Législatives, FMI, PDL… Les 5 infos de la journée    L'UBCI partenaire officiel de l'Extended sessions de « Jazz à Carthage »    Jasmin Open Monastir : Résultats de mardi et liste des qualifiées pour les 1/8    Tunisie – Découverte d'autres grandes sommes d'argent dans les comptes bancaires d'un syndicat de police    Le "devoir" de casser la rigueur budgétaire, 1100 recrutements et une explication hallucinante    L'école MedTech de la SMU rejoint un groupe d'élite d'écoles d'ingénieurs prestigieuses dans le monde    Etude Epson: sur fond de conflits et de crise économique, l'attention mondiale se concentre sur le changement climatique    Monde-Daily brief du 04 octobre 2022: Guerre en Ukraine : Kiev garde l'initiative militaire    FMI: Plus de 20 pays pourraient avoir besoin d'une aide d'urgence face à la crise alimentaire    Cherche-t-on à achever Tunisair ?    Abdelkader Boudriga recommande de moderniser les lois contre les chèques sans provision    Issam chebbi: Les restrictions excessives aux partis confirment l'illégitimité des prochaines législatives    Tunisie-coronavirus : Nouveau bilan    Tunisie : Incendie au siège de la société des chemins de fer    British Council mise sur de nouveaux modes d'apprentissage et de connexions    Photo du jour : "grand ménage" au Palais de justice de Tunis    Le FMI a dit oui à la Tunisie ?    Tunisie: Recrutement de 1100 assistants universitaires    Réouverture de l'inscription à distance pour les élèves des écoles privées    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'académie française de médecine    Maroc : Le paradis des fonctionnaires fantômes, plus de 90 000 dans le public    L'ile du pardon: Le dernier chef-d'œuvre mondial de Ridha Béhi    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Les Tunisiens de France rapportent à l'Etat 3807.9 MD    Ce qu'a dit le Ministère de l'Infrastructure de l'Ukraine sur la Tunisie    Moncef Dhouib : quel sort réserve-t-on à l'église de Sfax après l'arrêt des travaux ?    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    Des héros anonymes    DECES : Leïla DEHAIMI    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hausse des prix des carburants : Le pari risqué du gouvernement
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 08 - 2022

La question de l'énergie est au cœur de la crise économique. Alors que le pays peine à assurer sa transition énergétique vers les énergies renouvelables, ses finances sont conditionnées par la fluctuation des prix du pétrole en raison d'un système de compensation qui a atteint ses limites.
La Tunisie connaît une crise financière et économique sans précédent. Ses équilibres budgétaires pour l'année courante restent tributaires d'un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) conformément à la loi de finances.
Une crise économique accentuée par la hausse des prix des produits de consommation à l'échelle internationale provoquée par le conflit russo-ukrainien. A quel saint se vouer ? Le gouvernement tunisien, déjà fragilisé par un contexte politique et social extrêmement difficile, déploie tous les efforts pour voir le bout du tunnel, mais la situation reste précaire et même à haut risque, selon les prédictions des économistes. Autant dire que la question de l'énergie est au cœur de cette crise, alors que le pays peine à assurer sa transition énergétique vers les énergies renouvelables, ses finances sont conditionnées par la fluctuation des prix du pétrole en raison d'un système de compensation qui touche ses limites. Récemment, c'est la ministre de l'Industrie, des Mines et de l'Energie, Neila Nouira Gonji, qui fait l'annonce : les prix des carburants en Tunisie continueront d'augmenter, une nouvelle majoration est en vue. Elle a expliqué que cette augmentation est due à la hausse des prix de l'énergie sur le marché mondial, rappelant que la Tunisie importe plus de 53% de ses besoins énergétiques. La ministre a également souligné le fait que le budget de l'Etat a été élaboré sur la base d'un prix moyen de baril ne dépassant pas les 75 dollars, alors que ce prix a actuellement dépassé le seuil de 108 dollars. Selon ses explications, les besoins de financement du budget, notamment en matière de subvention de l'énergie, qui ne devaient pas dépasser les 5 200 000 ont atteint aujourd'hui 10 200 000 à la suite de la flambée des prix sur les marchés internationaux.
« En Tunisie, la conjoncture énergétique actuelle marquée par la flambée des prix de pétrole sur le marché international nécessite une révision des prix des carburants », a-t-elle insisté, annonçant également que des mesures seront prises pour accompagner les catégories à revenu limité.
Ce n'est pas tout !
La ministre dit vrai, certes, mais elle ne dit pas tout. Au fait, indépendamment du contexte marqué par la flambée des prix du pétrole à l'échelle internationale, la Tunisie s'est engagée depuis plusieurs années dans une politique de levée progressive des prix des produits pétroliers. L'objectif étant d'atteindre d'ici 2027 les prix réels dans une tentative de réformer la caisse de compensation, une exigence ferme du FMI.
Cette démarche a été explicitée dans le document des grandes réformes destiné au FMI et élaboré par l'actuel gouvernement. Selon les grandes lignes de ce programme, le gouvernement s'engage à mettre en place un nouveau système pour orienter la subvention vers ceux qui en ont besoin et d'adopter une démarche progressive pour réguler les prix sur une période de quatre ans, à partir de 2023, tout en décidant une révision progressive des prix des produits énergétiques.
Dans ce sens, le gouvernement s'oriente vers le passage progressif aux tarifs réels des hydrocarbures, avec la préservation du rôle de la Société tunisienne des industries de raffinage dans l'approvisionnement, l'augmentation des capacités de stockage et dans la sensibilisation à la consommation. Le document stipule, en outre, l'ajustement progressif des prix de l'électricité et du gaz tout en prenant en considération la situation des catégories vulnérables.
Alors que la dernière augmentation des prix de carburants a provoqué la colère des Tunisiens, les autorités n'écartent pas une nouvelle hausse de ces prix. La dernière majoration des prix des carburants remonte au mois d'avril dernier, lorsque le gouvernement a annoncé une augmentation entre 85 millimes et 240 millimes de ces tarifs.
Quelles conséquences ?
Les énergies font fonctionner tous les secteurs, sans exception. Atteindre les tarifs réels va certes alléger les dépenses de compensation, mais aura un effet d'entraînement dévastateur, avertissent les économistes. Transport, santé, produits de base, électricité... une hausse des prix des produits de consommation accompagnera certainement cette politique assez risquée sur le plan social.
Pour l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt), c'est la classe moyenne qui sera la plus impactée par cette nouvelle démarche, visant en effet à atteindre les prix réels. D'une part, ce sont les fonctionnaires qui dépendent le plus de la compensation des carburants et d'autre part le système de transport public est défaillant et ne pourra pas répondre à leur besoin. Cette situation, en dépit de mesures sociales qui devraient être prises au profit des catégories vulnérables, aura certainement un coût social. Le gouvernement doit dans ce sens envisager un plan de gestion de crise si la situation dégénère davantage, dans la mesure où même avant ce passage aux prix réels, les Tunisiens souffrent d'une nette dégradation de leur pouvoir d'achat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.