Championnat méditerranéen de Handball-Athènes 2020: l'équipe de Tunisie U17 et le Maroc se neutralisent (15-15)    Qui est Imed Hazgui, pressenti ministre de la Défense nationale    Agil réalise les rêves des jeunes talents en sport de moins de 14 ans    Elyes Fakhfakh s'entretient avec Kaïs Saïed    Mustapha Mezghani - L'Industrie 4.0: une vraie menace pour l'économie Tunisienne    Abassi : la relation du Tunisien avec la banque reste très limitée    DECES: Hajja Yasmina Bent Mohamed BEN AYED    La STEG réalise un excédent d'électricité    Taux d'intérêt directeur : L'investissement des projets productifs en priorité    Attaque signalée dans le port de Tripoli    REMERCIEMENTS ET FARK: Mongia MOALLA veuve Hédi TARIFA    CONDOLEANCES: Emna TRABELSI    Tunisie-Ligue 1: programme de la 16ème journée    Centre d'écoute : Un abri pour les femmes victimes de violence    Après une mise en quarantaine au cours de laquelle ils ont été placés sous contrôle médical : Les Tunisiens rapatriés de Wuhan rentrent enfin chez eux    Meubles Mezghani dévoile ses nouveautés pour 2020    Le couvert végétal n'a pas connu, au 15 janvier 2020, une dégradation malgré le déficit pluviométrique    Bras de fer politico-constitutionnel : Kais Saïed se réunit avec Rached Ghannouchi et Youssef Chahed    Retour sur la célébration du 31ème anniversaire de l'Union du Maghreb Arabe    Après 2 semaines de quarantaine, les internautes rendent hommage à l'héroïsme de Dr. Abdelmoumen    Tentative collective de suicide aux portes de l'ARP    Après le nul du CA face au CSHL : Sens interdit !    CHAN 2020 : le Cameroun, pays-hôte, versé avec le Mali, le tenant marocain affrontera le Togo    Contrepoint | Deux voix, deux joyaux    6e édition du Sicca jazz : Vibrez sur les fusions !        Amir Ben Yahmed: Pour un capitalisme africain au profit de tous    Karaté | En prévision des J.O de TOKYO : Quatuor au tournoi d'Autriche    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Des missionnaires chrétiens arrêtés à Sousse    Programme TV du mardi 18 février    Mohamed Salah Ben Ammar: Le dernier recours!    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Retour au centre-ville    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Santé : 9 Libyens revenant de Chine resteront en isolement pendant 14j en Tunisie avant de retourner à leur pays    Mustapha Kamel Nabli: Abdelwaheb Mahjoub, mon ami de toujours (Album Photos)    Boxe avec les Etoiles – Galaoui … honore la Tunisie    Météo : temps stable    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un festival prometteur
«Chouftouhonna» au Mad'art
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 05 - 2016

«Chouftouhonna», c'était surtout de grands moments de rencontre et de partage entre des artistes de tous bords
«Chouftouhonna» a fait vibrer, trois jours durant, les différents coins, recoins et autres espaces du Mad'art Carthage aux rythmes des projections, performances, exposition d'art plastique et débats autour de l'art féministe. Ce festival qui en est à sa deuxième édition s'est fixé comme objectif de lutter par l'art contre la discrimination des femmes artistes en s'engageant à leur donner la parole.
116 artistes de 32 pays ont pris part à cet événement qui s'est tenu du 13 au 15 mai. Le public, composé globalement d'avertis, a pu découvrir des œuvres de différentes disciplines artistiques (cinéma, arts plastiques, arts graphiques, photographie, arts scéniques et musique). Il était ainsi question de performances musicales, 20 films, 4 pièces de théâtre, des performances de slam et de poésie, des spectacles de danse, une exposition de photographies, d'art graphique, de sculptures et autres installations vidéos. Le programme a inclu également deux tables rondes, réunissant activistes féministes, sociologues, journalistes et autres associations de différentes nationalités, sur les thèmes : «identification des différents points de vue sur le féminisme» et «Les réseaux et alliances féministes».
