Contenu du communiqué publié ce mardi par le Président du parti Qalb Tounes    Tunisie – Kais Saïed déclaré officiellement président de la République demain jeudi    Nabil Karoui reçu par Noureddine Taboubi, Secrétaire général de l'UGTT    Le roi du Maroc gracie Hajar Raissouni    138 millions d'euros accordés par la BAD à la STEG    Sir Roger Moore, acteur de James Bond, décède à 89 ans    L'ETAP et l'EPPM signent un contrat pour la réalisation d'une usine tunisienne de traitement et de conversion du gaz naturel à Tataouine    Coupe arabe des clubs : un corps arbitral tunisien pour un match en huitièmes de finale    Inauguration du Centre d'Arts dramatiques et Scéniques de Bizerte    Match Amical : le Club Africain bat le Stade Tunisien 2-0    Mehdi Houas annonce un grand partenariat au Royaume-Uni    JCC 2019: Présentation des documentaires tunisiens en compétition officielle    La Tunisie adhère à la Convention de Lanzarote    Colloque «LES ARTS PLASTIQUES EN TUNISIE : Parcours de générations et Enjeux esthétique et culturels»    Blocage des trains du TGM ce matin au niveau de la station de Radés    CAN U23 : deux arbitres représenteront la Tunisie    Euro 2020 : les pays qualifiés jusqu'ici    4 millions dinars d'or et du matériel technologique saisis à Tatouine    Marathon Nourane pour courir contre le cancer dimanche 20 octobre à Tunis    Tunis fête les 100 ans du Bauhaus    Retour sur un exploit : Le DUO tunisien Skander Mansouri et Aziz Dougaz, remporte l'Open du Nigeria de tennis    Tunisie-Ligue 1: programme des matchs amicaux de ce mercredi    Tunisia Digital Awards: Best Web Site    Les USA sont impatients de travailler avec Kaïs Saïed, selon Mike Pompeo    Wafa Harbaoui: Une virtuose de la guitare…Une voix mélodieuse et poétique déchirée entre deux cultures !    Une réunion autour du dossier financier du Club Africain    On assiste à un bal masqué au nom de Kais Saied, affirme Borhen Bssais    L'Algérie tend la main pour un nouveau partenariat économique avec la Tunisie    Le délai de passation du pouvoir entre Ennaceur et Saied    Des manifestants bloquent la circulation des trains au niveau de Rades    Les Nations-Unis félicitent le Peuple Tunisien pour la réussite des élections présidentielles    Tunisie- René Trabelsi félicite Kais Saïed pour sa victoire    Tunisie – Météo mercredi 16 octobre : L'alerte aux orages maintenue    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    Le Liban ravagé par une série d'incendies    Une délégation américaine rend visite au Groupe TELNET et prend connaissance du projet du premier satellite tunisien Challenge 1    Rencontres Internationales du film Anti-Corruption: 2ème édition du 17 au 20 Octobre 2019    Tunisie – Présidentielle : Biographie de Kais Saied, nouveau Président de la République Tunisienne    La Tunisienne Ons Jabeur gagne 8 places au classement WTA et se hisse à la 53e position    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    Tunisie Présidentielle 2019 : Débat télévisé vendredi 11 octobre entre Kaïs Saïed et Nabil Karoui    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    Tunisie : Fermeture de la route menant de Menzeh 9 et Manar vers Tunis    Tunisie : les derniers chiffres du commerce extérieur    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Divergences entre islamologues et islamistes
L'Ijtihad dans la législation islamique en matière d'héritage
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 09 - 2018

L'interprétation de la chose religieuse fait appel à des oulémas et des spécialistes confirmés dans le domaine. Il revient à l'institution de la « Zitouna » de jouer son rôle, elle est habilitée à trancher dans pareilles questions.
Au-delà de son caractère socio-religieux délicat, l'égalité successorale provoque toujours un débat dans la marmite du diable. Depuis la sortie, en juin dernier, du rapport de la Colibe, faisant suite à une initiative présidentielle annoncée le 13 août 2017, lors de la fête nationale de la Femme, les pistes de réflexion sur la question ne semblent pas aussi convaincantes, voire controversées. Jeudi dernier, à Tunis, la conférence qu'avait organisée le Centre d'études sur l'islam et la démocratie (Csid) sur « l'Ijtihad dans la législation islamique en matière d'héritage » vient donner du grain à moudre, sans pour autant s'affranchir des préjugés qui prêtent à moult interprétations.
