Le coût de la grève pour Tunisair : 2 milliards    Ligue des champions : le Club Africain renverse Al Ismaily et se relance    Bras de fer entre Ennahdha et les autres blocs parlementaires    La mondialisation a-t-elle ouvert la voie à l'ère de la colère et du populisme ?    D'une pierre, deux coups !    Sous le signe de défaite interdite    Paralysie quasi-totale du pays    L'inflation atteint un niveau très grave (7,5%) jamais connu en Tunisie depuis 15 ans, déclare Mohsen Hassan    La date des soldes d'hiver    Tunisie-Mahdia [photos] : Spectaculaire tentative d'immigration clandestine à Chebba !    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    Des personnes au pouvoir sont derrière le blocage de production du phosphate, selon Wissem Saïdi    En vidéos : Mourad Bouzidi et Sonia Ben Abla présentent Les Volants d'Or    Ligue des champions – CA : Formation rentrante contre Al Ismaily    La Douane tunisienne décide de réduire les amendes douanières infligées avant le 1 janvier 2019    Cérémonie de signature du recueil « Malikholia » du poète Hamza Omar    Tunisie- Quand l'écrivain Bahey Eldin Hassan fait l'éloge de la Tunisie à sa manière !    LdC, Groupe B: L'Espérance s'impose grâce à un doublé de Khenissi        En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Participez au concours photos de la ville de l'Ariana dimanche 20 janvier 2019    Le Parlement allemand classe la Tunisie pays sûr pour refuser à ses immigrés le droit d'asile    Ligue des champions – EST : Formation rentrante contre Platinum Stars    Frénésie des uns, discernement des autres...    Danone investit dans le sport    Ces grèves qui ne chôment pas    Le sens de l'intérêt général perdu    Les vols annulés, les passagers livrés à eux-mêmes    Tunisie-Institution militaire: Première participation tunisienne avec une unité aérienne au Mali    Grève générale du 17 janvier : La longue journée de l'armée tunisienne    Une parfaite maîtrise du genre    Le retour de Ridha Ben Arab    Superhéros ou fou ?    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    Tunisie – Météo : Ciel nuageux sur l'ensemble du pays avec pluies isolées    Film “Porto-Farina” d'Ibrahim Letaief: Dates et Horaires des projections dans les cinémas de Tunisie    Tunisie- L'archevêque de Tunis explique la frustration des jeunes tunisiens    Tunisie: Arrestation de 21 personnes à Ben Arous après des actes de vandalisme    Tunisie- Arrestation d'un père ayant violé ses filles    Un cybercafé ouvert strictement aux femmes à Gafsa    Retour sur la grève du 17 Janvier dans la Fonction publique et le secteur public    Milan: Gennaro Gattuso suspendu un match    Grande Bretagne: Au volant d'une voiture à 97 ans, le mari de la reine d'Elizabeth II sort indemne d'un accident    Sortie en France du film « Au-delà du regard, osez le désert » : réalisé par une association encadrant des jeunes malvoyants    Tunisie – Nidaa Tounes fait assumer la responsabilité de la crise à certaines parties politiques    Tunisie: Nidaa Tounes inquiet de l'échec des négociations entre l'UGTT et le gouvernement    Tout sur le Sommet arabe pour le développement économique et social qui se tiendra ce dimanche à Beyrouth    Barbanera, un Tunisien à la tête d'un large réseau de migration illicite, arrêté en Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aly Ben Salem, peintre de la beauté sensuelle
Hommage
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 10 - 2010

La Tunisie célèbre cette année le centenaire de la naissance de l'artiste et peintre de la beauté, Aly Ben Salem, qui s'est éteint le 20 février 2001 à Stockholm (Suède).
Personnage fascinant de par son œuvre et son charisme, ce peintre de la lumière et de la couleur a laissé une empreinte indélébile dans le paysage artistique en Tunisie où il n'a cessé de célébrer la splendeur, en Suède, sa seconde patrie, ainsi que dans le monde.
Aly Ben Salem et ses périodes, passage exigé vers l'empreinte magique
Khalil Gouia, chercheur et critique d'art, explique que trois grandes périodes caractérisent l'œuvre de Ben Salem.
