Salem Labiadh affirme que le parti Echaab déposera un recours en Appel concernant le siège restitué à Saïd Jaziri de Hizb Errahma à Ben Arous    Tunisie : la BAD accorde 138 millions d'euros à la STEG pour le réseau d'électricité et les énergies renouvelables    Patrice Bergamini : Le visa vers l'Europe sera révisé dès la reprise des négociations sur l'ALECA    Objectif Tunisie Propre ! Une campagne de nettoyage de grande envergure (photos, vidéos)    Au Liban, le premier ministre Hariri prêt à la tenue d'élections anticipées    Quand France Tv se pose la question sur l'avenir de l'édition et de la langue française ?    Numeryx Tunisie inaugure ses locaux et signe un partenariat avec le Digital security Lab de l'école Sup'com    Ligue 1 : les arbitres de la cinquième journée    L'ISIE fera appel de la décision en faveur de Said Jaziri    Ligue des champions de l'UEFA : programme des matchs de cette semaine    JMC 2019 : Palmarès de la 6ème édition    L'ATUGE UK et l'ambassade de Tunisie à Londres organisent une conférence autour de l'économie tunisienne et le rôle de la diaspora    La Tunisie abrite à partir de demain mardi 22 Octobre le 11ème Championnat arabe de Tir à l'arc    Sfax, une autre étape du Festival National du Théâtre Tunisien    Tunisie- Rejet de la demande de libération de l'homme d'affaires Chafik Jarraya    Tunisie- Neuf médecins du service des urgences de l'hôpital du Kef présentent leur démission    FMI et Banque Mondiale : Restons concentrés sur nos objectifs – Obtenir de meilleurs résultats au profit des plus pauvres dans le monde    Classement ATP: Malek Jaziri recule de 2 places (150e)    La Radio Tunisienne et les Radios régionales seront en grève le mardi 22 Octobre    TASDIR+ se déplace dans les régions pour cibler 200 entreprises    Retour sur l'élimination à Kasserine du dangereux terroriste algérien Mourad Ben Hamadi Chaïeb, frère du terroriste Lokmane abou Sakhr    Le tacle de Sami Fehri à Soumaya Ghannouchi    L'officine, exigences d'évolution rassemble Le Syndicat des pharmaciens    En vidéo : L'Ile Maurice en 48 heures vue par un tunisien    En vidéo : La RSE au coeur de l'ADN des Laboratoires SVR Tunisie    Abdelkrim Harouni : Ghannouchi est la figure nationale la plus importante du pays    Club Africain : du nouveau concernant les six points perdus    Economie en crise, Saidane tire la sonnette d'alarme    Tunisie – Météo : Possibilité des cellules orageuses accompagnées de quelques pluies    Tunisie- Le mouvement du peuple ne participera pas au nouveau gouvernement formé par Ennahda    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    Ligue des champions : Programme de la 3e journée    Programme TV du dimanche 20 octobre    SFBT : Les ventes de la Bière locale ont atteint 163.984 millions dinars durant le 3ème TR de 2019 réalisant une augmentation de 12,46% par rapport à 2018    Tunisie – Airbus : Développement du partenariat de coopération à travers la création à Tunis d'un Centre Airbus de formation de pilotes de ligne    Vidéo : Ce professeur crée le buzz en dansant avec ses élèves à Nabeul    La rayonnante Randa Driss s'éteint    Les JCC 2019 de retour dans les prisons tunisiennes avec 7 projections    Open art week 2019: 2ème édition du 19 au 27 octobre à Tunis (Programme)    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    Entretien téléphonique entre Giuseppe Conte et Kais Saied    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment rester soi-même ?
Rencontre sur la Vitalité du Cinéma du Sud
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 07 - 2018

Les sociétés arabes sont en ébullition, des repères se perdent, d'autres font leur apparition. Les équilibres sont précaires. Un état transitoire qui implique des questionnements de tout ordre, qui interpelle l'autre forcément et se répercute sur les supports artistiques.
Le Festival international du cinéma méditerranéen de Tunisie « Manarat » se poursuit jusqu'au 15 juillet à travers des projections et tables rondes. Une de ces rencontres a eu lieu jeudi dans la matinée, à La Marsa. Un panel appelé à débattre sur la «Vitalité du cinéma de la rive sud de la Méditerranée ».
