Tunisie – La présidence du gouvernement donne son accord pour que Ben Ali soit enterré en Tunisie si tel est le désir de sa famille    Tunisie – VIDEO : Le comité de défense de Belaïd et Brahmi accuse !    Le Tribunal administratif annonce avoir reçu 6 recours en Appel concernant les résultats préliminaires de l'élection présidentielle    Tunisie – VIDEO : Basma Khalfaoui et le collectif de défense de Bélaïd évacués du bureau du procureur de la République    UIB : Meilleure banque pour la qualité de son activité de services Titres    Abir Moussi en deuil après la mort de Ben Ali    Evènement du Compact with Africa : [email protected]    Projet d'aménagement de la place Barcelone par l'UE    Youssef Seddik : Ben Ali au début était un dictateur éclairé    Les réactions des célébrités après le décès de Ben Ali    Tunisie : Zine El Abidine Ben Ali n'est plus    Borhen Bssais s'exprime après le décès de Zine el-Abidine Ben Ali    Tunisie-Ligue 2 : Désignation des arbitres de la la 1ère journée    Opération anti-terroriste menée par Interpol en Tunisie    Journée Européenne des Langues 2019 en Tunisie le 25 septembre (Programme)    Naziha Abidid : Nous surveillions nos enfants quand le téléphone n'existait pas encore    Le candidat à la présidentielle Hatem Boulabiar dépose un recours au Tribunal administratif concernant les résultats de l'élection présidentielle    En vidéo : L'indifférence du procureur de la république met Khalfaoui en colère    La Tunisie réintègre le Top 10 africain des pays les plus attractifs pour l'investissement    Affaire Rusike : précision du Club Africain à propos de l'interdiction de recrutement    Ligue des champions – 1e journée : les résultats complets    JTC 2019 : Prolongation du délai de dépôt des candidatures au 25 septembre    Ligue 1 : un changement au programme de la troisième journée    Classement FIFA : la Tunisie conserve sa 29e place mondiale    La nouvelle Audi Q3 est désormais disponible en Tunisie    QUAND LE CIEL SE MIT A CRIER    Tunisie- Al Badil Attounsi : “Le résultat du premier tour de la présentielle reflète le refus des électeurs de l'ancien système”    Ligue 1 [Vidéo] : Le public sportif évalue le mercato d'été et les chances des clubs dans le championnat    Après la cuisante défaite de son candidat à la Présidentielle, Tahya Tounes se mobilise pour le 2ème tour et pour les législatives    Tunisie – Météo : Ciel nuageux avec quelques pluies sur le nord et le centre    Projection du film Tunisien “Fataria” dès le 25 septembre (B.A. & Synopsis)    Mise en service des deux nouveaux tunnels en face de l'Aéroport international de Tunis-Carthage    Ouverture des tunnels de l'aéroport de Tunis Carthage    Football : Programme TV de ce jeudi    Les revenus du Tourisme ont réalisé une augmentation de 46,3% jusqu'au 10 Septembre    Tunisie Telecom suggère à l'UIT d'initier des Etudes sur les Aspects Economiques de la 5G    Mise en garde du Ministère de l'agriculture contre les imminents changements climatiques attendus    « MBC5 – Cinq": La nouvelle chaîne satellitaire de divertissement familial exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Run In Carthage 2019, 5ème Edition dimanche 29 septembre    Aujourd'hui, le 37ème anniversaire du massacre de Sabra et Chatila    BOLBOL Un film de Khedija Lemkecher Avec : Fatma Ben Saidane – Fethi Akkari Chedly Arfaoui    En vidéo : MBC Cinq, la nouvelle chaîne dédiée aux pays du Maghreb    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    4 prix pour la Tunisie à la Mostra de Venise    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    Corée du Nord- Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Interview de Tarek Ben Chaâbane, enseignant, coscénariste et script-doctor : "Les cinéastes sont préoccupés par la prise de parole"
Notre dossier - Cinéma tunisien
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 06 - 2010

D'abord parlez-nous de votre parcours en tant qu'enseignant et formateur dans le domaine du scénario, puis de coscénariste et de scénariste ?
Je suis enseignant universitaire à l'Isamm (Institut supérieur des arts et multimédias). J'assure un cours d'introduction à la théorie générale du scénario où j'essaie d'inscrire les «techniques» spécifiques de l'écriture scénaristique dans la logique plus globale du récit. J'y anime aussi des ateliers d'écriture, mis à part les responsabilités en tant qu'encadreur de projets.
Je participe aussi régulièrement aux activités d'ateliers destinées aux jeunes cinéastes et organisés par le producteur et réalisateur Ibrahim Letaïef (deux sessions de "Dix courts, dix regards" et une session de "Dix courts, une Cause"…) et j'ai beaucoup travaillé avec l'équipe de "Sud Ecriture"(Dora Bouchoucha et Annie Djamal) où j'ai assisté entre autres Jacques Ackchoti.
