La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'éternel recommencement est-il encore possible ?
Bientôt sur nos écrans/ En chantier «Briska», nouveau court-métrage de NaDIA Rais
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 12 - 2017

Une œuvre où couleurs, dessins et sons sont en harmonie et se frayent leur propre proposition identitaire et visuelle dans l'imaginaire collectif.
Dans la réalité comme dans la fiction, les éléments qui font le lien entre l'Histoire de l'humanité et son présent sont récurrents. Un thème de prédilection pour tous les arts et en particulier le cinéma, qui les rassemble tous. L'adaptation illustre à merveille ce voyage dans le temps et parmi les arts. Un chemin que la cinéaste Nadia Rais a décidé d'arpenter pour son dernier court-métrage « Briska », qui sortira fin janvier 2018 en Tunisie.
« Briska » est l'un des personnages de la pièce « Ahl al-Kahf » (Les gens de la caverne, 1933) de l'écrivain et dramaturge égyptien Tawfik al-Hakim, dont Nadia Rais propose une adaptation libre, la première de son parcours, toujours en dessins animés comme dans ses précédents courts-métrages « L'Ambouba » (2010), « L'Mrayet » (2011) et « Survival visa » (2014). « Cette œuvre de Tawfiq al-Hakim est considérée comme du théâtre tragique, ne pouvant être ‘‘vécue que par l'esprit'' et, de ce fait, se prête parfaitement à une adaptation sous forme de film d'animation vu que son texte appelle et sollicite fortement l'univers imaginaire du lecteur », note la réalisatrice à propos de son choix. Justement, Nadia Rais dit avoir suivi son intuition pour donner à l'œuvre ses repères et son identité visuelle et sonore dans le nouvel univers cinématographique que Nadia Rais lui a dessiné.
Une adaptation libre
Il y a en effet la pièce et il y a son adaptation. Dans la première, l'auteur explore la tragédie de l'être humain face au passage du temps à travers « quatre personnages imaginaires, Marnouche (la raison), Mechlinya (le rêve), Yamlikha (le spirituel) et son chien, contraints de se réfugier dans une caverne afin de fuir des persécutions religieuses et qui, après avoir sombré dans un profond sommeil, se réveillent trois siècles plus tard, non pas suite à un miracle religieux mais après un passage à un nouveau monde où ils y affronteront le temps et la volonté de faire un retour conscient ». Dans la seconde, les mêmes personnages portent le film de Nadia Rais mais celle-ci les entoure de motifs imaginaires et de décors organiques et floraux, qui ont leur rôle et leur symbolique dans la trame de « Briska », comme un clin d'œil à la Terre qui porte toutes ces histoires traversant les époques. « L'histoire, écrite en 1933, reste aujourd'hui d'actualité puisqu'elle traite de la question de la renaissance des civilisations et du pardon. Et cela dans le monde en général et dans un contexte arabo-musulman plus précisément », explique la cinéaste, qui se demande à travers ce film si un éveil et un nouveau commencement sont possibles pour le monde arabe.
« Plusieurs peuples se reconnaîtront
dans une histoire comme celle-ci
Ils vous diront alors, que ceux qui
sont partis reviendront.
Et ceux qui meurent, ressusciteront.
C'est l'histoire éternelle de l'humanité.
Mais, est-ce possible,
même lorsqu'elle commet l'erreur? » (Tawfiq al-Hakim)
Le berbère tunisien pour un message universel
La caverne devient donc le symbole de la disparition comme de la renaissance, de la noirceur comme de l'espoir. Sa symbolique « tirée de l'histoire des Sept Dormants d'Ephèse de la tradition chrétienne et de la Sourate du Coran intitulée Al-Kahf » lui confère une dimension universelle au-delà de l'espace et du temps. Nadia Rais va plus loin en faisant le choix audacieux et original d'écrire les dialogues du film en berbère tunisien. Un choix qui a complètement transformé son film, avec l'appui de la musique composée par Wael Jegham (aka Ghoula). Les textes ont été traduits et lus par le comédien et plasticien tunisien Brahim Zarrouk. « L'enregistrement en berbère, avec une recherche musicale montée sur une partie du film fini, avait donné une identité à part et une impression d'être dans un contexte universel », raconte Nadia Rais pour qui cela a été un véritable déclic. « Je le fais avec tout l'honneur que l'on doit à cette civilisation berbère, et à nos ancêtres qui malgré tout ont su résister », ajoute-t-elle à propos de son film qui sortira en Tunisie fin janvier 2018. Un film qui marque une nouvelle étape dans la carrière de Nadia Rais, avec une exploration graphique nouvelle, tout en étant dans la continuité de ses précédentes expériences. Le passage des personnages et des décors du présent urbain à ceux du conte atemporel est un pari réussi pour la cinéaste avec cette œuvre où couleurs, dessins et sons sont en harmonie et se frayent leur propre proposition identitaire et visuelle dans l'imaginaire collectif. Après «Briska », Nadia Rais poursuit son aventure cinématographique avec une nouvelle adaptation de la littérature arabe, qui fera l'objet de son premier long-métrage.
Production : Propaganda Production
Producteur : Imed Marzouk
Réalisation, Scénario : Nadia Raïs
Graphisme, Décor, Layout : Nadia Raïs
Eléments graphiques : Ghadda Chemma
Animation : Amine Kéfi
Storyboard : Amine Kéfi, Nadia Rais
Compositing : Zoubeier Zekri
Coloriste : Fatima Goutali, Bochra Taboubi, Myriam Dachraoui, Enis Rekik, Emna Kahouaja, Nour Ouni, Ons Oueslati
Montage : Fatma Ben Aïssa
Musique : Wael Jegham
Voix : Brahim Zarrouk


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.