Face à un public averti et en présence de Dorra Bouchoucha, directrice artistique du Festival et de Sophie Renaud, directrice de l'Institut français, la rencontre a eu du mal à démarrer. En cause, des problèmes sérieux liés à la sonorisation, les intervenants ont peiné à se faire entendre sans micro. Une fois les détails techniques maîtrisés, le coup d'envoi est donné par le modérateur Tarek Ben Chaâbane. Scénariste et universitaire, il enseigne la sociologie des médias et du cinéma.
Cette rencontre a vu la participation de professionnels, notamment du cinéma français : Charles Tesson, critique et historien du cinéma, spécialiste du cinéma asiatique, enseigne l'histoire et l'esthétique du cinéma à l'université. Nabil Ayouche, réalisateur et producteur franco-marocain. Il a réalisé plusieurs longs métrages entre autres « Much Loved ». Jacques Fieshi, un des grands scénaristes du cinéma d'auteur français. Il forme également de jeunes auteurs d'Afrique dans des ateliers d'écriture. Christophe Leparc est secrétaire général de la quinzaine des réalisateurs, section parallèle du Festival de Cannes. Il est directeur du Cinemed, Festival du cinéma Méditerranée de Montpelier.
Pas de formule ni de recette
La présence de plus en plus remarquée des films du Sud de la Méditerranée (égyptien, libanais, tunisien, marocain), aussi bien dans les grands festivals internationaux que sur les écrans, laisse penser qu'un vent nouveau souffle sur ces cinématographies.
« Nous souhaitons comprendre, précise Tarek Ben Chaâbane à notre journal, quelles sont les raisons réelles qui sont derrière cet enjouement pour le cinéma du Sud. Est-ce que les singularités très fortes en train de s'exprimer qui en sont à l'origine ? Ce serait un fait positif à noter. Ou alors le cinéma en tant qu'écriture dramaturgique est en train de s'approcher du modèle plus ou moins canonique d'écriture et de filmage ? Ou alors, troisième option, c'est l'attirance des thèmes. Les révolutions en libérant les paroles ont donné un nouveau souffle au cinéma». Cette troisième option pourrait l'emporter sur les autres, selon notre interlocuteur.
Les sociétés arabes sont en ébullition, des repères se perdent, d'autres font leur apparition. Les équilibres sont précaires. Un état transitoire qui implique des questionnements de tout ordre, qui interpelle l'autre forcément et se répercute sur les supports artistiques et sur un cinéma traversé par un air frais, vivifiant, dissident, décalé, peut-être. Un réservoir de sujets authentiques qui touchent de près la société tunisienne et l'individu s'offre généreusement aux curieux.
Une des idées qui se dégage d'une discussion à bâtons rompus apporte toutefois une nuance majeure à ce qui a été présenté comme postulat de base. En effet, les films du Sud parviennent de plus en plus à se placer, mais beaucoup moins que le cinéma latino-américain par exemple. En provenance de l'Argentine et du Brésil, les films se comptent par dizaines sur les plateformes internationales, fait remarquer Charles Tesson.
Image éculée
Jacques Fieshi n'est pas à la recherche, pour sa part, d'une formule ou d'une recette, mais d'un cinéma qui interpelle, plaît et étonne. En outre, les films du Sud, contrairement au passé, sont de plus en plus aboutis, finalisés, conformes à une « qualité internationale ». Ce qui expliquerait l'accueil plus ou moins positif qui leur est réservé ces dernières années.
Tarek Ben Chaâbane a fait valoir le décalage entre les niveaux de perception et d'accueil des films locaux ici à Tunis et à l'étranger. Les propositions cinématographiques qui font recette auprès du public tunisien ne sont pas forcément celles favorablement accueillies et parfois primées à l'étranger.
Il reste la question lancinante de savoir si l'apport des fonds étrangers ou d'un cinéaste imposé ou d'une quelconque aide à la production fausse-t-il les enjeux ? En privilégiant des thématiques plus que d'autres, en reprenant des clichés bien connus et en reproduisant une image stéréotypée qui plaît ailleurs, mais est forcément éculée ici ou mal perçue parce que approximative. A cette question éperdue qui interroge l'identitaire ; « Comment rester soi-même ? ». Pas de réponse franche et élaborée, ou alors elle a été amenée de manière très discrète, imperceptible au cours du débat.
Or, cette question même ne devra pas, in fine, être adressée aux partenaires d'outre-mer, mais davantage aux artistes locaux, cinéastes et producteurs. Comment effectivement rester soi-même, défendre son regard, sa propre approche tout en percevant des aides ? Après tout !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.