Gafsa : Maîtrise de l'incendie déclenché près de la laverie d'Om Larayes    Ridha Tlili: La Tunisie a-t-elle enterré le Panafricanisme?    Libye : Les renseignements turcs lancent la traque de Seif el islam Kadhafi    Tunisie – Kairouan : Aggravation du bilan de l'intoxication collective au méthanol    Participez au vote et choisissez le « Meilleur public au monde » : l'EST fait partie des équipes sélectionnées de #TheBestSupporters    Palestine : aux origines étaient les Philistins    Kef-Covid19 : Evasion de 4 migrants irréguliers du centre d'isolement sanitaire    Saadeddine Zmerli : La Ligue Tunisienne pour la Défense des droits de l'Homme (LTDH) a 50 ans    1931 nouveaux cas et 12 décès en Arabie Saoudite    Ce que l'on sait de la rencontre entre Saïed et Fakhfakh    L'IBM Digital Plateform accessible aux bénéficiaires de l'ANETI sur le site ANETI Tkawen    Tunisie-Espagne: Examen des préparatifs pour la reprise de l'activité touristique dans les deux pays    Coronavirus – Algérie : Le bilan grimpe à 617 décès    Confinement: baisse de 40% de la pollution atmosphérique dans la plupart des régions    L'UNESCO rend hommage à Albert Memmi    Tunisie – Le ministre des domaines de l'Etat renaît de ses cendres…    Soyez lauréats du Growth Stage Impact Ventures au Sommet Finance de Genève : l'appel du PNUD    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 26 mai à 11H00    Tunisie: Des signataires d'un document interne appellent à une alternance de dirigeants au sein du Mouvement Ennahdha    Le transport irrégulier autorisé à assurer le retour des élèves et personnels éducatifs aprés le refus des louagistes    Monji Ben Raies: Une seule planète, un seul peuple, nous avons un avenir commun et nous survivrons    Le spot publicitaire “Jena l'Aïd avec Judy” des années 80 de retour à la Télé (vidéo)    Le film Dachra de Abdelhamid Bouchnak sur la plateforme Netflix dès le 6 juin    Abdelfattah Mourou jette l'éponge    « Far7et El Aïd » avec Tunisie Telecom : 3 voitures Wallys Car, 116 mille DT et des cadeaux pour 32 gagnants    Bassin minier : Et ça chauffe…    L'Arabie saoudite désormais le 15ème foyer du Covid-19 dans le monde    Tunisie – Bac 2020 : reprise des cours dès le 28 mai sous certaines conditions    Tunisie [Vidéo]: En direct , animation au centre-ville de Sfax après la reprise des cafés    Jourchi : le discours de Saied n'est pas protocolaire    Basket : l'Euroleague annulée    Serie A : Ibrahimovic (AC Milan) gravement blessé    Borussia Dortmund – Bayern Munich : sur quelle chaîne voir le match ?    Football – Coronavirus : Le Barça vend ses masques à 18 euros la pièce    Club Africain : Mokhtar Belkhiter résilie son contrat    Tunisie – Météo : Températures en légère baisse    Hédi Bouraoui - Albert Memmi : un fondateur d'une francophonie plurielle    VIDEO : Korchide explique la gravité de la prise de la base militaire d'Al Watya par les turcs sur la sécurité nationale tunisienne    Les pays africains invités à bâtir des économies plus résilientes à travers l'intégration    25 Mai, Journée Internationale de l'Afrique: Achref Chargui et Samia Orosemane ce soir au WAN Music Show    Samir Marzouki - Mort d'Albert Memmi, le Tunisien tourmenté    Arabie Saoudite: 2399 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures    Covid-19: 193 nouveaux cas et 8 décès en Algérie    Albert Memmi est décédé : la Tunisie perd en lui l'un de ses illustres écrivains    Un mur d'acier contre les Palestiniens    Tunisie – VIDEO : Imed Ben Halima appelle à assigner Rached Ghanouchi à la résidence surveillée    L'Alecso publie une version en ligne du "Dictionnaire Terminologique Covid-19"    Tribune | Art, culture et loisirs, le malentendu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et la soirée fut un succès
Hiba Tawaji et Oussama Rahbani
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 08 - 2018

Hiba a chanté et dansé, rempli la scène par ses va-et-vient incessants. Elle demande au public de chanter, il chante, de danser, il danse, de se mettre debout, d'allumer les téléphones. Femmes et hommes étaient sous le charme.
Le Théâtre antique ouvre sa scène soir après soir au fil de cet été chaud. Dimanche 29 juillet est venu le tour de Hiba Tawaji et Oussama Rahbani de se produire à Carthage, face à un public qui s'est déplacé massivement pour faire honneur au tandem Hiba et Oussama.
