Saïed, Moussi, Chelbi… Les 5 infos de la journée    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH Bank    OoredooEZ CUP : plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Tunisie – La mouvance du 25 juillet claque la porte à la face d'Imed Hammami    Tunisie – « Les partis de l'opposition font pitié »    Tunisie – La FTF félicite et remercie les spectateurs tunisiens du Parc des princes    Mondial Basket Féminin : Sur quelle chaîne regarder les quarts de finale ce jeudi ?    Référendum en Ukraine : Le oui à l'annexion de territoires ukrainiens l'emporte    Les USA appellent leurs ressortissants à quitter la Russie sur le champ    Interpellation de deux individus pour vol de 100 kilos de cuivre appartenant à deux sociétés publiques    Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Tunisie: Une croissance économique de 2,9 % en 2023, selon la Berd    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Plateforme Salema d'information et d'orientation sur le "VIH/SIDA et droits de l'homme", lancée    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    Moussi : Saïed parle d'importation de produits cosmétiques et n'évoque pas les 80 MD dépensés dans le cadre du référendum    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    Intègre, mais surtout compétent    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Zoomactu: Pluies salvatrices    L'entreprise autrement: L'impasse ?    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entretien avec M. Wissem Oueslati : «Les pays qui ont réussi ont misé sur la culture digitale»
Dossier : Monde digital et professions du web
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 01 - 2018

Wissem Oueslati, 40 ans, consultant en commerce électronique et IT. Ingénieur en informatique, il a eu son diplôme de l'Ecole nationale des sciences de l'informatique (ENSI) en 2001. Il a opté pour une carrière dans l'expertise en IT et e-commerce. Dans cette interview, il nous parle des nouveaux métiers qui ont émergé avec le développement et l'évolution du web. Egalement, il nous explique, d'une manière détaillée, l'avancement de la transition digitale en Tunisie
Vous faites partie du domaine du numérique, et cela plus de 17 ans. Bien entendu, grâce à votre expérience, vous maîtrisez les entrailles de ce domaine. Parlez-nous de ce nouveau monde qui incarne le nouveau modèle socioéconomique et des métiers qui le régissent.
Il faut, tout d'abord, introduire le contexte mondial. La révolution numérique a été marquée par la naissance du software, tout ce qui est logiciel et système d'informations. Ainsi, le monde est passé de l'industrie classique vers l'industrie numérique. Aujourd'hui, une deuxième révolution numérique est en pleine gestation, une révolution cognitive entamée par ce qu'on appelle dans notre jargon le Natu, un acronyme qui désigne les entreprises américaines Netflix, Airbnb, Tesla et Uber. Avec cette nouvelle génération, et grâce à ces nouvelles technologies, le peuple détient désormais tout le pouvoir «le shiftpower». En Tunisie, on est en train d'assister à une transition numérique mais qui n'est pas en train de s'achever au rythme souhaitable. Outre l'axe technique du numérique dont les métiers sont déjà apparus avec l'arrivée de l'ère millénaire, de nouveaux métiers qui relèvent du cognitif ont émergé. Les études ont montré qu'aujourd'hui l'homme consulte son téléphone plus de 150 fois par jour, parce qu'il est tout le temps connecté. Il est devenu accro aux réseaux sociaux et ne peut pas s'en passer. Face à ce nouveau phénomène, des spécialistes en sciences du partage, des professionnels du «custom experience» et tout ce qui est comportemental et cognitif et bien d'autres nouveaux profils ont apparu. Aujourd'hui, on ne parle plus d'un référencement du client mais plutôt de son parcours dans un site web.
Dans le plan national «Tunisie digitale 2020», l'instauration du E-business, E-administration figure parmi les priorités du gouvernement. Cependant, avec la méfiance du Tunisien lambda, notamment chez les générations moins jeunes, envers le numérique, et le fossé élargi qui existe entre les mondes digital et réel, est-ce que la Tunisie pourrait réussir sa transition vers une société numérisée?