''Entre les années 30 et les années 40, le peintre passe la majeure partie de son temps à peindre la médina, et ce, à travers une approche narrative''. Ce microcosme, qui constitue une mère symbolique pour l'artiste, devient son terrain de prédilection où il s'exerce à la peinture des souks, des artisans et des traditions tunisiennes, ainsi qu'aux scènes de mariage. Un rapport de genèse et d'enfantement unit ainsi la médina au génie créateur de l'homme.
La seconde période, qui caractérise l'œuvre de Ben Salem, s'étend de 1938 jusqu'à 1950, période au cours de laquelle l'artiste évolue vers une approche plus esthétique.
Elle correspond à un moment de découverte créatrice après un séjour à Paris où il apprend à mieux connaître les œuvres des grands maîtres de l'impressionnisme, de l'expressionnisme et du fauvisme.
C'est la troisième et dernière période que se révèle le véritable cachet de Ben Salem. Cette époque, qui démarre dans les années 50 et ne se termine qu'avec son décès en 2001, donne le ton au travail monumental que l'on connaît de lui.
Il s'inspire de sa muse, la suédoise Kerstin Nilsson, qu'il épouse en secondes noces. Sa beauté nordique l'inspire dans tous ses tableaux.
Au cours de cette période, Ben Salem laisse libre cours à son imaginaire, nous dévoilant sa propre vision de la femme et de l'homme, dans un jardin édénique fleuri, entourés de dromadaires bleus, de gazelles blanches, de colombes ou de paons.
L'œuvre de Aly Ben Salem est bien réelle. La sinuosité du tracé enrobe et enlace le corps et les formes avec une sensualité presque palpable. Il puise sa source dans la mythologie et la littérature, peignant Antar et Abla ou Roméo et Juliette. Bref, il n'y a de place qu'à la beauté sensuelle, un brin orientaliste.
Dans sa palette chromatique, le peintre utilise du blanc, du bleu, du jaune ou du rose qui constituent un appel, presque un cri à la lumière et à la joie, et ce, malgré les nombreux drames qui ont habité le cœur de l'artiste.
Le mosaïste en quête d'éternité
L'on ne peut parler de cet artiste sans évoquer sa passion pour l'art de la mosaïque. Depuis 1945, l'artiste entreprend la composition musivale, un rêve qu'il réalise, comme il le dit dans le portfolio qu'il coécrit avec Leila Ladjimi Sebai, Hédi Slim et Rachida Triki: ''J'ai compris que l'usure du temps s'en prend moins à la mosaïque. La pierre est plus robuste, plus coriace que les huiles et les dérivés plastiques...''. Et d'ajouter: ''En optant pour reproduire en mosaïques mes tableaux...j'ai voulu éterniser certains des us et coutumes de mon peuple''.
Le collectionneur, l'ethnologue
Derrière l'œuvre foisonnante de l'artiste, né un certain 25 décembre 1910 à Tunis, se cache un petit homme aux yeux gris pétillants, au sourire taquin et au verbe facile.
Rieur, aimant l'art et la bonne chère, il croquait la vie à pleines dents en compagnie de Kerstin-Hédia la douce. Il était joyeux de nature, et ses amis disent de lui qu'il était très fidèle et profondément attachant.
Cet homme avait réuni une impressionnante collection d'objets ethnographiques de Tunisie qu'il avait offerte, comme le souligne Bady Ben Naceur dans son livre Mémoires d'époques, au Musée national d'ethnographie de Stockholm.
En 1936, Ben Salem obtient le premier prix de peinture du gouvernement tunisien et le premier prix de la miniature d'Afrique du Nord. Et ce n'est que le début de sa gloire.
Profondément nationaliste, il a longuement et ardemment milité pour l'indépendance de la Tunisie, du Maroc et de l'Algérie contre le joug colonial français.
Cette célébration par la Tunisie du centenaire de l'artiste Aly Ben Salem s'inscrit au cœur du projet initié par le Chef de l'Etat et annoncé dans son discours du 25 février 2010 à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de la culture.
Cet hommage aux grandes figures de la création en Tunisie constitue un témoignage particulièrement vibrant au talent et à l'esprit créatif de cet homme, au service de la culture tunisienne et de la sauvegarde de la mémoire collective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.