Tunisie – Démission du maire de La Marsa    TELNET s'implante en RUSSIE : Ouverture d'une succursale du groupe tunisien à Moscou et Mohamed Frikha rencontre le Premier ministre russe Dimitry Medvedev    Ligue 1 : Programme TV de la cinquième journée    Coupe arabe : Le 3 novembre, l'EST joue son match contre l'Olympique de Safi    Communiqué de presse : Signature accord TOPNET-UGTT    Tunisie-Ligue 2 : Programme de la quatrième journée    Jumelage entre le Colisée de Rome et l'Amphithéâtre d'El Jem    Clarification de l'ARP autour d'une affaire de suspicion d'escroquerie dévoilée dans الحقائق الأربع sur Al Hiwar Ettounsi impliquant l'un de ses agents    Ciné-Théâtre Le Rio à Tunis entame une nouvelle saison culturelle et lance Le Rio Studio    ‘'Echaab'' propose ‘' le gouvernement du président''    Incendie de la coupole d'El Menzah, les détails de l'Intérieur    Habib Essid quittera son poste de Conseiller au Palais de Carthage le 1er Novembre    Zied Ladhari: Je ne suis pas encore chef du gouvernement    Tunisie – Tourisme : Un million 700 mille Tunisiens ont visité l'Algérie en 2019    L'écran LG 27GL850 pour gamers : immersion avec de vraies couleurs    U-Impact : Unies pour une Tunisie meilleure    Rached Ghannouchi rencontre le Président turc Recep Tayyip Erdoğan à Istanbul lors du Forum mondial TRT    Ballon d'Or 2019 : Le Croate Luka Modric et le Brésilien Neymar grands absents de la liste des 30 finalistes    Un médecin tunisien fait don de trois ambulances à l'hôpital de Tozeur    Vidéo, Younssi : J'ai perdu mes biens à cause du CAB    Ligue des Champions (3è Journée): programme TV des matches du mardi    Vidéo, Saidani : J'ai perdu mes biens à cause du CAB    Ligue 1 : le match CAB-CSS fixé à sa date initiale    Mission Visite au Salon BATIMAT 2019 du 03 au 08 Novembre 2019 à Paris    Ghazi Chaouachi : pas d'accord pour me confier la présidence de l'ARP    Démarrage du projet d'inclusion économique des jeunes "Moubadiroun" dans 7 gouvernorats    Les psychotropes de la Tunisie inquiètent les Algériens    Conférence de presse du FTDES : La justice environnementale, un combat continu    Retour sur les récentes tentatives de saisies d'avions à Djerba    Etoile du Sahel : la démission de Ridha Charfeddine rejetée    Tunisie- Anis Jarboui “Les documents des élections ne sont plus à la coupole d'El Menzah”    Tunisie- Riadh Mouakher déclare son patrimoine    Anis Jarboui (ISIE) : Tous les documents des opérations électorales sont sous la garde de l'Armée nationale, dans un autre lieu sûr    Tunisie – Météo : Températures en hausse dans le Sud-Ouest    Numeryx : Le signal fort et “SMART”    Interview de Vladimir Poutine à l'occasion du sommet Russie- Afrique    Au Liban, le premier ministre Hariri prêt à la tenue d'élections anticipées    Quand France Tv se pose la question sur l'avenir de l'édition et de la langue française ?    JMC 2019 : Palmarès de la 6ème édition    Sfax, une autre étape du Festival National du Théâtre Tunisien    En vidéo : L'Ile Maurice en 48 heures vue par un tunisien    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    La rayonnante Randa Driss s'éteint    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et la soirée fut un succès
Hiba Tawaji et Oussama Rahbani
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 08 - 2018

Hiba a chanté et dansé, rempli la scène par ses va-et-vient incessants. Elle demande au public de chanter, il chante, de danser, il danse, de se mettre debout, d'allumer les téléphones. Femmes et hommes étaient sous le charme.
Le Théâtre antique ouvre sa scène soir après soir au fil de cet été chaud. Dimanche 29 juillet est venu le tour de Hiba Tawaji et Oussama Rahbani de se produire à Carthage, face à un public qui s'est déplacé massivement pour faire honneur au tandem Hiba et Oussama.
Inutile de faire durer le suspense, c'est une réussite. S'il est encore tôt de dresser le bilan de la programmation du festival dans son ensemble, le spectacle expédié du pays du cèdre sera, sans nul doute, un des succès de l'édition 2018.