Pour réussir une transition numérique, il faudra toute une plateforme où plusieurs conditions exigées doivent être remplies. Mais tout d'abord, il faut bien comprendre le déroulement et le fonctionnement du processus de cette transition. Le plan stratégique dont vous parlez comporte plusieurs axes. A savoir un axe infrastructure, un axe IT, un axe export, etc. mais il y a un axe extrêmement important qui est l'axe culture. Il faut convaincre les citoyens d'utiliser les services en ligne. On peut dépenser des milliards et des milliards pour instaurer une infrastructure énorme où tout le monde peut avoir accès à l'internet. Mais tant que la culture du numérique manque, il n'y aura pas un véritable changement. Il faut que tout le monde pense internet, pense un E-commerce, un E business, une E administration, bref un E service d'une manière générale, pour que la culture du numérique triomphe. Prenons l'exemple de l'e-administration. Si le citoyen n'a pas vent des nouvelles procédures, telles que l'extrait de naissance en ligne, bientôt la suppression de la copie conforme, l'extrait du bulletin n°3 en ligne, à quoi servira alors une e-administration ? Les pays qui ont réussi leurs transitions numériques ont misé d'emblée sur l'axe de la culture digitale. En Tunisie, c'est exactement là que le bât blesse. Et c'est exactement ce qu'il faut travailler davantage.
En quoi consiste le E-commerce ?
Le E-commerce est le commerce en ligne. C'est l'usage de la technologie avancée et de l'internet en faveur du commerce. On peut payer un taxi via mobile, on peut acheter des vêtements via un site internet, etc. Bref, les actions de vente et d'achat se font à travers l'internet. Cependant, les gens confondent généralement entre le E-commerce et l'E-payement. L'E-payement n'est qu'un maillon de toute une chaîne. Il est vrai que si l'on arrive à ancrer une culture d'e-payement, c'est le mi-chemin qui serait accompli. Et il repose essentiellement sur la cybersécurité, pour que les clients aient confiance en ce mode de payement. Mais le E-commerce est plus vaste. Il comprend plusieurs composantes. A savoir la logistique, le payement, le marketing, le design, tout ce qui relève du front office et back office ... Chacun de ces axes présente tout un éventail de métiers.
En quoi consiste, réellement, être un expert en E-commerce.
Un expert en E-commerce est une personne qui se charge d'établir un plan stratégique qui permet de réaliser une transition digitale de l'entreprise, en l'emmenant du monde physique vers le monde digital. D'ailleurs, il y a un nouveau terme, récemment utilisé par les professionnels du domaine ; le phygital. C'est la jonction entre les mondes physique et le digital. Et la notion du virtuel opposé au réel n'existe plus. Plutôt, on parle d'un monde physique et un autre virtuel ou numérique, et les deux mondes sont réels autant que nous le sommes. Ainsi, un expert en E-commerce est le spécialiste qui va relier entre ces deux mondes, tout en suivant un plan établi préalablement.
Actuellement, dans le monde, l'on parle de l'empiètement du web 3.0 ou l'internet des objets. Cette nouvelle génération du web verra-t-elle le jour en Tunisie ? Peut-elle se développer efficacement, dans notre société.
Oui, bien entendu. C'est une question de temps. La Tunisie va et doit développer cette nouvelle génération du net. C'est indispensable, sinon ça serait notre extinction. Le principe de l'internet des objets est simple. Ce sont des objets avec des cartes réseaux qui ressemblent à celles dans les ordinateurs et téléphones portables. Le climatiseur, le bureau, l'ampoule, la télévision, le réfrigérateur, la table, la cafetière sont tous des objets qui seront continuellement connectés entre eux. Autrement dit, ce sont des objets intelligents qui génèrent constamment des flux d'informations. Par exemple, ton réfrigérateur peut t'envoyer un message sur ton téléphone pour te dire que tu es à court d'aliments, ou ton robinet t'alerte qu'il y a une fuite quelconque dans les conduites. Si on observe un moment nos chambres ou nos bureaux, nous allons constater qu'il y a, au moins, 4 ou 5 objets qui sont déjà connectés. La télévision, le téléphone mobile, la caméra de surveillance, le récepteur, etc. Il arrivera le jour où tout sera connecté. C'est un peu comme dans les films futuristes de sciences fiction. C'est la révolution 3.0 qui va bouleverser le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.