Tunisie : Le SNJT condamne l'agression contre les journalistes des " Quatre vérités "    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Tunisie: Un membre du Conseil de la Choura d'Ennahdha démissionne    Législatives - Mansri : le scrutin se fera sur les personnes et non pas sur des listes et des partis politiques !    Rafik Abdessalem : Kaïs Saïed s'est arrogé tous les pouvoirs mais joue le rôle de l'opposition    Tunisie Télécom et Huawei : ensemble pour la création de l'avenir    3ème appel à projets FAST :Deux programmes renforcer la création de liens entre les startups/TPE/PME et les Grandes entreprises    Des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers, selon l'OTE    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale    France-Qatar : Le tir de Hollande fait des vagues, Macron devra écouter    CAF Champions League : le programme des matches du 2nd tour    Tunisie-Météo : Températures en légère hausse    La fédération de l'enseignement de base appelle à améliorer le pouvoir d'achat des enseignants    Prix du vaccin contre la grippe saisonnière    Rached Ghannouchi en tournée pour rencontrer les cadres et militants du parti    Mouvement protestataire des ouvrière agricoles [Vidéo en direct]    Création "Wahm" de Marwen Errouine avec Le Ballet de l'Opéra de Tunis    Jean-Pierre Elkabbach reprend la plume    Affaire des réseaux d'envoi vers les zones de conflit : Un show judiciaire ?    Commune de Zarzis : Qui sème le vent...    Tribune | De l'histoire de l'Art à la pratique artistique contemporaine Tunisienne : La migration du statut de l'objet, d'un état de servitude à un acte de dénonciation    Affaire Brest – Belaili : Youcef Belaïli sort du silence !    High Tech&Innovation    Par Amine BEN GAMRA : Transformation digitale dans le secteur bancaire : où en est vraiment la Tunisie de ses ambitions ?    Les doutes dissipés    Orange Tunisie inaugure 2 nouveaux Orange Digital Center Clubs à l'ENIS et l'ISET Kairouan    Express    Lancement du projet « Employment 4 Youth» : Accroître la compétitivité des PME et booster l'emploi    Pourquoi | A quand une solution pour les SDF ?    Redeyef | L'eau et son effet sur la maladie de fluorose dentaire chez la population : L'éternelle quête de l'eau    Expatriés | Laâyouni crève l'écran    Le CA entre ombres et lumières : Cherche l'éclaircie...    L'affaire FTF-CSChebba au crible | L'avis de l'expert Habib Grami (juriste en sport) : «Une décision qui prête au doute»    «Dreaming » d'Emel Mathlouthi au Théâtre Municipal de Tunis : Retour sur scène    Anis Lassoued, réalisateur de «Gadeha–Une seconde vie» à La Presse : «"Gadeha" est la greffe d'une société sur l'autre»    Sabeh Malek : trois autres entreprises citoyennes seront créées d'ici la fin de l'année    QNB – La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Foot-Europe: le programme du jour    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le vent de l'Histoire a soufflé
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 08 - 2022

On a encore envie de croire à une confiance partagée et une volonté sans relâche entre le gouvernement et ses partenaires sociaux. On a encore envie d'imaginer une paix sociale plus que jamais inévitable. Oui, l'espoir est permis. Oui les arguments des différentes parties prenantes sont défendables. Oui la volonté est bien là. Oui les bonnes négociations amènent les grands changements.
Nous demeurons convaincus qu'il est impossible pour un gouvernement d'avancer et de réussir sans la complicité et l'implication effectives de la centrale syndicale, mais aussi de l'organisation patronale.
Le vent de l'Histoire a soufflé depuis 2011 et il faut s'habituer à accepter l'idée que les négociations sociales ne sont plus un long fleuve tranquille. Mais il y a des pourparlers qui ne se « gagnent » pas seulement par les acteurs se trouvant en position de force, mais aussi par les plus réalistes, les plus réceptifs et les plus raisonnables. Autant être conscient du statut, des prérogatives et des revendications syndicales, autant aussi prendre en considération les défis auxquels est exposé actuellement le gouvernement. Le dialogue social aurait ainsi besoin de normalité. En même temps, les différentes parties prenantes sont appelées à saisir l'opportunité d'accomplir une ultime ligne droite décisive.
Il y a au fait des compromis, des accords et un partage des charges, conditionnés ou pas, qui marquent leur temps et leur époque, qui donnent des réponses, favorisent les réussites et éliminent les échecs. Si l'Ugtt, l'Utica et le gouvernement ne sont pas prêts aujourd'hui à changer et à dépasser les écarts et les divergences de vues, c'est qu'ils n'ont pas assez retenu la leçon du passé et qu'ils ne sont pas conscients de la complexité de la situation. La force d'un contrat social est de se revendiquer, pas seulement dans les contextes favorables, mais aussi et surtout dans les conjonctures difficiles.
La centrale syndicale insiste sur la nécessité de répondre positivement à la liste des revendications exprimées depuis la grève générale du secteur public du 16 juin dernier, dont l'annulation de la circulaire 20, les négociations sociales autour des augmentations salariales du secteur et de la fonction publics, la suspension de la contribution solidaire sociale pour le financement des caisses sociales et la réformes des établissements publics au cas par cas. Le gouvernement, pour sa part, ne ferme pas la porte aux négociations et annonce des sessions de dialogue pour arriver à des accords bipartites ou tripartites concernant les revendications et la justice sociales, ainsi que les grandes réformes.
Les finances de l'Etat sont dans le dur et la crise économique a frappé de plein fouet le pouvoir d'achat du Tunisien. Elle a fini même par transformer radicalement son quotidien. Cela, personne ne peut et ne doit l'ignorer et les revendications syndicales sont de ce fait des plus légitimes. Il n'est pas cependant interdit de reconnaître qu'un nouveau monde est en train de naître, et que les différentes parties prenantes sont dans l'obligation de se racheter une nouvelle conduite, essentiellement face aux exigences et aux contraintes économiques annonçant déjà un nouvel ordre mondial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.