En tant que coscénariste ou consultant (script-doctor), j'ai collaboré avec Moufida Tlatli (Les petites mains), Nawfel Saheb Etabaâ(El Kotbia), Mohamed Damak,(Jeudi après-midi), Ridha Behi (Brando&Brando), Mourad Ben Cheikh(Ali Raïs) et Mohamed Ali Okbi (Les jeunes loups)
Quelle formation avez-vous suivie pour cette spécialité ?
Il y a d'abord un désir de cinéma que j'ai acquis, comme les gens de ma génération, par le passage par la Ftcc (Fédération tunisienne des ciné-clubs). Passage, qui était quelque peu comme une nécessité de cursus. Ensuite, il y a mon intérêt pour «les histoires» d'où toutes mes recherches universitaires qui tournent autour de l'histoire sociale du récit entre modes de narration et modes de représentation. Le travail sur le tas, les stages, les ateliers d'écriture, les séminaires, m'ont également beaucoup appris.
Justement  faut-il suivre une formation pour être scénariste ou coécrire des scénarios ?
Comme je l'ai déjà expliqué, être assistant pendant quelques sessions de l'atelier "Sud Ecriture" m'a énormément appris…au-delà de ce que j'ai pu acquérir théoriquement en travaillant à l'université…
Dans mon cas, cette pratique a été déterminante…
L'apprentissage est nécessaire. Mais il faut qu'il y ait chez l'apprenant un désir fort qui va plus loin que la simple technicité…un désir qui va au-delà des prescriptions…on peut apprendre les techniques à l'école, ça sert beaucoup. Et c'est rassurant d'avoir quelqu'un qui puisse répondre aux interrogations tellement la forme scénario est riche et tellement les propositions normatives sont «subverties». Autrement dit, tant les règles de la dramaturgie classique sont remises en question. Mais il faut aussi savoir qu'intégrer ces réflexes «techniques» et avoir l'envie et la sensibilité nécessaires pour les traduire en «histoires» n'est pas non plus évident…
Si oui, comment expliquez-vous que la majorité des cinéastes qui ont une formation de réalisateur écrivent eux-mêmes leur propre scénario sans presque jamais recourir à des scénaristes ou à des scénaristes conseil ?
La «division du travail» n'est pas une nécessité artistique. Elle s'est instaurée et instituée dans un contexte historique, mais surtout économique particulier. Elle a produit des représentations du monde, ou disons que des formes narratives sont venues s'y articuler. C'est ce que nous appelons le cinéma hollywoodien classique, celui des studios et des scénaristes travaillant aux ordres de l'industrie, tenus de répondre à des normes de productivité. C'est l'époque de ce que William Faulkner appelle «les mines de sel».
Ce modèle a été identifié en France à une certaine «qualité française», le cinéma littéraire, contesté par la Nouvelle Vague dans la continuité de la brèche critique ouverte par Alexandre Astruc, etc.
Ici, on est un peu prisonnier d'une vision, mais de moins en moins, celle d'une personne autant préoccupée par la prise de parole que par la narration d'une histoire et il y a bien des raisons historiques pour cela : la construction nationale…
Le cinéaste a donc son point de vue sur les choses de la cité, sur le présent…on pense peut-être que l'apport d'une tierce personne peut déformer ou détourner le propos. Alors que l'apport peut être uniquement technique.
Pourquoi n'existe-t-il pas de spécialistes de l'écriture de scénario ou si peu, et pourquoi le métier de scénariste n'existe-t-il pas intrinsèquement sous nos cieux ?
Il y a eu des expériences de collaboration entre scénaristes et réalisateurs : Tijani Zalila qui continue à travailler avec Ridha Béhi, feu Mohamed Mahfoudh avec Mohamed Damak, Nouri Bouzid avec Moufida Tlatli et Férid Boughédir. Mais face à l'absence d'une production régulière, nous ne pouvons voir émerger un métier.
On ne peut pas obliger les gens à prendre des scénaristes ou des scénaristes conseil. D'autant plus que cette demande, dans le cas américain par exemple, émane généralement des producteurs…
En Tunisie les producteurs sont très souvent les cinéastes eux-mêmes…
En tant que coscénariste de plusieurs longs métrages, comment évaluez-vous les différentes expériences avec les réalisateurs avec lesquels vous avez travaillé?
Existe-t-il une véritable collaboration, acceptent-ils vos propositions ?
Ce sont de jolis voyages qui aboutissent parfois sur de très belles amitiés, et puis, il y a nécessairement collaboration parce qu'il y a une demande…
Pourquoi, selon vous, existe-t-il très peu d'adaptations de nouvelles et de romans d'ici ou d'ailleurs dans notre cinéma ?
Comme je l'ai dit plus haut, les cinéastes sont préoccupés par la prise de parole, du coup adapter une œuvre littéraire qui n'est pas la leur serait se mettre dans la peau d'un autre, porter la voix d'un autre. L'écriture du scénario devient comme une tentative de s'approprier sa propre voix…de peur qu'elle ne s'enlise dans d'autres…
Mais quand on voit la qualité de certains films et l'indigence de certains propos et discours, adapter c'est mieux, non ?
