Bulletin de la bourse: Déboussolée par le reconfinement, le marché sombre dans l'incertitude    CAF : le Camerounais Issa Hayatou, président d'honneur    Nissaf Ben Alaya: Confinement ciblé à partir de lundi prochain    Tunisie – Trois changements de dernière minute dans la formation proposée par Mechichi    Coronavirus : La situation épidémiologique à Gabès    Coronavirus-Kairouan: Les services de réanimation ont atteint leur capacité d'accueil maximale    Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MEMOIRE    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Guterres tente de nommer un émissaire    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les actes de vandalisme et de violence en hausse
Braquages et vols de voitures
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 11 - 2017

Les actes liés à la violence ont augmenté entre 2016 et 2017.
Début novembre, des actes de braquage dans des quartiers huppés et sécurisés de la capitale ont inquiété la population locale, sur fond de regain de la délinquance urbaine. Une dame âgée a été braquée par de jeunes délinquants qui l'ont agressée et volé sa voiture. La même semaine, une série de voitures ont été saccagées par des délinquants au Lac 2, près du complexe commercial Tunisia Mall.
La liste n'a cessé de s'allonger au fil des jours, pour ce qui est devenu une semaine noire, dépassant les simples fait divers. Un témoignage retrouvé sur les réseaux sociaux raconte les dégâts : «Sept voitures ont été attaquées, dont la mienne, avec vol de roues de secours, de crics, ainsi que les effets à l'intérieur, les papiers, l'argent».
Des efforts louables
Sur un ton plus rassurant, on apprend que des mesures seront prises pour renforcer la sécurité, de l'aveu de Khalifa Chibani, porte-parole du ministère de l'Intérieur, dans les quartiers sensibles et les cités. Il affirme que la violence existe, partout, dans le monde, de façon transversale. Elle est devenue monnaie courante. Pour autant, il ne faut pas renoncer à rétablir la sécurité et « prendre le taureau par les cornes ». Ces quatre dernières années, les vols et les braquages sont en expansion, c'est un fait indéniable.
Les crimes à l'arme blanche aussi, comme en témoigne la dernière agression sur les deux agents de police en début de mois ayant causé la mort de feu commandant Riadh Barrouta, mortellement blessé au couteau, par un takfiriste.
Cependant, M Chibani demeure serein en pensant qu'il arrive qu'un fait divers prenne une ampleur considérable et disproportionnée, dépassant le cadre du simple phénomène de braquage, d'agression ou de petit crime. Il se veut rassurant. « Il y aura, de toute évidence, d'autres situations de ce genre lié à la criminalité, quand bien même cela ne devrait exister nulle part, quels que soient le standing et le niveau de vie du quartier. Il y a eu des campagnes, dans les métros, dans le transport public, dans les écoles, alors que cela n'existait pas auparavant. Aujourd'hui nous avons même une charte qui prévoit le renforcement et le déploiement du dispositif sécuritaire».
La violence a grimpé de 60%
La Presse a, par la suite, contacté par téléphone, M. Walid Lahkim, porte-parole de la Direction générale de la sûreté nationale, rattaché au ministère de l'Intérieur, pour obtenir plus d'éclaircissements. La police, qui rafle à tour de bras et qui place en taule, les plus redoutables délinquants, se retrouve esseulée dans son noble exercice de maintien de la paix sociale. C'est que sans concours et l'appui d'un progrès économique, d'une amélioration sur le plan social, d'une meilleure vie dans les familles et les quartiers urbains, leurs efforts restent parfois vains.
Dans un cri de colère, M. Lahkim déplore le fait de voir les instances sécuritaires, systématiquement pointées du doigt, lors de nouvelles vagues de violence ou de recrudescence des agressions et braquages alors que les efforts se sont intensifiés au niveau du ministère pour garantir la sécurité des citoyens. «Nous sommes partis en guerre, depuis plus d'un mois, contre toutes les formes de criminalité. Il faut signaler que nous avons enregistré une hausse de 60% des actes de violence entre 2016 et 2017». Le taux de violence ne fléchira point, selon ses dires. Il considère que la solution n'est pas entre les mains des forces de sécurité qui vise à réduire la criminalité. Les braquages et les vols ne vont pas s'arrêter. Malgré la présence de la police, pas d'arrêt de la spirale de la violence. «Il y a des semaines, où ça s'embrase et des semaines de calme absolu».
Selon le responsable, la société civile doit agir et réagir. «Je me demande où est l'implication des associations de lutte contre la violence. Quand on voit ce qui se passe pour la protection des femmes, contre le harcèlement dans les transports publics, ou la lutte contre le cancer du sein, le décalage est grand».
Pour justifier le phénomène de la violence urbaine dans nos villes, il l'explique en adoptant le jugement, d'un esprit cartésien, d'un criminologue, par analogie avec le mathématicien.
En période de crise économique, comme actuellement en Tunisie, le banditisme monétaire prend de l'appétit. Vols, braquages, chèques en bois ou sans provision sont le lot du quotidien d'un pays, en récession économique. Les fléaux du chômage, de la violence de rues, de quartiers, la pauvreté et la mendicité rejaillissent par désenchantement. M. Lahkim a raconté une anecdote, qui prouve que le mal est ailleurs... «A Médenine, une ville du sud tunisien, connue pour son conservatisme et son esprit traditionnaliste, qui y règne, on a vu un collégien agresser, au couteau son enseignant. Ce qui est chose nouvelle».
Il termine en appelant la population à arrêter, sine die, de harceler les forces de l'ordre, sous prétexte qu'elles manqueraient à leurs devoirs alors que ce n'est pas le cas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.