Myriam Boujbel : Et si les colères se rejoignaient ?    La Tunisie souffre d'une crise éthique !    Nabil Karoui s'attèle à ficeler les listes électorales de son parti pour les législatives avant sa comparution le 23 Juillet au Pôle judiciaire économique et financier    CAN 2019 : Les chaines qui diffusent le match Algérie vs Sénégal du 19 juillet    Campagne contre la vente conditionnée dans les cafés et restaurants    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 135 mille dinars    L'UGET appelle au limogeage du ministre de l'Enseignement supérieur    Bouchamaoui n'est plus le président de la Commission d'organisation des compétitions interclubs    Fin des travaux et journées portes ouvertes à la résidence Les Jasmins – Hammamet    Attijari bank fête le retour des Tunisiens Résidant à l'Etranger    Tunisie: Tous les blocs sans exception ont fait obstacle à l'élection des membres de la Cour constitutionnelle    Tunisie- Des lobbies veulent transformer la forêt de Sidi Amor à Raoued en une zone de construction anarchique    La Confédération tunisienne des maires appelle à un dialogue national sur le rôle de la police municipale et l'application de la loi et le respect des décisions municipales    En photos : Où et comment les célébrités tunisiennes passent-elles leurs vacances ?    Nigeria: Obi Mikel annonce sa retraite internationale    L'administration tunisienne se prépare à intégrer l'intelligence artificielle    Tunisie-Energie renouvelable : Des experts japonais discutent la coopération avec le gouvernement tunisien    Finale de la CAN 2019 : Les Fennecs auront-ils raison des Lions de la Teranga ?    Un prêt de 80,5 MD de la BAD pour financer les filières agricoles à Zaghouan    En Afghanistan, une explosion près d'une université fait six morts    Un don de bus médical pour faciliter l'accès aux soins de santé dans les zones rurales    Khémaïes Jhinaoui s'exprime à Washington sur la Chaîne américaine de langue arabe « Al Horra »    L'ARP échoue de nouveau dans l'élection des membres de la Cour constitutionnelle et l'Instance de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption    CAN 2021 (Qualifications) Tirage au sort , la Tunisie dans le Groupe J    Tunisie: Démission du gouverneur de Kasserine    Italcar le concessionnaire officiel des marques automobiles lance les commandes de la FIAT Panda populaire    Météo: Prévisions pour vendredi 19 juillet 2019    FIFAK 2019 : 55 ans de promotion du cinéma amateur Tunisien et d'ailleurs    Tunis : Le trafic des métros 3,4 et 5 sur une seule voie jusqu'à lundi 22 juillet    Officiel : Aymen Balbouli quitte le Club Africain    Tunisie: Baisse des échanges commerciaux au 1er semestre 2019    CAN 2019 : l'arbitre de la finale changé    Ahmed Ahmed veut sortir le siège de la CAF de l'Egypte    MYRATH « Shehili » au Festival International d'Hammamet: Une expérience incroyablement magique!    Pas de crime en cas de légitime défense !    Appel à candidature à l'Ecole Pratique des Métiers de la scène : Section Acteur – Session d'Octobre 2019 à fin Juin 2021    Tunisie: L'Instance de lutte contre la torture empêchée par la police de parler à un détenu    Le cinéma à vélo du 24 au 26 Juillet avec Vélorution et la Cinémathèque Tunisienne    Festival De Dougga 2019 : Programme de la 43e édition du 24 Juillet au 10 Août    Youssef Chahed se penche sur le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l'UE) et ses répercussions possibles sur la Tunisie    Donald Trump s'attire les foudres des internautes    Des armes de guerre saisies chez des néonazis italiens    OMS, 1093 morts et 5752 blessés à Tripoli    Bendirman porte plainte contre le parti Ennahdha    Libye : Haftar se prépare à annoncer l'assaut final pour « libérer » Tripoli    Colère aux Etats-Unis après l'arrivée en Turquie de la 1ère livraison de missiles russes S-400    La 29ème Edition du Festival EL MOUROUJ se déroulera du 25 Juillet au 10 Août – Programme    Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed se penche sur la question des « réfugiés » à Médenine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'émotion prend le dessus
Viols de mineurs et reprise du débat sur la peine de mort
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 09 - 2018

Plusieurs cas de viol de mineurs et de personnes âgées ont été signalés récemment dans différentes régions du pays, suscitant désarroi et condamnation. Ainsi, comme à l'issue de chaque polémique qui mêle émotions et colère, des appels à l'application de la peine capitale contre les violeurs se multiplient
En l'espace d'une semaine, plusieurs cas de viol de mineurs et de personnes âgées ont été signalés en Tunisie massivement relayés par les médias et les réseaux sociaux, ils ont créé une grande polémique suscitant désarroi et colère, au point que certains ont appelé à l'application immédiate de la peine capitale contre les violeurs.