De 22h00 à minuit, deux heures pleines de musique et de chant servis par une scénographie réactive. Projection de vidéos et lumière dansante ont ajouté au concert son aspect show.
Oussama Rahbani, le neveu par rapport au clan des Rahabna, était au piano au centre d'une troupe de guitaristes, d'organistes, de trompettistes, d'un percussionniste et d'un batteur. Des instruments qui annoncent le genre de musique qu'on allait servir. Un brassage Orient-Occident moulé dans le plus bel emballage rythmique et une voie ouverte à toutes les combinaisons.
Carrière à l'international
Suite à la composition instrumentale d'ouverture, un pur moment de musique fortement applaudi, apparaît soudain Hiba Tawaji. Une Vénus vêtue de blanc, pour mettre en émoi les gradins de Carthage. Grande et belle, une forte présence scénique et, plus que tout, une voix. Méthodique, avant chaque air, elle donne un bref aperçu sur son parcours ou présente le cycle de vie d'une mélodie. On la connaît déjà.
Et elle se lance, une chanson après l'autre, «El helm», «Khalass», pour offrir ensuite un générique du feuilleton ramadanesque connu du public qui battait la mesure et chantait avec elle. Un souffle tarabi ou moderne associé à un rythme contemporain se déployant au-delà des clivages traverse la musique et le théâtre de part en part.
Hiba, une soprano sous l'apparence d'une Vénus, s'avère être en réalité une Esméralda. Après avoir participé à The voice 4, en France, c'est elle désormais qui joue le rôle de la belle Gitane dans la célèbre comédie musicale «Notre Dame de Paris», prochainement en tournée au Canada. La carrière à l'international est donc confirmée.
Hiba chante en arabe et en français. Elle nous offre un classique de la chanson française, «Mon amie la rose» de Françoise Hardy. Sa voix s'élance puissante dans le ciel. Le public est émerveillé. Un moment mélancolique servi par un timbre et un souffle qui imposent le silence et invitent à l'écoute.
Une fresque musicale
Oussama, les yeux rivés sur la troupe, parfois sur Hiba, les mains sur son piano, dirigeait tout le monde avec discrétion. Ce pygmalion qui a toujours loué les qualités de la jeune chanteuse, son sérieux et sa culture, et qui, dit-on, l'a aimée pour un temps, a toujours précisé qu'il n'y a aucune comparaison possible avec la diva de tous les temps, Fairouz. A ce détail près, Hiba est une grande artiste qui s'imposera. L'histoire lui a donné raison.
Dimanche soir, Hiba a chanté et dansé, rempli la scène par ses va-et-vient incessants. Elle demande au public de chanter, il chante, de danser, il danse, de se mettre debout, d'allumer les téléphones. Femmes et hommes étaient sous le charme.
Le programme de la soirée était panaché, tango et «dabka» s'y sont invités ainsi que des reprises emblématiques de Fairouz. On n'a pas manqué de faire honneur au pays hôte, en reprenant en chœur «Ah ya Khlila» et «Sidi Mansour». Une chanson tirée de Notre Dame de Paris, «Vivre», a été merveilleusement interprétée. Une véritable fresque musicale.
La plupart des chansons sont composées par Oussama et écrites par un autre Rahbani, Ghadi, le frère d'Oussama. Mais encore. Hiba a eu l'opportunité et l'immense honneur de chanter à ses débuts, voila dix ans, déjà, un poème «La bidaya la nihaya», signé par le défunt Mansour Rahbani, le père des deux, poète et compositeur, qu'on entrevoyait dans une vidéo projetée sur l'écran.
Au commencement de tout, ce sont les deux frères Assy et Mansour qui ont fondé ce qu'on appelle l'école des Rahabna qui fait désormais partie de l'identité libanaise, pas seulement musicale. Donc autant le dire de suite, Hiba a eu une chance inouïe et le mérite aussi d'être adoptée par les Rahabna, du moins par l'une des deux lignées. Puisque d'évidence, il ne suffit pas d'une voix pour construire une carrière. Elle a eu le loisir de le montrer avec ce premier concert donné à Carthage. Beaucoup de gens connaissent Hiba et Oussama, d'autres pas du tout ou vaguement, mais tous à la fin semblaient conquis par le niveau et la qualité du spectacle présenté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.