Tunisie – Le « décollage » économique, selon Fakhfakh    Covid-19: Tunisair appelle les passagers à se présenter 4h avant le vol    Béja | Démarrage vendredi de la saison de moisson    Covid19 | Les Tunisiens à l'étranger souhaitant rentrer au pays doivent payer les frais de leur confinement sanitaire    Les pièces majeures de la collection d'un dignitaire de l'époque Beylicale ont été retirées de la vente prévue à Drouot    Grève générale du secteur de la santé le 18 juin    L'UE mobilise un fonds d'urgence dans la course aux vaccins    En vidéo : Toutes les cartes bancaires de l'UBCI désormais biodégradables    Du nouveau dans l'affaire de Swagg Man    L'IATA demande au gouvernement tunisien une aide financière directe pour l'aviation, pour sauvegarder l'économie    Tarek Kahlaoui (Centre des études stratégiques sur le Maghreb)    Une jeune extrémiste prête à tout    «Un grand bond en arrière pour l'humanité»    Les représentants des clubs en conclave    Iheb Msakni sanctionné !    L'EN en stage de 5 jours à partir du 8 juin !    Une circulaire de la BCT: Davantage de flexibilité dans l'accès des entreprises résidentes aux sources de financement extérieur    Azouz Ben Temessek : Les fonctions de l'OMS entre la technicité et la politisation    Nouveau cas de Covid importé    La Gabegie totale !    L'Italie s'ouvre aux touristes européens    Tunisie – Djerba: Les bacs de Djerba reprennent totalement leur activité    Les enfants très peu contagieux, selon une étude    Tendres fragments de Monastir    Mort d'Albert Memmi, le Tunisien tourmenté    Un roman intergénérationnel    La Tunisie n'a pas profité de l'effondrement des prix du pétrole    Béja : Des perturbations dans la distribution de l'eau prévues vendredi dans plusieurs régions    Tunisie – Musées: guide des procédures sanitaires de prévention contre la Covid-19    Tunisie : Le stade de Radès parmi les enceintes les plus chaudes de la planète    Libye: Haftar a perdu la bataille de Tripoli    Tunisie : L'ATCT annonce la reprise des entretiens entre candidats et recruteurs étrangers    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 4 juin à 11H00    Covid-19 : Les termes les plus recherchés par les internautes tunisiens durant le confinement    Et Didier Raoult vaincra…    Festival Cannes 2020 : Un film égyptien de production tunisienne dans la sélection officielle    Décès de George Floyd: quatre anciens policiers arrêtés et le Pentagone n'est pas satisfait de Trump.    Hichem Mechichi: Un ministre de l'Intérieur atypique ?    FARK : Kamel BOUTOURIA    CONDOLEANCES : Pr Mohamed Tahar KHALFALLAH    Série « The Eddy », créée par Jack Thorne : Bienvenue dans un Paris Jazzy soporifique    La Fédération américaine songe à faire jouer le Masters 1000 de Cincinnati avant l'US Open    Espagne : la saison reprendra avec la 2e période d'un match de Div.2 interrompu en décembre    Argentine : Maradona prolonge comme entraîneur de Gimnasia La Plata    Ben Gharbia : il y a de la médiocrité au parlement et les choses empirent    Perte de temps    Hassouna Nasfi : ‘'Notre voisine la Turquie''… Je ne veux pas entendre ça    Biens culturels tunisiens mis en vente aux enchères à Paris : Quelle protection pour les collections privées ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On tremble pour les élections de fin 2019
Gel des activités de Tlili Mansri à la tête de l'Isie
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 05 - 2018

Comme attendu, les membres du conseil de direction de l'Isie se sont rebellés contre leur président, Mohamed Tlili Mansri, en décidant le gel de ses activités en attendant que les députés le révoquent officiellement. On craint sérieusement pour le sort des élections de fin 2019 au cas où la crise au sein de l'Isie perdurerait.
C'était dans l'air et le principal intéressé ou victime déclare que la décision ne l'a pas surpris.
Il s'agit du gel par les membres du conseil de l'Instance supérieure indépendante des élections (Isie) des fonctions du président de l'Instance, Mohamed Tlili Mansri, en attendant qu'il soit démis officiellement à l'issue d'un vote qui aura lieu à l'Assemblée des représentants du peuple sur la base de la majorité absolue, c'est-à-dire 109 députés au moins qui voteront pour la proposition du conseil de l'Instance.
Hier, ils ont été huit sur les neuf membres du conseil de l'instance à voter pour que Mohamed Tlili Mansri soit écarté à titre provisoire de la présidence de l'Isie jusqu'à l'aval ou le rejet par les députés de la recommandation qui leur sera soumise pour mettre fin aux activités du président à la tête de l'Instance.