Un présumé cas de viol signalé à Goubellat, dans le gouvernorat de Béja, où une mineure aurait été agressée sexuellement par cinq individus durant plusieurs jours, a, en effet, déclenché cette vague de dénonciation. Les Tunisiens ont sévèrement condamné ces actes criminels qui ne cessent de se multiplier ces dernières années.
Ces crimes, si atroces, qui ont secoué tout le pays, ont rouvert le débat, de nouveau, concernant les châtiments qu'il faut réserver aux violeurs d'enfants. Si les réactions restent mitigées, de nombreuses personnes ont appelé à l'application de la peine de mort contre ces criminels et à la levée du moratoire.
Sur les réseaux sociaux, espaces où on peut sonder l'opinion publique, le réquisitoire populaire est sans appel: ce ne sera pas moins que la peine capitale, pour alléger la souffrance des victimes, estiment de nombreux internautes.
Des écrivains et intellectuels adhèrent également au verdict, certains d'entre eux appellent même à torturer en public ces violeurs d'enfants et à les castrer. «Je suis contre la peine de mort. Contre la peine de mort pour les violeurs de la jeune fille de Goubellat. Je suis pour qu'on les torture publiquement», s'est exprimée l'écrivaine Olfa Ben Youssef, même si le flou sur cette affaire persiste toujours, d'autant plus que le dernier rapport du médecin légiste ne confirme par l'acte de viol.
Peine de mort, castration et droits humains
Faisant toujours usage des réseaux sociaux, d'autres personnes proposent la castration chimique comme châtiment adéquat. "Une proposition pénale: le crime de viol doit être puni par la castration», suggère, pour sa part, Emna Rmili, universitaire et écrivaine, un avis également partagé par le journaliste Zied El-Heni.
Pour Imene, journaliste, une sentence de mort serait la peine la plus adéquate pour éviter des risques de récidive, «d'autant plus que la pédophilie constitue un crime atroce contre des enfants innocents», rappelle Imen.
Idem pour Hédia, retraitée, qui considère que la peine capitale permettra à la société de «se débarrasser» de personnes qui n'ont rien à partager avec l'humanité. «Je suis consciente que l'emprisonnement de ces criminels ne servirait à rien, ce sont des charges supplémentaires pour nos établissements pénitentiaires, il faut mettre fin à leurs jours, car ils ont tué l'enfance », estime-t-elle.
Se voulant plus neutres et plus nuancés, d'autres préfèrent rappeler que la peine de mort n'a jamais réduit le taux de criminalité. Pour Alaa, jeune avocat, «le droit à la vie est inhérent à la personne humaine, aucune autorité ne saurait décider de la mort d'un être humain». Il est vrai qu'il s'agit d'un crime contre l'enfance mais il est possible de tenir les délinquants les plus dangereux à l'écart de la société sans les exécuter», a-t-il considéré.
Notons-le, il ne s'agit pas de la première fois que l'opinion publique tunisienne s'agite sous le choc d'un crime de viol, et particulièrement contre des enfants, remettant à l'ordre du jour la question de la peine capitale.
Le viol suivi du meurtre en 2016, du petit Yassine, 4 ans, a secoué tout le pays, provoquant une vague d'indignation et de colère qui s'est manifestée dans les médias et les réseaux sociaux. La peine capitale est finalement prononcée, par un tribunal militaire vu que l'agresseur n'est autre qu'un caporal de l'armée nationale, mais l'exécution elle, n'a jamais eu lieu.
Car en Tunisie, même si des condamnations à mort sont prononcées chaque année, leur exécution, elle, est une autre affaire. La dernière exécution remonte en effet, à octobre 1991, il s'agissait de Naceur Damergi, plus connu sous le nom du «boucher de Nabeul». Il avait violé et tué 14 enfants. Sa demande de clémence a été rejetée.
Il serait utile de rappeler que le code pénal tunisien prévoit toujours la peine capitale, dans ses articles 5 et 7, mais depuis des décennies la Tunisie applique une sorte de moratoire. Un moratoire qui n'existe d'ailleurs dans aucun texte écrit. En juin dernier, la commission des Libertés individuelles et de l'égalité (Colibe) avait proposé, entre autres, l'abolition pure et simple de la peine capitale en Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.