Un jury féminin composé de la comédienne tunisienne Fatma Ben Saïdane, la compositrice suédoise Karin Dreijer, la dessinatrice tunisienne Nadia Khiari, l'artiste visuelle tunisienne Héla Ammar et la chorégraphe tunisienne Nawel Skandrani. Un septième prix a été accordé par le public a distingué 6 œuvres de différentes catégories : le prix des Arts Vivants pour Compagnie N'mara - Mar'a (France / Algérie), le prix de Photographie pour Amira Karaoued (Tunisie), le prix Art Plastique pour Maria Juchnowska (Pologne/Norvège ), le prix Art Graphique pour Neelu Bhuman – «Love Letter» (Inde/USA), le Prix Musique pour Grammo Suspect - Our love is valid (Kenya), quant au prix cinéma, le jury a décerné deux prix à «The VaCHina» Monologue de Popo Fan (Chine) et «Nourhane, le rêve d'un enfant» de May Kassem (Liban)
«Une initiative artistique mais aussi, et avant tout, activiste»
Cet événement, comme son nom l'indique «Festival International d'Art Féministe de Tunis», a pour origine un collectif de femmes «Chouf» qui se sont questionnées sur les conditions d'accès à l'art et à la culture pour elles et pour leurs sœurs dans le contexte actuel de la Tunisie et ailleurs. «De cette réflexion est née l'idée de fournir aux femmes tunisiennes, mais aussi d'ailleurs, un espace où partager leurs créations et ainsi avoir une voix qui puisse désormais être audible», notent les fondatrices de «Chouftouhonna». D'aucuns diront que c'est une cause un peu passe-partout, invoquée à tout-va, au point d'en être banalisée. Les membres «Chouf» à l'instar de Khouloud Mahdaoui, Rim Amami et Bochra Triki ont choisi de parler de la création artistique féminine. Partant du constat que la production artistique féminine continue à rencontrer des obstacles dus, entre autres, à la discrimination, la censure sociale et religieuse, le patriarcat, l'élitisme et l'éducation. «Cela mène à des formes de violences auxquelles nous devons faire face chaque jour. » notent-elles et d'ajouter : «Le meilleur moyen de lutter contre la peur est le savoir. Et pour atteindre cette connaissance, et à travers elle la confiance en nous-mêmes que nous méritons, art et culture sont des chemins privilégiés qui ont longtemps été refusés aux femmes. En Tunisie et ailleurs, des femmes ont encore du mal à percer dans le monde artistique. Accablées par les préjugés sociétaux, les tabous politiques et religieux, certaines femmes n'ont pas l'opportunité de s'épanouir à travers leur art. L'objectif de «Chouftouhonna» consiste à encourager les femmes à créer librement et sans aucune restriction.»
Des œuvres de qualité
«Chouftouhonna», c'était donc trois jours dédiés à la création féminine et autour de la cause féministe. Ce nouveau festival qui fait ses premiers pas (deuxième édition) dans le paysage artistique a pu voir le jour grâce à des fonds internationaux mais aussi grâce à l'implication et le soutien de bénévoles dévoués, nous a régalé, avec un programme de qualité soigneusement concocté par les organisatrices, sans fioritures mais des artistes confirmées et engagées dans leur art. Il était question de courts métrages succulents et inédits à l'instar de «Fractals Revolt», une production libano-iranienne réalisée par Azadeh Faramarziha et «Knives» de l'Egyptienne Reem Alhawry que l'on a pu découvrir lors du premier jour du festival et d'autres belles découvertes cinématographiques. Une exposition d'art plastique qui a réuni différentes techniques et approches proposant d'intressantes écritures picturales : photomontage, techniques mixtes, gravures, sculptures, photographies et autres installations vidéo. Ce fut une occasion de découvrir des artistes tunisiennes qui en ont à dire à l'instar de Selma Essafi qui, dans ses photographies, déconstruit l'espace et se joue d'éléments urbains et architecturaux mais également Nourhene Ghawzel, Najeh Zarbout, Amel Guellaty et d'autres encore. ‘‘Chouftouhonna'' qui, malheureusement, a manqué de s'ouvrir à un public plus large (faute de communication) nous a régalé aussi avec son volet musical. Outre les artistes en compétition, le public est allé, entre autres, à la rencontre de la musique intimiste et passionnée de l'Italienne Rebis qui a proposé un répertoire afrontières avec des morceaux chantés en arabe, en anglais et en italien accompagnée par le son intimiste et charnel d'une guitare acoustique. ‘‘Chouftouhonna'', c'était surtout de grands moments de rencontre et de partage entre des artistes de tous bords, entre autres à travers le marché «Soukouhonna» qui a proposé les créations d'artisanes de toutes les régions de Tunisie. Un festival jeune avec un programme de qualité et de belles découvertes qui gagnerait à avoir plus de notoriété. Bravo et à la prochaine édition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.