Contenu du communiqué publié ce mardi par le Président du parti Qalb Tounes    Tunisie – Kais Saïed déclaré officiellement président de la République demain jeudi    Nabil Karoui reçu par Noureddine Taboubi, Secrétaire général de l'UGTT    Le roi du Maroc gracie Hajar Raissouni    138 millions d'euros accordés par la BAD à la STEG    Sir Roger Moore, acteur de James Bond, décède à 89 ans    L'ETAP et l'EPPM signent un contrat pour la réalisation d'une usine tunisienne de traitement et de conversion du gaz naturel à Tataouine    Coupe arabe des clubs : un corps arbitral tunisien pour un match en huitièmes de finale    Inauguration du Centre d'Arts dramatiques et Scéniques de Bizerte    Match Amical : le Club Africain bat le Stade Tunisien 2-0    Mehdi Houas annonce un grand partenariat au Royaume-Uni    JCC 2019: Présentation des documentaires tunisiens en compétition officielle    La Tunisie adhère à la Convention de Lanzarote    Colloque «LES ARTS PLASTIQUES EN TUNISIE : Parcours de générations et Enjeux esthétique et culturels»    Blocage des trains du TGM ce matin au niveau de la station de Radés    CAN U23 : deux arbitres représenteront la Tunisie    Euro 2020 : les pays qualifiés jusqu'ici    4 millions dinars d'or et du matériel technologique saisis à Tatouine    Marathon Nourane pour courir contre le cancer dimanche 20 octobre à Tunis    Tunis fête les 100 ans du Bauhaus    Retour sur un exploit : Le DUO tunisien Skander Mansouri et Aziz Dougaz, remporte l'Open du Nigeria de tennis    Tunisie-Ligue 1: programme des matchs amicaux de ce mercredi    Tunisia Digital Awards: Best Web Site    Les USA sont impatients de travailler avec Kaïs Saïed, selon Mike Pompeo    Wafa Harbaoui: Une virtuose de la guitare…Une voix mélodieuse et poétique déchirée entre deux cultures !    Une réunion autour du dossier financier du Club Africain    On assiste à un bal masqué au nom de Kais Saied, affirme Borhen Bssais    L'Algérie tend la main pour un nouveau partenariat économique avec la Tunisie    Le délai de passation du pouvoir entre Ennaceur et Saied    Des manifestants bloquent la circulation des trains au niveau de Rades    Les Nations-Unis félicitent le Peuple Tunisien pour la réussite des élections présidentielles    Tunisie- René Trabelsi félicite Kais Saïed pour sa victoire    Tunisie – Météo mercredi 16 octobre : L'alerte aux orages maintenue    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    Le Liban ravagé par une série d'incendies    Une délégation américaine rend visite au Groupe TELNET et prend connaissance du projet du premier satellite tunisien Challenge 1    Rencontres Internationales du film Anti-Corruption: 2ème édition du 17 au 20 Octobre 2019    Tunisie – Présidentielle : Biographie de Kais Saied, nouveau Président de la République Tunisienne    La Tunisienne Ons Jabeur gagne 8 places au classement WTA et se hisse à la 53e position    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    Tunisie Présidentielle 2019 : Débat télévisé vendredi 11 octobre entre Kaïs Saïed et Nabil Karoui    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    Tunisie : Fermeture de la route menant de Menzeh 9 et Manar vers Tunis    Tunisie : les derniers chiffres du commerce extérieur    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'émotion prend le dessus
Viols de mineurs et reprise du débat sur la peine de mort
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 09 - 2018

Plusieurs cas de viol de mineurs et de personnes âgées ont été signalés récemment dans différentes régions du pays, suscitant désarroi et condamnation. Ainsi, comme à l'issue de chaque polémique qui mêle émotions et colère, des appels à l'application de la peine capitale contre les violeurs se multiplient
En l'espace d'une semaine, plusieurs cas de viol de mineurs et de personnes âgées ont été signalés en Tunisie massivement relayés par les médias et les réseaux sociaux, ils ont créé une grande polémique suscitant désarroi et colère, au point que certains ont appelé à l'application immédiate de la peine capitale contre les violeurs.