Mais pour quel motif huit membres du conseil de l'Isie ont-ils décidé de se débarrasser de leur président dont ils contestent la présidence depuis le premier jour où il a été élu par l'ARP à la tête de l'Isie ?
L'information communiquée sur le gel des activités de Mohamed Tlili ne mentionne aucun motif derrière la décision. Sauf que les indiscrétions ayant filtré du côté de l'Isie parlent d'une faute grave qui aurait été commise par le président dans l'accomplissement de ses fonctions.
Et les membres de l'Isie de refuser de dévoiler la nature de la faute grave dont ils accusent leur président. Même Ani Jarboui, considéré comme très proche de Mohamed Tlili Mansri (mais qui a voté pour sa mise à l'écart) a refusé, hier, de révéler, sur Radio Mosaïque, l'erreur qu'a commise le président de l'Instance.
De son côté, Mohamed Tlili Mansri se défend en soulignant : «Je n'ai commis aucune faute professionnelle pour mériter cette décision. Je m'attendais à pareille décision dans la mesure où je n'ai jamais bénéficié de l'unanimité des membres du conseil qui veulent mettre l'Instance sous leur coupe».
Les législatives et la présidentielle de 2019 sont-elles compromises ?
Maintenant que les jours de Mohamed Tlili Mansri à la tête de l'Isie sont désormais comptés, la question qui s'impose est la suivante : comment l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) va-t-elle réagir à la décision du gel des activités du président de l'Instance et quelle réponse les députés vont-ils réserver à la demande qui leur parviendra d'un moment à l'autre les invitant à démettre le président de ses fonctions en application de l'article 15 de la loi organique portant création de l'Isie ?
L'article en question dispose, en effet, ce qui suit : «Le président de l'Isie ou l'un des membres du Conseil sont démis de leurs fonctions en cas de faute grave dans l'accomplissement des obligations leur incombant en vertu de la présente loi». La loi stipule également que le Parlement peut décider de démettre de ses fonctions le président de l'Isie au cas où les 2/3 du Conseil de la direction (six membres sur neuf) le lui demanderaient.
Les observateurs se posent la question de savoir comment se comportera le Parlement face à cette nouvelle crise en ayant dans la mémoire le feuilleton éprouvant et harassant quand Chafik Bousarsar, ex-président de l'Isie, a démissionné de ses fonctions et que les députés ont mis près de 6 mois pour lui trouver un remplaçant en la personne de Mohamed Tlili Mansri, l'actuel président de l'Isie, qui n'aura passé, en définitive, que quelques mois à la tête de l'Instance alors qu'il était parti pour un mandat de six ans quand il y a été élu l'été 2017.
Et les associations spécialisées dans le contrôle des élections de réagir aussitôt informées du déclenchement public de la crise au sein de l'Isie. L'Observatoire Chahed pour le contrôle des élections et le soutien des mutations démocratiques a appelé, hier, «le Parlement à ouvrir une enquête pour connaître la vérité sur ce qui se passe au sein de l'Isie et à procéder rapidement au renouvellement du tiers des membres de l'Isie en remplacement des membres concernés par le tirage au sort (le tiers des membres, c'est-à-dire 3 membres).
L'Observatoire Chahed met en garde contre ce qu'il appelle «les conséquences et les répercussions graves de la décision de révocation de Tlili Mansri sur la stabilité du processus électoral», une formule diplomatique pour insinuer que les élections législatives et présidentielle de fin 2019 sont réellement menacées au cas où la crise perdurerait au sein de l'Isie et au cas où le Parlement mettrait plusieurs mois pour trouver un nouveau président à l'Instance et pour renouveler également les trois membres du conseil que le tirage au sort désignera pour quitter l'Isie.
Pour Moez Bouraoui, ancien président de l'Association tunisienne de l'intégrité et de la démocratie des élections (Atide), «pour éviter que les prochaines élections de fin 2019 ne soient compromises, il est impératif que l'Isie soit dotée d'un nouveau président d'ici octobre 2018, soit une année avant le rendez-vous électoral comme l'exigent les standards internationaux en la matière».
Moez Bouraoui évoque aussi la possibilité du maintien par le Parlement de Tlili Mansri à son poste à la tête de l'Isie et donc le rejet de la décision prise, hier, par huit membres du conseil estimant que le président actuel n'est plus habilité à diriger l'Instance.
«Dans ce cas, les huit membres peuvent démissionner, obligeant ainsi le Parlement à renouveler le conseil de direction de l'Isie dans sa totalité. Si cette éventualité se produit, les élections de fin 2019 peuvent attendre», ajoute-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.