Affaire des réseaux d'envoi vers les zones de conflit : Un show judiciaire ?    Tribune | De l'histoire de l'Art à la pratique artistique contemporaine Tunisienne : La migration du statut de l'objet, d'un état de servitude à un acte de dénonciation    Orange Tunisie inaugure 2 nouveaux Orange Digital Center Clubs à l'ENIS et l'ISET Kairouan    Express    Lancement du projet « Employment 4 Youth» : Accroître la compétitivité des PME et booster l'emploi    High Tech&Innovation    Par Amine BEN GAMRA : Transformation digitale dans le secteur bancaire : où en est vraiment la Tunisie de ses ambitions ?    Jasmin Open Tunisia : Ons Jabeur ambitionne de remporter le tournoi    Expatriés | Laâyouni crève l'écran    Le CA entre ombres et lumières : Cherche l'éclaircie...    L'affaire FTF-CSChebba au crible | L'avis de l'expert Habib Grami (juriste en sport) : «Une décision qui prête au doute»    Affaire Brest – Belaili : Youcef Belaïli sort du silence !    Météo : Températures en légère hausse    Pourquoi | A quand une solution pour les SDF ?    Redeyef | L'eau et son effet sur la maladie de fluorose dentaire chez la population : L'éternelle quête de l'eau    Tout savoir sur le vaccin contre la grippe: Date, prix, disponibilité…    Les doutes dissipés    «Dreaming » d'Emel Mathlouthi au Théâtre Municipal de Tunis : Retour sur scène    Anis Lassoued, réalisateur de «Gadeha–Une seconde vie» à La Presse : «"Gadeha" est la greffe d'une société sur l'autre»    Kasserine: Les diplômés des sciences de l'éducation protestent    Agression de l'équipe de l'émission « les quatre vérités » : la SNCFT s'explique    Al Massar boycotte les élections législatives    Sabeh Malek : trois autres entreprises citoyennes seront créées d'ici la fin de l'année    QNB – La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Drame en Indonésie : Le monde du foot témoigne de son soutien    Hand – Championnat d'Afrique des Clubs Champions : Le CA vainqueur et qualifié pour les 1/4    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Tunisie – VIDEO : Kaïs Saïed : Vous voulez la réconciliation... Rendez d'abord l'argent du peuple !    Abid Briki adresse un message à Kais Saïed [Audio]    Béja: L'usine de sucre va reprendre son activité la semaine prochaine [Vidéo]    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    L'Algérie sera candidate à l'organisation de la CAN 2025    OTE : des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers    Kais Saïed veut renforcer le dispositif sécuritaire aux alentours de l'hôpital La Rabta [Vidéo]    Saïed supervise une séance préparatoire pour la constitution d'une société citoyenne à Béni Khiar    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Un syndicat sécuritaire porte plainte contre la femme qui a filmé l'agent corrompu    Razi Meliani : seulement 30% des médicaments sont disponibles à la Pharmacie centrale    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    Le DG de Hyundai Mobis élu président de l'Organisation internationale de normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Zied Gharsa au Festival International de Carthage: Festive, la musique tunisienne !
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 08 - 2022

Si dans l'affiche, qui a attiré le public, Zied Gharsa était en ''jebba'' couleur pistache, c'est en ''jebba'' couleur bleu ciel que l'artiste s'est présenté sur scène jeudi soir au Théâtre romain de Carthage. Il entre sur scène en faisant un salut révérenciel pour le public. Zied Gharsa attaque la soirée avec une « wasla », suivie d'un « mouachah » dans la bonne tradition tunisienne.
Le public, qui est venu en masse, écoutait avec beaucoup d'attention cette musique. Au début, on ne voyait que les éventails qui frétillaient. Ensuite, c'est « Al Kawnou ila jamaloukom » qui a entraîné le public dans un début d'émerveillement. Un public qui chante en chœur avec Zied Gharsa. Et puis, il y avait ses immenses salves de youyous qui émaillent ce répertoire appris par cœur et qui a enflammé le public. Et Zied Gharsa en redemande des youyous ! Et les femmes s'époumonaient pour lui répondre. Impressionnant le son de ces youyous au Théâtre romain ...Une immense forêt où tous les oiseaux s'égosillent.
Zied Gharsa s'adressera, ensuite, au public pour déclarer : « C'est grâce à vous que la musique tunisienne survit; vous êtes le nerf qui irrigue le cœur des artistes ». Un public qui remplit les gradins et qui a assuré jusqu'à la fin du spectacle. Un public qui a vu ses attentes comblées, car il a écouté le ''Malouf'', d'autres chansons tunisiennes par la main et la voix d'un maître, un public qui a aussi retrouvé ses repères des fêtes privées où les familles se rencontrent dans la joie. « Joie », « farha » est d'ailleurs le titre de ce spectacle. « Farha » contient quatre nouvelles productions, le reste est entre, ''malouf'' et chansons tunisiennes, et Zied Gharsa n'oublie pas de rendre des hommages, comme à Ali Riahi avec « Yalli dhalemni », « Yaichha wikhaleha » et « Ena kettir ». L'artiste note aussi que la Wasla et le mouachah du début de la soirée sont chantés pour la première fois à Carthage.
Une soirée où la musique tunisienne a prouvé qu'elle n'est pas en train de trépasser, qu'elle a son public et ses artistes qui tentent d'assurer la transmission, tout en modernisant le ''malouf''. Car le ''malouf'' interprété dans ce spectacle est écrit différemment et de manière fluide. D'ailleurs Zied Gharsa nous déclarera dans une interview pour La Presse en 2019 : « Effectivement, je suis en train de moderniser le ''malouf'' sur le côté technique. J'essaie de lui donner une écriture moderne qui sort de la monotonie avec une évolution sur le plan de la troupe. Je suis en train de composer du ''malouf'' en le rendant plus souple et plus accessible à tout le monde, mais de manière très élégante. Le Malouf a acquis un public de plus en plus nombreux ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.