Inutile de faire durer le suspense, c'est une réussite. S'il est encore tôt de dresser le bilan de la programmation du festival dans son ensemble, le spectacle expédié du pays du cèdre sera, sans nul doute, un des succès de l'édition 2018.
De 22h00 à minuit, deux heures pleines de musique et de chant servis par une scénographie réactive. Projection de vidéos et lumière dansante ont ajouté au concert son aspect show.
Oussama Rahbani, le neveu par rapport au clan des Rahabna, était au piano au centre d'une troupe de guitaristes, d'organistes, de trompettistes, d'un percussionniste et d'un batteur. Des instruments qui annoncent le genre de musique qu'on allait servir. Un brassage Orient-Occident moulé dans le plus bel emballage rythmique et une voie ouverte à toutes les combinaisons.
Carrière à l'international
Suite à la composition instrumentale d'ouverture, un pur moment de musique fortement applaudi, apparaît soudain Hiba Tawaji. Une Vénus vêtue de blanc, pour mettre en émoi les gradins de Carthage. Grande et belle, une forte présence scénique et, plus que tout, une voix. Méthodique, avant chaque air, elle donne un bref aperçu sur son parcours ou présente le cycle de vie d'une mélodie. On la connaît déjà.
Et elle se lance, une chanson après l'autre, «El helm», «Khalass», pour offrir ensuite un générique du feuilleton ramadanesque connu du public qui battait la mesure et chantait avec elle. Un souffle tarabi ou moderne associé à un rythme contemporain se déployant au-delà des clivages traverse la musique et le théâtre de part en part.
Hiba, une soprano sous l'apparence d'une Vénus, s'avère être en réalité une Esméralda. Après avoir participé à The voice 4, en France, c'est elle désormais qui joue le rôle de la belle Gitane dans la célèbre comédie musicale «Notre Dame de Paris», prochainement en tournée au Canada. La carrière à l'international est donc confirmée.
Hiba chante en arabe et en français. Elle nous offre un classique de la chanson française, «Mon amie la rose» de Françoise Hardy. Sa voix s'élance puissante dans le ciel. Le public est émerveillé. Un moment mélancolique servi par un timbre et un souffle qui imposent le silence et invitent à l'écoute.
Une fresque musicale
Oussama, les yeux rivés sur la troupe, parfois sur Hiba, les mains sur son piano, dirigeait tout le monde avec discrétion. Ce pygmalion qui a toujours loué les qualités de la jeune chanteuse, son sérieux et sa culture, et qui, dit-on, l'a aimée pour un temps, a toujours précisé qu'il n'y a aucune comparaison possible avec la diva de tous les temps, Fairouz. A ce détail près, Hiba est une grande artiste qui s'imposera. L'histoire lui a donné raison.
Dimanche soir, Hiba a chanté et dansé, rempli la scène par ses va-et-vient incessants. Elle demande au public de chanter, il chante, de danser, il danse, de se mettre debout, d'allumer les téléphones. Femmes et hommes étaient sous le charme.
Le programme de la soirée était panaché, tango et «dabka» s'y sont invités ainsi que des reprises emblématiques de Fairouz. On n'a pas manqué de faire honneur au pays hôte, en reprenant en chœur «Ah ya Khlila» et «Sidi Mansour». Une chanson tirée de Notre Dame de Paris, «Vivre», a été merveilleusement interprétée. Une véritable fresque musicale.
La plupart des chansons sont composées par Oussama et écrites par un autre Rahbani, Ghadi, le frère d'Oussama. Mais encore. Hiba a eu l'opportunité et l'immense honneur de chanter à ses débuts, voila dix ans, déjà, un poème «La bidaya la nihaya», signé par le défunt Mansour Rahbani, le père des deux, poète et compositeur, qu'on entrevoyait dans une vidéo projetée sur l'écran.
Au commencement de tout, ce sont les deux frères Assy et Mansour qui ont fondé ce qu'on appelle l'école des Rahabna qui fait désormais partie de l'identité libanaise, pas seulement musicale. Donc autant le dire de suite, Hiba a eu une chance inouïe et le mérite aussi d'être adoptée par les Rahabna, du moins par l'une des deux lignées. Puisque d'évidence, il ne suffit pas d'une voix pour construire une carrière. Elle a eu le loisir de le montrer avec ce premier concert donné à Carthage. Beaucoup de gens connaissent Hiba et Oussama, d'autres pas du tout ou vaguement, mais tous à la fin semblaient conquis par le niveau et la qualité du spectacle présenté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.