Se soumettre à la violence conjugale sexuelle s'avère être l'acheminement de multiples facteurs. Au traumatisme et à la perte de l'estime de soi s'ajoutent la pression de l'entourage, des médias de télé réalité, des agents de police et jusqu'à la pression du juge. «Il faut supporter votre mari. Pensez à votre famille et à vos enfants. Vous risquerez de détruire votre foyer», c'est ce à quoi elles se trouvent confrontées une fois voulant en finir avec la violence conjugale. Résignées au silence, elles acceptent d'accumuler des agressions en cascade.
Il est à noter que la violence sexuelle dans le cadre du mariage touche beaucoup plus la femme vivant dans la précarité. Non instruite, dépendante économiquement parlant et soumise à un modèle sociétal primant le rapport de force entre homme et femme, elle le prend souvent sur elle-même, s'enfermant dans un cercle vicieux de torture et de silence. Cela dit, ce type de relation n'épargne point les catégories sociales favorisées. Là encore, les femmes optent pour une attitude passive, mais pour d'autres raisons. Malgré leur niveau d'instruction et leur connaissance de leurs droits et de leurs acquis, elles se taisent de peur de briser une image sociale idéale, un statut ou encore l'honneur d'une famille de renom.
La violence sexuelle ne se limite pas au viol, c'est-à-dire au rapport sexuel non consenti. Elle comprend également d'autres formes, telles que le harcèlement sexuel, les pratiques humiliantes, fondées sur le couple pathologique sado-maso. «Le refus de la femme attise, souvent, les soupçons du mari qui finit par se montrer encore plus violent. Elle cède, donc, à son corps défendant, pour avoir la paix», note Mme Hssairi.
La société civile s'active pour sensibiliser sur l'impératif de combattre la violence à l'égard du genre, toutes formes confondues. Le projet de loi sur la violence à l'égard des femmes promet d'apporter un nouveau cadre juridique qui impose le respect des droits de la femme, de son intégrité et son droit à la prise en charge et à la protection.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.