Un présumé cas de viol signalé à Goubellat, dans le gouvernorat de Béja, où une mineure aurait été agressée sexuellement par cinq individus durant plusieurs jours, a, en effet, déclenché cette vague de dénonciation. Les Tunisiens ont sévèrement condamné ces actes criminels qui ne cessent de se multiplier ces dernières années.
Ces crimes, si atroces, qui ont secoué tout le pays, ont rouvert le débat, de nouveau, concernant les châtiments qu'il faut réserver aux violeurs d'enfants. Si les réactions restent mitigées, de nombreuses personnes ont appelé à l'application de la peine de mort contre ces criminels et à la levée du moratoire.
Sur les réseaux sociaux, espaces où on peut sonder l'opinion publique, le réquisitoire populaire est sans appel: ce ne sera pas moins que la peine capitale, pour alléger la souffrance des victimes, estiment de nombreux internautes.
Des écrivains et intellectuels adhèrent également au verdict, certains d'entre eux appellent même à torturer en public ces violeurs d'enfants et à les castrer. «Je suis contre la peine de mort. Contre la peine de mort pour les violeurs de la jeune fille de Goubellat. Je suis pour qu'on les torture publiquement», s'est exprimée l'écrivaine Olfa Ben Youssef, même si le flou sur cette affaire persiste toujours, d'autant plus que le dernier rapport du médecin légiste ne confirme par l'acte de viol.
Peine de mort, castration et droits humains
Faisant toujours usage des réseaux sociaux, d'autres personnes proposent la castration chimique comme châtiment adéquat. "Une proposition pénale: le crime de viol doit être puni par la castration», suggère, pour sa part, Emna Rmili, universitaire et écrivaine, un avis également partagé par le journaliste Zied El-Heni.
Pour Imene, journaliste, une sentence de mort serait la peine la plus adéquate pour éviter des risques de récidive, «d'autant plus que la pédophilie constitue un crime atroce contre des enfants innocents», rappelle Imen.
Idem pour Hédia, retraitée, qui considère que la peine capitale permettra à la société de «se débarrasser» de personnes qui n'ont rien à partager avec l'humanité. «Je suis consciente que l'emprisonnement de ces criminels ne servirait à rien, ce sont des charges supplémentaires pour nos établissements pénitentiaires, il faut mettre fin à leurs jours, car ils ont tué l'enfance », estime-t-elle.
Se voulant plus neutres et plus nuancés, d'autres préfèrent rappeler que la peine de mort n'a jamais réduit le taux de criminalité. Pour Alaa, jeune avocat, «le droit à la vie est inhérent à la personne humaine, aucune autorité ne saurait décider de la mort d'un être humain». Il est vrai qu'il s'agit d'un crime contre l'enfance mais il est possible de tenir les délinquants les plus dangereux à l'écart de la société sans les exécuter», a-t-il considéré.
Notons-le, il ne s'agit pas de la première fois que l'opinion publique tunisienne s'agite sous le choc d'un crime de viol, et particulièrement contre des enfants, remettant à l'ordre du jour la question de la peine capitale.
Le viol suivi du meurtre en 2016, du petit Yassine, 4 ans, a secoué tout le pays, provoquant une vague d'indignation et de colère qui s'est manifestée dans les médias et les réseaux sociaux. La peine capitale est finalement prononcée, par un tribunal militaire vu que l'agresseur n'est autre qu'un caporal de l'armée nationale, mais l'exécution elle, n'a jamais eu lieu.
Car en Tunisie, même si des condamnations à mort sont prononcées chaque année, leur exécution, elle, est une autre affaire. La dernière exécution remonte en effet, à octobre 1991, il s'agissait de Naceur Damergi, plus connu sous le nom du «boucher de Nabeul». Il avait violé et tué 14 enfants. Sa demande de clémence a été rejetée.
Il serait utile de rappeler que le code pénal tunisien prévoit toujours la peine capitale, dans ses articles 5 et 7, mais depuis des décennies la Tunisie applique une sorte de moratoire. Un moratoire qui n'existe d'ailleurs dans aucun texte écrit. En juin dernier, la commission des Libertés individuelles et de l'égalité (Colibe) avait proposé, entre autres, l'abolition pure et simple de la peine capitale en Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.