Législatives, FMI, PDL… Les 5 infos de la journée    L'UBCI partenaire officiel de l'Extended sessions de « Jazz à Carthage »    Jasmin Open Monastir : Résultats de mardi et liste des qualifiées pour les 1/8    Tunisie – Découverte d'autres grandes sommes d'argent dans les comptes bancaires d'un syndicat de police    Le "devoir" de casser la rigueur budgétaire, 1100 recrutements et une explication hallucinante    L'école MedTech de la SMU rejoint un groupe d'élite d'écoles d'ingénieurs prestigieuses dans le monde    Etude Epson: sur fond de conflits et de crise économique, l'attention mondiale se concentre sur le changement climatique    Monde-Daily brief du 04 octobre 2022: Guerre en Ukraine : Kiev garde l'initiative militaire    FMI: Plus de 20 pays pourraient avoir besoin d'une aide d'urgence face à la crise alimentaire    Cherche-t-on à achever Tunisair ?    Abdelkader Boudriga recommande de moderniser les lois contre les chèques sans provision    Issam chebbi: Les restrictions excessives aux partis confirment l'illégitimité des prochaines législatives    Tunisie-coronavirus : Nouveau bilan    Tunisie : Incendie au siège de la société des chemins de fer    British Council mise sur de nouveaux modes d'apprentissage et de connexions    Photo du jour : "grand ménage" au Palais de justice de Tunis    Le FMI a dit oui à la Tunisie ?    Tunisie: Recrutement de 1100 assistants universitaires    Réouverture de l'inscription à distance pour les élèves des écoles privées    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'académie française de médecine    Maroc : Le paradis des fonctionnaires fantômes, plus de 90 000 dans le public    L'ile du pardon: Le dernier chef-d'œuvre mondial de Ridha Béhi    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Les Tunisiens de France rapportent à l'Etat 3807.9 MD    Ce qu'a dit le Ministère de l'Infrastructure de l'Ukraine sur la Tunisie    Moncef Dhouib : quel sort réserve-t-on à l'église de Sfax après l'arrêt des travaux ?    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    Des héros anonymes    DECES : Leïla DEHAIMI    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'efficacité de l'action
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 08 - 2022

Aiguiser le sentiment identitaire a été pendant de longues décennies un filon porteur pour les leaders arabes. En opposition à l'envahisseur ottoman et au colonisateur occidental, un front savamment entretenu a mobilisé les foules, flatté le sentiment d'appartenance et une certaine fierté qui auraient pu devenir un catalyseur puissant pour l'édification des nations. Or, consommé à outrance par des régimes omnipotents, le nationalisme sert davantage à manipuler les peuples et détourner leur attention des échecs de leurs gouvernants. Incompétents, corrompus, dictatoriaux, dont on constate aujourd'hui les conséquences de leurs choix politiques, économiques et sociaux désastreux, ces chantres du nationalisme arabe ne quittent le pouvoir, pour la plupart, que renversés ou tués.
Autre question qui fédère et continue de le faire, cette fois-ci, les justes de l'humanité: la Palestine. Le peuple palestinien a droit à une vie digne dans un Etat libre. Mais qu'ont fait ses dirigeants pour ce faire ? L'actuel président, Mahmoud Abbas, 87 ans, est aux commandes depuis 2005. 17 ans au pouvoir ! La victoire électorale du mouvement islamiste Hamas une année plus tard change la donne. Les rivalités entre Fatah et Hamas tournent à la confrontation armée, causant la mort de plusieurs centaines de Palestiniens. A ce jour, la démocratie est à l'arrêt. Pas d'élections législatives ni présidentielle depuis 2006. Au lieu d'unir leurs forces, rencontrer les puissants de ce monde, nouer des alliances, négocier, défendre leur cause, les dirigeants palestiniens n'ont cessé de s'entretuer pour des bouts de terre et de pouvoir. Et à l'image de leurs homologues arabes, ils s'accrochent à leurs fauteuils, sans oublier de prélever des marges importantes des aides fournies, notamment par les pays du Golfe, Etats et particuliers, et par les Européens. Les Palestiniens, eux, sont doublement condamnés par l'occupant israélien et par leurs dirigeants. L'autorité palestinienne autant que les chefs du Hamas ne tolèrent aucune voix critique et le font savoir. Les opposants politiques sont systématiquement réduits au silence. Si la solidarité avec le peuple palestinien doit être totale, comment est-il possible, en l'état, que le monde prenne au sérieux ses dirigeants ? Troisième fibre sensible qui agite aujourd'hui l'opinion arabe et l'occupe, «la normalisation». Faisant référence à l'établissement de relations diplomatiques avec Israël. Et pourtant, en ordre dispersé, plusieurs Etats arabes, et non des moindres, ont choisi un timing précis pour l'annoncer et leurs propres marches à suivre.
Depuis le mouvement de libération des pays arabes, lourd de promesses, et face aux rendez-vous manqués avec l'histoire qui s'enchaînaient, le nationalisme arabe, le rapport à la religion et la Palestine demeurent des sources de démagogie intarissables pour berner les populations et alimenter les clivages politiques. La Tunisie a pu échapper un moment de son histoire contemporaine à cette fatalité cyclique qui a impacté à des degrés divers tous les pays arabes. Mais cette vérité dérange tant que nous sommes passés maîtres dans l'art de rejeter nos fautes sur «les autres». Or, aux engagements trahis, aux projets inaboutis, aux errements politiques, aux discours grandiloquents, «ces autres» nous ont opposé l'efficacité de l'action.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.