Dans son mot de bienvenue, le président du Csid, M. Radhouane Masmoudi a relevé que depuis le discours solennel de Béji Caïd Essebsi, prononcé l'année dernière à l'occasion de la fête de la Femme, l'égalité successorale n'a pas cessé de défrayer la chronique et faire couler de l'encre. Aujourd'hui, ce sujet a rebondi et a même pris une nouvelle tournure. Le rapport de la Commission des libertés individuelles et de l'égalité (Colibe) a fini par susciter de larges divergences, et un tollé général. Dès lors, deux camps diamétralement opposés se voient ainsi lancés dans une guerre de critiques acerbes : l'un considère que la Tunisie est un Etat civil n'ayant aucun rapport avec le religieux, et profondément attaché aux références universelles des droits de l'Homme. L'autre défend son caractère religieux et l'identité musulmane de son peuple, ainsi que ses lois et législations devant être conformes à l'islam. Ce même camp, ajoute-t-il, soutient la thèse selon laquelle la famille est la colonne vertébrale de la société, soit tout changement mal à propos risque de la déstabiliser. Et là, avant de donner la parole à ses invités, M. Masmoudi a commencé par leur poser des questions directrices qui remettent le sujet au centre du débat: Quel rôle de l'Ijtihad dans la révision de l'héritage ? Aussi, est-il en mesure de fournir une nouvelle lecture adaptée à ce contexte évolué? Comment garantir davantage d'égalité et de stabilité sociale ? Est-il possible de développer le système du testament dans l'objectif de parvenir à des solutions appropriées ?
L'héritage, ça se discute ?
L'islamologue Hmida Ennaifer, président de la Ligue tunisienne de la culture et du pluralisme, ne voit aucune raison d'aborder aujourd'hui cette question, d'autant plus que la redistribution du patrimoine successoral ne pose guère une nécessité sociale. Selon lui, tout recours arbitraire à l'exégèse en ce qui concerne le texte religieux est préjudiciable et à la stabilité familiale et à la paix sociale. Autant dire, on ne peut pas exercer l'Ijtihad sur des textes catégoriques. «Il n'est absolument pas indispensable d'interpréter autrement l'héritage, d'autant plus que ce legs ne peut se comprendre hors de son contexte religieux, dans la mesure où égalité et justice vont de pair », explique-t-il. Et d'ajouter que l‘Ijtihad, comme un outil de jurisprudence islamique, n'est pas donné à tout le monde. « Refusant de recourir au référendum, Béji Caid Essebsi se pose en tuteur sur le peuple tunisien. Son initiative a été prise à des fins politico-politiciennes», lance-t-il. L'interprétation de la chose religieuse fait forcément appel à des oulémas et spécialistes bien confirmés dans le domaine. Il revient, dans ce cas, à l'institution de la « Zitouna » de jouer son rôle, c'est elle qui est habilitée à trancher dans pareilles questions.
Il y a toujours un « oui, mais.. »
Membre de la Colibe, M. Slahedine Jourchi avait, bien évidemment, un point de vue tout à fait contraire. « Pourquoi ceux qui se montrent réfractaires à la révision de l'héritage ne le sont pas au sujet de la prostitution à titre d'exemple, alors qu'il y a des versets catégoriques interdisant les relations sexuelles illégales ». Pourquoi ce qui s'applique ici ne s'applique pas ailleurs ? se demande-t-il. Pour lui, il est temps de redéfinir la relation dialectique entre le réel et le religieux. De toute façon, relève-t-il, il revient au parlement de statuer sur cette question, étant donné son rôle purement législatif, mais aussi de par le contexte démocratique dans lequel il exerce son pouvoir. A la seule condition qu'il ne soit pas contradictoire avec nos références islamiques. Il s'est dit pour le recours au référendum. Le nahdhaoui Mohamed Goumani, penseur en islam, considère légitime l'égalité successorale entre hommes et femmes. Mais, le problème réside, selon lui, dans la manière de l'aborder et de l'appliquer. Il croit que la Colibe fait fausse route en modifiant l'angle du débat. Du reste, il n'existe pas, déduit-il, un texte catégorique.
Quant à M. Mohamed Chétoui, expert en matière de dialogue des civilisations et religions comparées, il a commencé par se poser une question cruciale: Révision de l'héritage, pourquoi maintenant ? Quelles significations peut-on en tirer ? « Qu'il s'agisse de l'initiative du président de la République ou de la Colibe, la tendance à la réforme n'est pas religieuse, elle revêt une vocation d'ordre aussi bien politique qu'idéologique », juge-t-il. Il va jusqu'à les accuser d'être soumis à des instructions étrangères. De son avis, le parlement, c'est bien lui qui légifère, mais il devrait, dans le cas d'espèce, faire appel à des interprètes reconnus pour venir à bout de la question. Reste à dire qu'au sujet de la religion, il y a souvent hésitation sans précision, de crainte de ne pas être catégorique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.