Il faudrait que le réalisateur tombe sur le livre pour lequel il a un coup de cœur et qu'il trouve aussi quelqu'un pour l'adapter. Il y a plusieurs livres que j'aurais aimé adapter : Fleur de cactus de Alia Tebaï, Degla fi arajinha de Béchir Khraïef et autres nouvelles de Hassouna Mosbahi, par exemple.
Critiques et publics s'accordent à dire que le talon d'Achille du cinéma tunisien est le scénario. Qu'en pensez-vous et comment expliquez-vous cette crise du scénario ?
Je ne sais pas s'il y a réellement une crise du scénario. Et, aspect technique mis à part, c'est quoi un bon scénario dans le contexte du cinéma tunisien aujourd'hui ? Un scénario poétique ou audacieux ou dysnarratif ou minimaliste et traitant de quels thèmes ? Il ne peut y avoir de programmatique…
Ce sera toujours du cas par cas…
Le public attend, en général, d'un bon scénario et d'un film quel que soit son genre, qu'il le raconte, le représente, l'interpelle, le touche, l'émeut, l'enrichit spirituellement et, si possible, le pousse à la réflexion...
Oui, je sais que dans des écoles américaines et françaises, on enseigne aux étudiants un cours intitulé : «La place du spectateur». C'est-à-dire comment dans la dramaturgie on pense la réaction du spectateur: qu'est-ce qu'il va comprendre dans telle scène ou telle autre ? Quelle interrogation va-t-il se poser à tel passage du film?, etc. Il s'agit-là, d'une configuration du cinéma de marché. Alors que notre cinéma n'y est pas astreint, on a plus de liberté et c'est une chance : vu qu'il est subventionné, on ne pense pas au public. Et on peut, donc, essayer des choses au niveau de la création.
En France, par exemple, il existe aussi bien le film d'auteur subventionné que le film commercial qui, lui, cherche l'efficacité du marché. Chez nous, il faut trouver un équilibre entre les deux, l'important étant de communiquer intelligemment avec le public.
Dans les années 70, 80 et 90, notre cinéma se distinguait par de bons films aux  scénarios simples, clairs, denses coulant de source et les exemples sont légion : Sejnane, Traversée, La trace, Les silences du palais, etc, pourtant écrits par des cinéastes ayant une formation de réalisateur. Or, l'on remarque actuellement, en général, une régression quant à la qualité des films, donc partant des scénarios, comment l'expliquez-vous ?
Je ne crois pas que les auteurs de ces œuvres qui ont marqué l'histoire du cinéma tunisien aient soudainement désappris à écrire. Ils ont continué à faire de bons films …c'est la conjoncture qui est différente, avec les nouvelles formes et possibilités de visionnage, avec la demande du public qui évolue et avec l'offre télévisuelle en fiction qui a aussi beaucoup évolué en Tunisie, du moins qualitativement…les films font moins discussion…et la canonisation se fait toujours a posteriori…
Je ne crois pas que Sejnane, qui est une œuvre admirable, ait attiré la foule à sa sortie…il n'est d'ailleurs, je crois, jamais sorti en salle…et voilà qu'on en parle aujourd'hui, et fort justement, comme d'un film majeur…
Est-ce que le cinéma est obligé de suivre systématiquement le public ? Je ne le pense pas…
Quant à la question de la régression, c'est votre jugement personnel. Pour ma part, il y a de nombreux films — longs et courts métrages — produits lors de cette dernière décennie, que j'aime beaucoup, que je trouve riches, audacieux (La dictée de Ibrahim Letaïef, No man's love de Nidhal Chatta, Kahloucha de Néjib Belkadhi, etc.) et dont certains sont passés malheureusement inaperçus…
Enfin avec la spécialisation rampante dans tous les domaines, faut-il désormais  qu'un cinéaste ait aussi une formation de scénariste pour réussir un film ?
Un cinéaste n'est pas obligé d'être un scénariste. A la télé, cette formule de séparation entre les deux postes fonctionne plutôt bien. Le cinéaste peut proposer à un scénariste une idée originale ou un synopsis que ce dernier développe… Il suffit qu'il y ait des affinités artistiques entre les deux.
Pour conclure, former des scénaristes et développer le métier est-il, selon vous, nécessaire ?
Former un petit nombre de scénaristes serait très intéressant et efficace, car la télé, la pub, le théâtre et le cinéma ont besoin de scénaristes. Je sais que la demande existe, car j'ai commencé à faire ce métier suite à la requête de plusieurs réalisateurs. L'expérience se passe bien, ils sont contents et j'apprends beaucoup avec eux, car ils ont des réflexes que je n'ai pas, en prévision du casting, du montage (et autres) par exemple.
J'aime bien ce métier et j'estime que l'exercer est une véritable chance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.